P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

respiration et postures des 3 dégrés

 

 

 dernière modification de cette page le 24-sept.-2012

journal n° 7 / journée du 16/10/1999

Prenez bien soin de regarder votre espace autour de vous, de laisser votre siège à proximité, puis de prendre le temps de sentir les pieds, de les bouger dans les chaussures, jusqu’à ce que vous trouviez un équilibre.

Puis vous allez prendre conscience des tensions inutiles en les laissant partir.

Au niveau du sommet du corps, bien relâcher le front, la région des yeux, le nez, les joues, l’intérieur de la bouche, puis de prendre conscience du cou, de la nuque ; et de laisser le relâchement s’installer dans les épaules, tout le long des bras, jusqu’au niveau des doigts.

Puis de porter votre attention au niveau du dos, de bien le détendre au niveau des omoplates, tout le long de la colonne vertébrale, jusqu’au bas du dos.

De prendre conscience de l’avant du corps, en relâchant bien l’espace de la poitrine, de l’ensemble du thorax.

On peut prendre conscience du ventre, du relâchement qui s’installe ; jusqu’au niveau des jambes.

En repérant les tensions inutiles, en essayant de les laisser partir dans la mesure du possible ; jusqu’au bout des pieds.

Puis nous prenons conscience de notre respiration.

Et nous allons faire l’exercice de prise d’énergie. Une première fois, les mains croisées au niveau du ventre, nous allons en montant les bras inspirer mains croisées, puis lorsque nous redescendons les bras, nous laissons l’expiration se faire à notre rythme ; nous enchaînons ce mouvement en trouvant pour nous notre harmonie.

Nous laissons les bras revenir le long du corps ; relaxation de l’ensemble du corps ; petite pause d’intégration.

Puis nous reprenons une deuxième fois l’exercice ; inspiration, nous montons les bras ; expiration, nous les redescendons, chacun à son rythme, en étant attentif à la respiration, à l’énergie.

Nous laissons les bras revenir le long du corps. Conscience des pieds bien ancrés, de la respiration, de l’équilibre, de notre tête au sommet du corps.

Nous reprenons l’exercice une troisième fois.

Nous cessons le mouvement et nous allons vivre la pause d’intégration en prenant place sur notre siège.

Dans une position confortable, qui reste toutefois tonique, conscience des points d’appuis, pieds sur le sol, cuisses, fesses sur la chaise, le dos contre le dossier, les mains ; nous allons prendre conscience de la forme de la tête, de notre visage sans tensions ; du cou, de la nuque en train de se relâcher ; suivis de la longueur de nos bras, sans tensions ; conscience de la forme de l’espace de notre thorax sans tensions ; nous prenons conscience de la forme de notre buste, sans tensions ; et enfin nous prenons conscience de la longueur, de la forme de nos membres inférieurs, des cuisses jusqu’au bout des orteils, en train de se relâcher plus en profondeur maintenant que nous sommes assis.

Et afin de globaliser la forme, la conscience de la forme de notre corps, nous allons faire ce petit mouvement respiratoire ; inspiration, légère rétention, tension douce du corps en prenant bien conscience de la forme globale de notre corps sans tensions.

Nous allons prendre contact avec une sensation positive que nous aimerions diffuser, amplifier, développer à l’intérieur de nous ; nous allons porter notre attention dans cette zone où la sensation est positive ; cela peut être aussi un sentiment positif, peut-être activé à présent à partir de l’inspiration que nous amenons dans cette zone ; conscience de la présence du positif, et lorsque nous expirons nous laissons se diffuser ce positif, diffusion, rayonnement, développement.

Et progressivement, nous allons cesser cette activation en restant bien en contact avec le positif qui existe, qui vit en nous ; nous laissons notre respiration retrouver son rythme, sans contrôle de notre part.

Et puis nous allons changer de position pour trouver notre confort dans la posture du troisième degré, au bord de la chaise ; conscience de la forme sans tensions, conscience de notre équilibre, et conscience de notre respiration libre et calme au niveau abdominal ; et nous allons prendre quelques minutes de méditation, afin de nous dégager, de dégager, de libérer notre esprit de toute forme d’attentions, de vouloirs ; et pour cela, nous avons comme aide la respiration que nous pouvons suivre en laissant les idées défiler sans que nous les suivions.

Puis nous allons relâcher la posture, revenir quelques instants assis au fond de la chaise, afin de vivre la pause d’intégration.

Avant de passer à la phase de désophronisation, nous pouvons anticiper, visualiser pour préparer la suite du programme, en repensant à la journée, en pensant à la dernière partie de cette journée et aux suites éventuelles que nous aimerions partager.

Puis, quand nous le sentons bon pour nous, nous commencerons la désophronisation en bougeant les mains, les pieds, en activant doucement la respiration, étirements, bâillements, jusqu’à la réouverture des yeux.

par Katia Monnet le 16/10/1999

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr