P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

séance abrezolienne

 

 

dernière modification de cette page le 24-sept.-2012

journal n° 41 du 20/12/2010

On va commencer debout. Mettez les mains devant le milieu de la poitrine. En inspirant profondément, montez les mains montez les bras, étirez-vous. Les yeux fermés, serrez les mains serrez les bras pour prolonger l’étirement, restez quelques instants et quand vous le voulez, relâchez les mains les bras et les épaules, laissez passer les bâillements les soupirs, desserrez vos mâchoires comme vous avez l’habitude. Une 2ème fois, mains jointes sur la poitrine en inspirant profondément, montez les mains montez les bras étirez-vous au maximum, serrez les mains serrez les bras restez quelques instants poumons pleins, ne forcez pas. Quand vous avez besoin d’expirer, penchez-vous un peu vers la droite, ouvrez le flanc gauche, ne forcez pas, restez quelques instants poumons vides. Quand vous voulez inspirer, revenez dans l’axe, étirez-vous à nouveau, tirez les mains tirez les bras, prochain expir de l’autre côté, penchez de l’autre côté ne forcez pas, sentez l’ouverture du flanc droit. Prochain inspir, revenez dans l’axe, étirez-vous et sur l’expir relâchez les mains les bras et les épaules. Doucement venez-vous asseoir sur le siège qui est derrière vous.

Fermez les yeux, donnez le maximum de confort à votre corps dans cette posture assise, quelle qu’elle soit, c’est vous qui décidez, vous pouvez avoir la verticalité du dos si c’est confortable, ou bien pas, l’important c’est que vous soyez confortable et pas de tensions ni douleur. Sentez vos pieds sur le sol, sentez la pression de vos pieds, sentez l’appui de vos cuisses et vos fessiers, votre dos confortable, la tête en équilibre au sommet du corps, prenez quelques instants pour sentir votre tête, comment vous sentez votre tête, la forme, comment c’est à l’intérieur de la tête paisible agité sombre tendu détendu – c’est comme ça, juste un petit constat, sans jugement sans analyse, comment vous sentez le cou la gorge la nuque. Là aussi la forme de votre cou, et comment c’est à l’intérieur du cou de la gorge, est-ce que ça circule bien ou c’est un peu resserré. Laissez passer bâillements et soupirs et gardez les mâchoires desserrées en permanence avec un petit sourire, si c’est possible installez un petit sourire que vous garderez autant que possible tout au long de cette séance.

Vous allez faire une inspiration très profonde, et poumons pleins, vous tournerez la tête droite-gauche sans forcer sur la nuque plusieurs fois de suite. Quand vous avez besoin d’expirer, vous ramenez la tête dans l’axe, vous faites une expiration profonde, ne forcez pas. Vous faites une petite pause mâchoires desserrées, laissez respirer bâiller soupirer – Et puis vous recommencerez une 2ème fois, inspirez très profondément remplissez les poumons, et poumons pleins vous bougez la tête droite gauche sans forcer sur la nuque ; ce n’est pas trop long ni trop rapide, à vous de trouver le rythme ; quand vous avez besoin d’expirer, ramenez la tête dans l’axe.

En même temps que vous expirez, imaginez que toutes les douleurs s’évacuent de votre tête de votre cou de votre gorge, prenez le temps faites une petite pause, laissez passer bâillements et soupirs – Et puis vous faites l’exercice une 3ème fois quand vous êtes disponible. Inspir très profond, poumons pleins bougez la tête droite gauche plusieurs fois de suite, sentez ce qui se passe dans votre cou dans votre nuque, et quand vous voulez expirer, ramenez la tête dans l’axe en même temps que l’expir. Sentez pensez imaginez que toutes les douleurs disparaissent de votre tête de votre cou de votre gorge de votre nuque. Laissez-vous respirer bâiller soupirer. A nouveau prenez un temps pour vous, pour accueillir les sensations qui vous parviennent dans cette partie de votre corps ou d’autres parties encore. Peut-être vous pouvez commencer à goûter apprécier la détente qui s’installe de manière progressive et douce.

On va faire un petit exercice respiratoire un peu particulier pas très compliqué. Vous bouchez la narine droite et vous allez inspirer et expirer par la narine gauche. Si vous êtes enrhumé vous entrouvrez un peu la bouche. Inspirez par la narine gauche, et en même temps vous allez penser imaginer vous dire que l’air l’oxygène le prana, l’énergie, monte directement dans le côté gauche de votre cerveau. Ne forcez pas c’est très doux, ne cherchez pas à amplifier la respiration, mettez de la douceur, pensez à ouvrir la bouche si vous êtes enrhumé, ne forcez pas ça doit rester très très doux. Vous pensez vous imaginez qu’en même temps l’air monte directement pour alimenter le côté gauche avec la lumière avec l’énergie avec le prana. Et puis vous cessez, vous faites une pause, vous bâillez relâchez, prenez le temps de comparer peut-être comment est le passage de l’air dans vos 2 narines quelques instants, et puis vous faites de l’autre côté – Je bouche l’autre narine délicatement, et puis respirez par l’autre narine et là aussi vous allez penser imaginer que l’air arrive directement dans le côté droit de votre cerveau pour lui apporter l’oxygène la lumière l’énergie le prana quel que soit le mot qu’on emploi., à notre rythme, tranquille, c’est très doux. Mettez beaucoup de douceur dans votre exercice, ne faites pas d’effort. Si vous avez le nez un peu bouché, complétez la respiration en ouvrant un peu la bouche ; vous respirez avec le côté droit de votre cerveau. Peut-être que vous pouvez sentir que ça respire, peut-être aussi que par exemple à l’inspir le cerveau droit le côté droit se dilate un petit peu, et puis se rétrécit un peu à l’expir, pensez que vous respirez avec le côté de votre cerveau. Et puis vous relâchez à nouveau, vous faites  circuler. Laissez toujours respirer bâiller soupirer, desserrez les mâchoires, retrouvez le petit sourire si vous l’avez oublié, goûtez les sensations qui vous parviennent. A nouveau sentez les pieds sur le sol, sentez l’appui de vos fessiers, votre dos confortable, prenez le temps de respirer, gardez vos mâchoires desserrées.

On va faire un autre exercice de respiration que je vais vous expliquer qui est très simple. Qui va consister tout simplement la première fois à inspirer par la narine gauche, après vous boucherez la narine gauche et vous ferez un expir à droite une inspiration à droite, vous boucherez à droite, vous ferez un expir à gauche un inspir à gauche. A part la 1ère fois, à chaque fois vous aurez dans chaque narine un expir et un inspir. Là aussi mettez beaucoup de douceur, ne forcez pas. Si jamais il y avait des symptômes un peu désagréables genre vertige, arrêtez immédiatement l’exercice, ne cherchez pas à obliger votre respiration, laissez-la se faire comme elle a envie. Voilà, on commence ensemble. Bouchez à droite, vous inspirez profondément par la narine gauche, vous bouchez à gauche et puis vous expirer à droite, et puis vous inspirez à droite et vous bouchez, vous expirez à gauche et vous continuez à votre rythme. Dans chaque narine il y a un expir et un inspir. Mettez beaucoup de douceur de délicatesse, ne forcez pas votre souffle. Là aussi vous pouvez entrouvrir la bouche pour compléter la respiration si vous avez le nez un peu encombré. Laissez la respiration se faire, ne cherchez pas à amplifier, au contraire laissez faire. Une fois que c’est bien en route, en même temps vous allez penser imaginer sentir que l’air à l’inspir passe dans le côté de l’inspir dans votre cerveau et passe de l’autre côté, et puis ça change de sens à chaque fois, l’air passe par exemple  dans le côté droit quand vous inspirez à droite puis dans le côté gauche quand vous respirez à gauche, et puis à l’inverse quand vous inspirez à gauche l’air passe dans le côté gauche puis dans le côté droit. Sentez pensez dites-vous les choses, en même temps, sentez le passage de l’air de la lumière de l’énergie de l’oxygène dans votre cerveau, de droite à gauche, de gauche à droite, à votre rythme, avec beaucoup de douceur, aucun effort. Mettez beaucoup de douceur dans l’exercice. et vous terminerez en respirant par le côté gauche, et vous resterez quelques instants, toujours le temps de faire une pause, de bâiller de soupirer – Et puis jetez un coup d’œil à votre respiration. Comment vous sentez le passage de l’air entre les 2 narines ? Est-ce que c’est  comme au début de la séance ou bien quelque chose a changé ? Peut-être, peut-être pas, simplement constatez les choses. Accueillez toutes les sensations qui vous parviennent, quelles qu’elles puissent être, sans préjugé, sans analyse, juste un petit constat ici et maintenant. Et puis vous allez continuer à respirer profondément par les 2 narines en même temps, et là vous pensez que vous alimentez les 2 côtés de votre cerveau en même temps avec l’énergie, avec l’oxygène, avec le prana. Et puis si ça vous est agréable, chaque fois que vous inspirez, vous pouvez penser à une qualité utile que vous voulez acquérir ou renforcer chez vous, comme vous en avez envie. A chaque inspir, pensez à une qualité qui vous serait judicieuse souhaitable de renforcer ou d’acquérir, et puis chaque fois que vous expirez, vous pouvez penser à un défaut que vous souhaitez amoindrir, à votre façon à votre rythme. A chaque inspir vous allez penser à une qualité utile judicieuse pour vous que vous souhaitez acquérir ou renforcer et à chaque expir un défaut que vous voulez amoindrir chez vous, comme toujours avec beaucoup de douceur. Et puis vous cessez, vous vous laissez respirer librement, desserrez les mâchoires, gardez les yeux fermés et si c’est possible, prenez un temps pour goûter pour accueillir la détente qui s’est installée, toutes les sensations qui vous parviennent.

Et maintenant je vous propose un déplacement du négatif à la façon d’Abrezol. En inspirant, je contracte très fortement tous les muscles de mon visage, le front les lèvres les mâchoires quelques instants et à l’expir je relâche et en même temps j’expulse tout le négatif du visage et de la tête, plusieurs fois, à chaque expir, j’expulse tout le négatif, connu ou inconnu, on n’a qu’une contraction, on expire juste, la contraction ne se fait qu’une seule fois. A chaque expir j’expulse aussi toutes les pensées négatives, toutes les traces de mon passé négatif qui pourraient être présentes dans le visage dans la tête. Et je laisse doucement la tête aller vers l’arrière en inspirant profondément sans forcer sur la nuque, je contracte un petit peu, et sur l’expir je relâche je ramène le visage et là aussi je dégage toutes les tensions qu’il pourrait y avoir dans mon cou dans ma nuque dans ma gorge, a chaque expir je chasse tout le négatif de ces différentes parties. Alors je prends conscience de toute ma tête de mon cou, libres à présent de toutes les tensions. Et chaque fois en inspirant profondément, je tends les 2 bras en même temps, et je vais les contracter de plus en plus fort, sans douleur bien sûr comme d’habitude, et à l’expir je relâche et en même temps j’expulse toutes les tensions négatives de mes bras, et après j’expire je continue à expulser le négatif. Et puis je prends le temps de prendre conscience de la forme de la masse de mes bras. La tension ne se fait qu’une fois, je prends conscience de la forme de la masse de mes bras sans tensions relâchés détendus. Et sur la prochaine inspiration je contracte les 2 épaules vers l’avant, sans forcer, ça ne doit pas faire mal. Je reste en tension quelques instants et sur l’expir je relâche mes 2 épaules profondément, et je reste dans la détente et à chaque expiration je prends conscience de mes 2 épaules libérées sans tensions, à chaque expir j’élimine un peu plus toutes les tensions résiduelles qu’il pourrait y avoir dans ces zones. Je laisse passer les bâillements les soupirs, la possibilité d’accueillir la détente qui se fait de manière douce progressive. Et puis cette fois en inspirant profondément, je lève les 2 bras, je m’étire un petit peu vers l’arrière, en ménageant mon dos, quelques instants en tension, et sur l’expir je relâche les bras et le dos toute la colonne, et à nouveau je laisse respirer librement, je laisse passer bâillements et soupirs, je prends conscience de tout mon dos sans tensions, et à chaque expir, j’expulse encore un peu plus toutes les tensions résiduelles  qu’il pourrait y avoir dans le dos. Et toujours je prends le temps de goûter d’accueillir la détente les sensations qui accompagnent les exercices. Et puis cette fois je croise les bras sur le thorax, et je contracte de plus en plus fort en serrant mes bras pour contracter le thorax la poitrine, et puis à l’expir je relâche complètement, ne forcez pas, relâchez détendez, et à chaque expir je relâche un peu plus les bras le thorax et la poitrine, à chaque expir j’élimine toutes les tensions, toutes les traces des problèmes affectifs de mon passé, je les expulse doucement tranquillement fermement, à chaque expir j’élimine toutes les tensions résiduelles, toutes les traces des problèmes affectifs de mon passé, je les expulse doucement fermement, je me libère ainsi progressivement des tensions affectives du passé. Et puis cette fois en expirant, je creuse je contracte le ventre de plus en plus. Sur l’expir je creuse je contracte le ventre, et sur l’inspir je relâche je détends et je prends conscience de la forme de mon ventre relâché et détendu, et chaque fois que j’expire à nouveau je laisse partir toutes les tensions inutiles, je me libère à chaque fois un peu plus avec chaque expiration. Cette fois en inspirant profondément, je contracte les fessiers le périnée l’anus et le sexe de plus en plus fort, je reste quelques instants en tension, et je relâche totalement et brusquement, et j’élimine à nouveau toutes les tensions résiduelles, chaque fois que j’expire j’expulse toutes les tensions, toutes les tensions résiduelles qui pourraient être liées à des problèmes sexuels éventuels qu’ils soient passés ou présents, et je prends conscience de la forme de mon bassin de mes fessiers de ma sphère génitale à présent un peu plus libérés sans tensions. Sur une prochaine inspiration, je tends mes 2 jambes et je les contracte de plus en plus fort sans violence sans douleur, et à l’expiration, je relâche totalement et profondément, je libère toutes mes tensions de mes cuisses de mes genoux de mes mollets de mes chevilles de mes pieds, à chaque expiration je relâche et détends, j’expulse toutes les tensions éventuelles et je prends conscience de la masse de mes jambes, de leur forme, à présent sans tensions. Et puis cette fois sur une prochaine inspiration, je contracte tout mon corps, à ma propre façon. Et sur l’expir je détends totalement tout mon corps et chaque fois que j’expire j’approfondis la détente. A chaque expir, j’expulse toutes les tensions résiduelles éventuelles quel que soit l’endroit où elles se trouvent. Je prends conscience de tout mon corps de sa forme de ses dimensions de sa masse de son volume, totalement libéré et sans tensions, et je prends le temps d’apprécier ici et maintenant tout mon corps tel qu’il est après cette libération, alors peut-être que je me sens un peu plus sûr de moi, un peu plus conscient des possibilités nouvelles qui me sont offertes, j’ai davantage confiance en moi. Prenez le temps de faire une petite pause, laissez respirer librement. A nouveaux ; sentez vos pieds sur le sol et prenez conscience de toute la tête en équilibre au sommet du corps. Alors vous allez penser imaginer vous dire qu’au sommet de votre crâne à l’intérieur de la tête, vous avez un tout petit soleil doré très agréable, et ce petit soleil envoie ses rayons d’or à l’intérieur de la tête vers les 2 côtés de votre cerveau. Progressivement ces rayons dorés très agréables progressent dans toute la tête. S’il subsiste à l’intérieur de la tête une zone de tensions de douleurs, alors peut-être au début cette zone va rester plus sombre puis petit à petit les rayons d’or ont réussi à entrer dans cette zone pour la rendre elle aussi plus lumineuse. Progressivement les rayons dorés lumineux  et doux progressent dans toute la tête dans les 2 côtés de votre cerveau, dans l’occipital, dans les lobes frontaux, dans les glandes qui sont présentes à l’intérieur de la tête. Alors bientôt toute la tête est lumineuse, alors tout va s’éclaircir en vous progressivement. Et puis la lumière dorée peut continuer son chemin dans votre cou dans votre gorge dans votre nuque et dans vos cervicales, partout où va la lumière dorée, toute tension toute douleur disparaît. Goûtez sa progression sa douceur. La lumière dorée va continuer sa progression dans toutes vos vertèbres, le long de la colonne vertébrale les cervicales les dorsales les lombaires jusqu’à l’extrémité de la colonne. Puis la lumière dorée se propage dans tout votre dos, elle va dans vos épaules dans vos bras jusqu’au bout des doigts, elle remplit votre poitrine. Peut-être qu’elle vient entourer votre cœur de douceur et se propage à l’intérieur de vos poumons, elle va remplir toutes les alvéoles de cette lumière bienfaisante, une lumière douce agréable, une lumière de guérison, et elle continue sa progression dans votre ventre dans votre bassin dans l’articulation des hanches et puis elle se propage dans vos jambes jusqu’au bout de vos orteils. Goûtez sa douceur sa chaleur. Elle est allée aussi dans vos épaules et vos bras jusqu’au bout des doigts. La lumière dorée remplit complètement tout votre corps sans oublier aucune partie. Partout où va cette lumière dorée, toute tension toute douleur a disparu, alors maintenant votre corps est complètement rempli de cette lumière, tout s’est éclairci en vous, alors la lumière dorée va retourner à son point de départ, sauf s’il y a une chose en vous qui a besoin de guérison, alors la lumière dorée va rester dans cette zone autant de temps qu’il faudra, jusqu’à cette guérison complète. Prenez le temps de goûter pour vous les effets les avantages les bénéfices de cet exercice. Vous savez à présent que vous pouvez à nouveau évoquer cette lumière qui vous appartient, vous pouvez vous en servir à nouveau comme nous venons de le faire, à chaque fois ce sera plus facile, à chaque fois ce sera plus efficace. Prenez le temps pour vous quelques instants pour goûter les effets bénéfiques positifs des différents exercices que nous avons faits, et puis quand vous voudrez vous entreprendrez la désophronisation comme vous savez le faire, à votre rythme, à votre façon, en ouvrant les yeux en tout dernier lieu, sans vous occuper de ce qui se passe autour de vous.

 

Jean Marie Lefebvre - journée du 09/10/2010

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr