P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

temps, espace et mouvements

 

 

dernière modification de cette page le 28-juin-2015

journal n° 59 / journée du 29/03/2015

(Explorateurs des temps nouveaux, à la découverte, à la conquête... Espaces intérieurs, espaces extérieurs. Un temps pour soi, un temps avec les autres, dans la rencontre ! Silence... Sons intérieurs, mouvements du plus profond de sa biologie qui émergent, musique, mouvements dansés, danse de la vie....)

 

Tout d’abord bienvenue dans ce temps et espace…. Et mouvements !

 

QUELQUES DEFINITIONS

 

ESPACE : étendue infinie qui contient et entoure tous les objets

Psychologie : représentation de cette étendue ; ce que nos sens en connaissent. Espace auditif, visuel.

Volume occupé par quelque chose ;

Intervalle de temps : « dans l’espace d’un an » !

Surface : milieu affecté à une activité, à un usage particulier.

Espace vital : espace nécessaire pour ne pas être gêné par les autres.

 

TEMPS : notion fondamentale conçue comme un milieu infini dans lequel se succèdent les évènements et souvent ressentie comme une force agissant sur le monde, les êtres.

Etat de l’atmosphère en un lieu et à un moment donné.

 

ESPACE-TEMPS : physique – espace à quatre dimensions liées entre elles (les trois premières étant celle de l’espace ordinaire et la quatrième, le temps, nécessaires à un observateur donné, selon la théorie de la relativité, pour situer un événement.

Astronomie, physique : ce milieu, conçu comme une dimension de l’Univers (espace-temps).

 

MOUVEMENTS : (du latin movere, mouvoir)

Déplacements, changement de position d’un corps dans l’espace.

Action ou manière de se mouvoir, de déplacer le corps, une partie du corps, ensemble des gestes, des déplacements du corps. Mouvement de tête. Exécuter un mouvement de danse. Se donner du mouvement.

Ensemble des déplacements d’un groupe.

Impulsion, élan qui porte à manifester un sentiment. Mouvement de colère. Agir de son propre mouvement.

Animation, vivacité, rythme d’une œuvre littéraire, artistique ; partie d’une œuvre considérée dans sa dynamique.

 

MUSIQUE : art de combiner les sons ; ensemble des productions de cet art.

Sons émis par les corps animés d’un mouvement vibratoire, le son se propage sous forme d’ondes mécaniques susceptibles de subir des réflexions (phénomène d’écho), des réfractions (transmissions à travers une paroi)…

Sonate : composition instrumentale en un ou plusieurs mouvements pour soliste ou ensemble instrumental

 

DANSE : action d’exécuter un ensemble de mouvements du corps volontaires et rythmés, suite composée et rythmée de mouvements du corps, parfois accompagné d’une musique ou d’un chant.

La danse est  un phénomène universel, immémorial, mais varié dans ses formes. Présente dans beaucoup de sociétés dites « primitives » sous une forme rituelle, associée à une cérémonie magique ou religieuse, la danse possède un caractère sacré dans de nombreuses civilisations.

Par ailleurs, traduction spontanée de la foi, liée à l’idée d’une fête.

Rituelle ou religieuse, la danse met en relation l’être humain et les puissances cosmiques ; récréative dans les fêtes populaires, elle tisse le lien social dans le divertissement.

Célébration du mouvement, la danse s’affirme

comme un phénomène de communication universel.

 

INTRODUCTION

Le temps et l’espace, je me les suis accordés, une mise en mouvement, pendant 21 jours en octobre 2014, le temps d’une cure à Aix-les-Bains (rhumatologie), dans l’intention d’apporter plus de douceur et de souplesse, de mobilité dans mon corps, dans ma vie. Ce fut aussi un temps de convivialité à « l’espace curistes » proposant un panel d’activités corporelles et créatrices.

 

Plus particulièrement, d’où a germé l’idée de cet atelier ?

D’un temps fort vécu à « l’espace curistes » d’Aix-les-Bains, d’un atelier intitulé « Mouvements dansés » vers lequel j’ai dû être guidée. Merci à Claire qui a permis par sa présence, sa bienveillance, le choix de la musique, des échanges vrais en mouvements, d’abord timides puis, plus audacieux, chaque femme connectée à son espace intérieur.

 

Le titre m’inspirait mais le planning des soins associés à une cure mieux bouger laissait peu de plage libre (d’espace) à ce type d’activité ; de plus, la raideur et la douleur de mon genou droit me semblaient constituer un frein pour participer à cet atelier. Cependant, l’envie de me mouvoir, de danser étant présente, je jonglais, demandais d’avancer ou retarder certains soins en cette fin de cure. Et oh ! Bonheur et Etonnement, avec bienveillance nous étions invités à réveiller notre corps, segments par segments, système par système, puis dans sa totalité.

 

Mouvements d’abord timides, puis vers plus d’amplitude, de soi vers l’autre, temps de la rencontre, du regard, du sourire, de la gestuelle puis, au son d’une musique envoûtante de Phil Neeskens, dans une résonance avec ma biologie, mon être profond, libre expression, danse de la vie émergeant de mes entrailles, douleur disparue, dans la joie simple d’être au monde, triomphante, dépassant les limites de mon corps blessé par l’atteinte arthrosique, les sons et les mouvements apportant l’harmonie.

Souplesse de mes gestes retrouvée, mon corps en mouvement mû par la joie d’exister, de communiquer, d’occuper l’espace, de m’accorder une nouvelle liberté que je croyais reléguer dans un passé lointain, où le rythme de la musique et mes mouvements s’accordaient dans une belle harmonie. Progressivement, je me laissais guider par la musique, laissant mon corps brimé par la douleur se libérer alors et exprimer la joie d’être en vie, de communiquer par le geste, le mouvement, dialogue entre mon intérieur et ce que je montrais aux autres. Participation au monde, à la vie : la vie est mouvement ! Je me reconnectais à la joie pure d’être là, de danser le mouvement de la vie, en profondeur et en surface dans l’énergie du cœur, un bonheur indicible laissant émerger un surplus de joie, d’étonnement, par des larmes bienfaisantes, apaisantes ; émotion de gratitude, dans la découverte de ce temps et cet espace, tout en mouvements. Je prenais conscience que les douleurs et raideurs dues à la gonarthrose me limitaient au-delà du physique et que ma marche devenait parfois hésitante, boitillante et induisait un sentiment de manque de capacité, de doute, de tristesse.

Cet espace et ce temps me permettaient d’exprimer le mouvement dans la liberté et la joie, comme une sorte de méditation appliquée et de tester mes limites internes et externes, d’autres possibles… Cela me ramène à un temps de méditation avec lama Teunsang nous invitant à observer, à ne pas saisir la douleur, ni à la rejeter, d’entrer en rapport avec elle de manière détendue, sans nous identifier à elle.

 

Ce temps, cet espace, certes différents, je vous invite à les découvrir, à la rencontre à la fois de ce qui nous unit, en lien avec nos valeurs communes, et ce qui nous différencie, en lien avec nos propres valeurs, essentielles pour nous, dans l’énergie du cœur, la joie d’exister, d’être au monde, temps et espace d’intériorité au temps d’extériorité.

 

Quel temps, le présent de ces quelques minutes écoulées qui se conjugue déjà au passé ? Pour donner une intentionnalité à cette notion de temps : nous nous situons dans ce passage de l’Hiver au Printemps, saison de Renouveau, temps d’intériorisation, de vie latente, de préparation en profondeur de la nature (Rein – énergie vitale, ancestrale) avant le temps d’extériorisation, d’éclosion, de naissance, de germination, de manence, conscience qui émerge : nos diverses structures, capacités, sentiments, valeurs. Dans cet espace…

 

Comme une méditation, je vous invite à ETRE, sans rien chercher à réussir. Votre respiration vous aidera à cultiver le sens de votre présence dans un premier temps, lui prêter attention. Si des émotions surgissent, nous les regardons avec bienveillance et attention, sans aucun jugement, sans en tirer de conclusion ; simplement se dire : « voilà ce qui est ! Ce n’est ni bien, ni mal ! »

 

Je reprends quelques conseils de Fabrice Midal (extraits de son livre Frappe le ciel, écoute le bruit). Pour être présent, il nous faut accepter de nous ouvrir, de perdre nos points de repère habituels, de cesser un instant notre bavardage mental. Il existe un « présent vivant » en deçà de nos habitudes de pensée et de comportement, une réalité plus vaste.

« Ce qui compte n’est pas d’être présent tout le temps mais de percevoir le contraste de travailler avec lui, sans vouloir fabriquer une réalité parfaite ».

Je dirai écoute le mouvement de la vie en toi et en deçà de toi…

 

La vie est ainsi faite que nous sommes parfois présents, parfois non, parfois en colère, parfois joyeux, parfois triste. C’est en cela qu’il faut nous apprendre à nous relier.

 

Ici, comme une méditation, par le mouvement, entrer dans l’ouverture du moment présent. Devenez sensible à l’espace !

 

Si vous marchez, vous déplacez, vous dansez, en restant préoccupés par des pensées parasites ou que vous voulez communiquer, votre attention au monde est alors restreinte, vous n’êtes pas pleinement là.

En revanche, si vous sentez ce qui est autour de vous, le sol sur lequel vous marchez, l’espace au-dessus et tout autour de vous, alors votre présence est plus ample (exemple : marcher au ralenti).

 

« Simplement, nous tenir debout, à marcher, à faire un geste » (Robert Wilson)

Nous pouvons entrer en rapport avec l’espace à la mesure de notre façon d’habiter un geste c’est-à-dire n’importe quelle forme. C’est par lui que nous pouvons découvrir la présence, se rencontrer puis apprendre à travailler avec ce qui émerge.

 

Voici venu ce temps d’échange, de communication, non par les mots mais par les gestes, les mouvements dans une invitation à la danse de la vie.

 

Voici une brève présentation des étapes ou temps de cette séance :

 

  1. position de l’homme dans sa verticalité, entre terre et ciel

 

  1. conquête de son espace intérieur dans l’observation de ses mouvements respiratoires (longueur inspir, expir, pause entre les 2), de la sensation du passage de l’air (température), à l’écoute des sons, des espaces de silence, de pause) : conscience de l’ETRE, aller à sa propre rencontre, pour aller vers l’autre, d’un mouvement intérieur, intime, imperceptible qui grandit, toute notre biologie participe de l’infiniment petit de nos cellules, branle-bas de combat, dans chaque système, pour pouvoir se mettre en route, mouvement de vie ténu jusqu’à un élan de vie exprimé.

 

Echanges entre l’intérieur de notre biologie et l’extérieur, échanges « gazeux », conscience de notre appareil respiratoire, du trajet de l’air, de nos poumons, de la peau qui participe à ces échanges.

 

  1. posture de l’arbre (Qi Gong) pour apaiser l’esprit, l’arbre au Printemps : circulation de l’énergie vitale, de la sève, ressentir ses racines, ses branches qui se parent de bourgeons.

 

  1. SBV/système (toucher la peau de chaque système)

 

  1. IRTER* ou activation de la présence du corps dans la conscience en pratiquant une tension douce, synchronisée avec la respiration.

*(Inspiration – Rétention – Tension douce de tout le corps – Expulsion –Récupération)

 

  1. SDN/système

 

  1. Polichinelle

 

  1. Sophro Activation Vitale ou Santé Activation Vitale (Bernard Barel)

 

  1. EN CERCLE - Technique des valeurs ou Sophro Présence des Valeurs de l’existence : communes (humanité, fraternité, liberté) ; individuelles essentielles pour vous (créativité, famille, fidélité…)

Valeurs fondamentales de l’homme, découverte des valeurs de l’existence, des raisons d’être au monde, et aussi les valeurs propres de notre existence.

 

La présence de ces valeurs ou leur acquisition dans sa conscience permettent à l’homme de mieux cerner le sens de sa vie et donne un support à ses projets et ses démarches.

 

Prendre la posture (vers la conscience cosmique) : fusion du soi individuel avec le soi positif, plus vaste, universel.

 

Evocation d’une valeur commune : humanité, fraternité – Manence (réveil de la conscience du stade cellulaire vers celui de la conscience humaine) lente en respiration synchronique/valeur dans chaque système. Etablir phénomène avec cette valeur, avec toute l’énergie de l’univers. Laisser venir tous les possibles. Laissez émerger les valeurs de la boite noire de votre biologie (cellules, chromosomes). Comment je me situe en tant qu’être humain, dans l’espace, le temps, par rapport aux autres : collègues de travail, voisins, famille, amis… Ma manière d’être au monde ! Prendre le temps nécessaire dans la posture et redescendre les bras, en marquant un temps d’arrêt sur chaque point d’intégration, retour à notre biologie…

 

Evocation d’une 2ème valeur commune : la liberté. Idem – vous laissez les capacités profondes de vos structures monter dans votre conscience, avec joie (capacités de sensations des 5 sens, de sentiments, d’orientation dans l’espace, dans le temps, votre pensée, votre attention, votre langage, votre intelligence, votre capacité d’apprentissage…).

 

Vivre profondément la conscience de sa liberté. Qui suis-je en tant qu’individu ? Quels sont mes rapports avec ma propre liberté ? avec celle des autres ? Qui fait que chacun est libre et unique et responsable ? Etablir phénomène dans la posture le temps nécessaire, paumes de mains comme le réceptacle de notre propre liberté– redescendre les bras… (PPI)

 

Evocation d’une 3ème valeur, cette fois-ci individuelle, essentielle dans votre existence. Laissez monter toutes les capacités de vos structures existantes, elles montent vers votre conscience, vous avez envie de les éveiller, les stimuler (créativité, sexualité, communication, imagination, volonté…) Vivez la conscience de la valeur choisie, peut-être certains contenus qui vous sont propres ; établir phénomène dans la posture le temps nécessaire… redescendre les bras… (PPI)

 

  1. Mobilisation des différents segments et systèmes : tête (1er système), épaules, bras, poignets, différents segments des doigts (2ème système), dos, thorax (3ème système), ceinture abdominale, lombaires (4ème système), bassin, membres inférieurs, chevilles, pieds (5ème système) – mise en mouvements totale du corps dans l’espace.

 

Musique choisie : Energie (musiques stimulantes et positives) – piste 7 (3:05)- Musique et Nature Versailles 1999

 

  1. Déplacements et rencontres : à petits, à grands pas, sur la pointe des pieds, voûté, droit, se saluer, se serrer les mains, se sourire, esquisser les mêmes gestes face à face…

 

Musique choisie : Wellness for body & soul -– CD 5 Stretching Moods (4:50)– piste 3 get up and move ! Sony BMG Music entertainment (Germany) 2008

 

  1. Mouvements dansés d’expression, quand la musique nous touche, au-delà des mots…

 

Musique choisie : le Printemps de Vivaldi (les 4 saisons) Allegro (3:30)

 

  1. Retour au cercle : une personne effectue des gestes, des mouvements, les autres sont attentifs et les reproduisent (dans le sens des aiguilles d’une montre ou ordre indifférent)

 

  1. Mouvements d’UNITE : se tenir la main, l’épaule, dans nos valeurs communes

 

Musique choisie : Era (2:45)

 

  1. Puis retour à son espace intérieur : enroulement et rétromanence à partir de ces valeurs, de vos potentiels, nouveau temps d’introspection, adopter position recroquevillée, accroupi ou couché – retour vers notre biologie, 1er filament d’ADN, avant notre conception, nature de l’esprit (état primordial), le silence, la paix originelle de l’homme, méditation. Comme une douce plongée dans l’infiniment petit de votre biologie, pour renforcer la force de votre conscience… riche de ces valeurs, ces possibles à garder en mémoire. Espace de SILENCE…

 

Musique choisie : Wellness for body & soul – CD 4 Sleeping Moments – piste 3 (1:26) Sony BMG Music entertainment (Germany) 2008 – Musique qui nous invite à aller en profondeur

 

  1. Pause de totalisation après ces divers mouvements de soi vers les autres, des autres vers soi ; le moment fort de cette expérience, voire l’instant, pourquoi a-t-il été important pour vous ?

Vivre sa totalité en tant qu’humain dans l’espace et le temps.

 

  1. Renforcer 3 capacités : CONFIANCE – HARMONIE – ESPOIR

 

  1. Désophronisation à son rythme et automassages

 

Invitation à une réflexion sur l’impact du son, de la musique sur notre biologie, nos cellules, de la mise en mouvements, de l’expression, de la danse. Plusieurs fois, j’ai constaté l’effet bénéfique du son, de la musique, de la danse, comme une montée d’énergie dans mon corps, du sentiment de joie qui l’accompagnait, me faisant oublier la douleur qui me limitait. Cette conquête de l’espace et du temps, de cette mise en mouvements nous conduit à un retour à soi, notre dimension, notre nature fondamentale et notre place dans la multi-dimensionnalité des univers…

 

Martine COUTER - 33ème journée du 29/03/2015

 

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr