P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

que nous apporte la sophrologie

 

 

dernière modification de cette page le 24-sept.-2012

journal n° 39 / journée du 24/04/2010

« Brain storming » ou Tempête de cerveau, synthèse des 2 ateliers

 

Etayage positif, meilleure présence, meilleure tranquillité, pause, ressourcement, bien-être

Connaissance de soi-même, apprendre à s’aimer

Apports d’outils, caisse à outils qui permet une tempérance

Acceptation, dédramatisation,  relativiser, lâcher-prise

Prendre soin de soi, présence à soi, écoute de ses besoins

Unité,  stabilité, verticalité

Prise de conscience de ses capacités, liberté, humilité

La joie de son enfant intérieur

Spontanéité, une plus grande simplicité, émerveillement

Equilibre physico-mental, santé, vitalité

Conscience de la globalité de la personne – Intelligence du corps et du cœur

Découverte de certaines régions de soi sans peur et sans reproche

Bienveillance, fluidité, cohérence, responsabilité

Plus d’authenticité, d’ancrage – assise, action, intuition

Ecoute de ses sensations, de ses sentiments, de ses émotions. – Faire la Paix

Permet de laisser vivre et exprimer ses émotions, dire ce que l’on sent, s’autoriser à être ce que l’on est

Questionnement, renaissance

Développer la  perception

Goûter avec ses sens, avoir plus de sens, sensorialité

Espace intérieur, souffle intérieur

Mise à jour de ce qui donne « sens » à sa vie, clarifier ce qui est important pour soi

Sentiment de joie, d’équilibre profond – plaisir d’exister, présence ouverte

Abondance, sérénité

 

Partager, se relier aux autres

Un autre regard sur Soi et les Autres

Aborder la rencontre en conscience de l’histoire de l’Autre

Apprendre à respecter ma valeur et la valeur de l’autre

Une meilleure écoute de soi et des autres, s’ouvrir davantage aux autres

Ecoute vraie, compassion, empathie

Abandon du pouvoir, le mien et celui de l’autre

Se positionner par rapport aux autres sans agressivité, la juste distance

 

Savoir se contenter des petites choses simples, de l’instant présent – vivre l’instant

Intuition profonde que l’exceptionnel est dans le quotidien, aimer ce qu’il advient

Intégration perpétuelle

Arrêter de vivre « petit » =expansion

Passage du compliqué au complexe (pour l’existence)…image de l’orchestre qui s’accorde avant le concert (compliqué) à l’harmonie du concert (complexe)

Valeur accordée aux mots

Sacralisation de la respiration, réveil des cellules, Energie

Conscience de la force du silence, de la richesse du silence,

Connexion avec la méditation, état méditatif, détachement

Chaque chose à sa place

Regain de créativité, conscience d’une création continue

Se relier à l’univers, conscience du vivant, gratitude à la vie, sens du sacré

Spiritualité

Travail de la conscience – Force de l’entrainement

 

 

Les champs d’application de la sophrologie

 

-          Champ « personnel »

Développement personnel / Rapport à soi

 Le Relationnel dans la vie familiale

-          Champ professionnel

Social

Pédagogique

Sportif

Médical

Accompagnement Thérapeutique

Le travail de prévention touche quant à lui différents champs d’application

 

Ouvrage mentionné concernant ce sujet : Sophrologie – Champs d’application / Ouvrage  collectif sous la direction du Dr. Chéné, éd. Ellébore

 

Echanges lors de l’atelier du matin

 

Accompagnement Thérapeutique en Sophrologie…

 

Ce peut être l’accompagnement d’une personne blessée qui suit une rééducation avec un Kiné et qui peut y associer un travail avec un sophrologue pour améliorer une réappropriation de son schéma corporel affecté.

 « Je ne fais pas de soins mais par contre j’accompagne, j’améliore le rendement  du travail du       Kiné »

Tout ce qui touche à la gestion de la douleur… « Ce qui est important dans cette dimension thérapeutique, c’est de vivre différemment l’ancrage ; et peut-être chercher ce que cette maladie a à me dire au niveau du langage corporel »

« L’accompagnement peut aussi permettre la prise de conscience, qu’à un moment donné de l’existence, la douleur fait partie  intégrante de la Vie et qu’il nous faut apprendre à la gérer. »

L’accompagnement thérapeutique, c’est aussi l’accompagnement en fin de vie pour permettre à la personne de lâcher sa peur au quotidien… 

L’accompagnement sophrologique en soins palliatifs est entrain de se développer considérablement

« Pour des personnes suivies par un psychiatre, avant même le développement de leurs capacités, c’est leur permettre une prise de conscience de leurs capacités. »

 Dans l’accompagnement thérapeutique, on retrouve cette notion « d’étayage ». Comment transformer quelque chose qui est présent, lourd à porter en une structure « étayante» ?

 

 

 

 

Sophro-thérapie

 

Formation reconnue au niveau de l’Europe à l’initiative de Danielle Raynal

On touche les valeurs essentielles de l’Etre dans cette démarche qu’elle soit avec la sophrologie mais aussi avec d’autres thérapies (PNL, Gestalt…) On quitte la « Personnalité » (ce qui nous a construit) pour aller vers le centre de son Etre et donner du sens à sa Vie. Lorsque le « sens » apparait, on lâche notre personnalité ; personnalité que nous avons construit de l’extérieur. L’enfant ne peut pas faire autrement. En réponse à son entourage, il se construit une personnalité pour vivre avec les autres, au détriment de l’Etre…mais l’Etre est toujours présent

Le Sens est en nous, il n’est pas à l’extérieur. Exister, c’est ce mettre à l’extérieur, non plus avec des modèles mais par rapport à Soi.

Il faut petit à petit redonner du Sens, non plus avec quelque chose de l’extérieur mais de l’intérieur, donc je vais aller à la recherche de mes capacités et de cette intuition que j’ai  d’être venu au monde pour me réaliser et réaliser quelque chose (se créer soi-même). Au plus je lâche les tensions dont je n’ai plus besoin au plus je prends conscience de cette Vie qui est là.

 

La Sophrologie se vit et c’est le Vie. La méthode doit être vécue ; à chacun de se l’approprier…Pouvoir écrire, donner ses propres mots. Comme le dit Caycedo « arrêtez de lire le livre des autres, écrivez votre propre livre »

 

La phénodescription

 

Difficulté pour exprimer ou mettre en mots…. Cela passe par l’entrainement

Nécessité de réaliser une réduction par rapport à ses croyances limitatives et par rapport à l’importance accordée au  regard de l’autre !

« J’avais toujours l’image de mon professeur de français, et moi, devant ma copie, me disant « qu’est-ce que je vais bien pouvoir écrire! ». Je n’étais pas du tout en relation avec ce que je vivais à l’intérieur. J’étais là, avec l’idée de plaire».

Lorsque je reviens à ma sensation présente, je suis en connexion avec moi-même….et je vais pouvoir décrire ce que je ressens

 

Nous devons nous réapproprier le langage. Le langage est symbolique. Qu’est-ce que nous mettons derrière les mots ? Nous nous apercevons que derrière le langage, c’est la Vivance qui nous dit ce qui a du sens pour nous et c’est bien ce passage par l’écriture et le langage qui donne du Sens à notre Vivance.

Si j’évoque un arbre ou une chaise, chacun va avoir sa représentation mentale derrière le mot. Par contre dans ma corporalité, dans mon ressenti corporel, je vais passer par différentes formes  de langage pour exprimer ce que je ressens. La sensation peut ramener à une image mentale mais aussi à la perception que j’ai, à ce moment là, à ce que cela évoque pour moi.

 

Difficulté pour parler du négatif en Sophrologie, alors que le négatif est étayant dans le sens de l’Etre. La disparition des tensions que l’on a mises en place passe forcément par des moments désagréables.

 

En guise de synthèse…Comme aboutissement suite au débat et aux différents échanges.

 

« Que nous apporte la Sophrologie ? »

 

L’éveil de la conscience

L’éveil de la conscience dans toute sa force, et cela englobe tous les champs d’application évoqués

 

Une Boite à outils

Une boite à outils, qui permet d’aller

- vers le développement personnel,

- vers le développement de la personne dans sa conscience

- vers le développement de la personne dans sa conscience dans sa vie professionnelle

- vers le développement de la personne dans sa conscience au niveau social, dans sa relation, dans sa vie Familiale…

- vers le développement de sa conscience dans ses épreuves médicales, dans sa santé dans le soin thérapeutique

 

S’apercevoir, dans son quotidien, que « je suis conscience »

Cela se travaille en permanence, l’entrainement est quotidien

Nous pouvons conclure avec la définition de la Conscience de Caycedo : « c’est la force d’intégration des capacités existentielles de l’Etre »

 

Echanges durant l’atelier de l’après-midi

 

Place de la Sophrologie

 

L’ensemble de ce qui a été énoncé lors du « brain storming » met en évidence l’évolution de la sophrologie

Evolution très nette, avec le temps de la place et de la reconnaissance de la Sophrologie.

Ouverture des champs d’application incontestable

Il existe maintenant un lien réel avec les différents partenaires du monde médical même si l’ouverture sur ce secteur reste toujours délicate, difficile  et nécessite du temps et de l’énergie.

En milieu hospitalier, il reste souvent difficile d’intervenir auprès du personnel soignant. La Direction a souvent du mal à entendre le malaise ou l’épuisement du personnel.

Très vite apparaissent de peurs liées au questionnement suivant : Que va-t-il ressortir de la mise en place de la sophrologie ? Pas de maitrise possible de la situation….avec toutes les craintes que cela suscite !

Même réaction dans le cadre d’un centre Social quand il s’agit d’intervenir auprès de l’équipe des salariés

Quelque soit le secteur, il reste encore souvent une méconnaissance de la Sophrologie qui enclenche des interprétations :

ð  Nécessité d’informer, de créer des outils de vulgarisations

ð  Passage par des « connaissances », des contacts humains avant d’avoir une reconnaissance

 

Il existe des enjeux stratégiques, des enjeux de pouvoir qu’il ne faut pas oublier ou gommer.

Celui qui a le pouvoir, c’est celui qui donne l’expression, qui la prend en charge et qui la gère.

Dans le champ pédagogique, lorsqu’on touche à  un apport sur la mémoire et sur la concentration, on arrive là aussi très vite sur des oppositions de pouvoir : qui sait « faire apprendre à l’autre ». Il ya des enjeux très forts autour de cela même si ce n’est pas conscient.

C’est pour cela que très souvent il est important de passer par une autorité qui va servir d’interface

 

 

Qu’est-ce qui fait l’essentiel ?

 

« La sophrologie, c’est avant tout un art de vivre ce que nous sommes, et après, c’est comme si nous remettions toujours quelque chose au centre de la vie qui se manifeste… à travers le sport, à travers la maladie…à travers différents phénomènes … et toujours revenir à cette question centrale : qu’est-ce qui est Bon…pour être Bien »

La sophrologie s’adresse à l’Etre, à son rayonnement

« C’est apprendre à mieux me connaitre pour mieux me projeter dans l’Existence »

Dans l’accompagnement en fin de vie, c’est permettre à la personne de vivre le moment présent et l’aider à percevoir les soins avec plus de douceur.

La sophrologie, c’est vraiment le carrefour, là ou le corps et le mental peuvent être ensemble et œuvrer ensemble pour un mieux Etre, pour un bien Etre avec Soi ; pour une meilleure conscience de soi »

 

« Face à mon cheminement dans la sophrologie mais en tenant compte aussi de son évolution, j’ai le sentiment qu’après s’être soit réparé, soit retrouvé…il arrive ensuite en chacun de nous cette aspiration à mettre son existence au service de l’humanité.

C’est comme si il y avait dans un 1ier temps une réconciliation de l’Etre dans sa propre demeure pour pouvoir aller ensuite au service de l’humanité…c’est comme si le monde devenait plus spirituel »

C’est vraiment un travail sur Soi pour aller vers l’Autre. »

 

« Il me semble qu’il existe actuellement un double courant dans notre société avec d’un côté

-          Un mouvement de « coupure avec Soi » : « tu ne penses plus à…..et cela ira mieux ». Mouvement ou l’on essaie de tout séparer, de saucissonner l’individu, de limiter la réflexion

Et d’un autre coté

-          1 mouvement avec cette recherche « d’être relié à Soi », avec un nombre impressionnant d’approches pour tendre vers cela : Méditation, art-thérapie, philo en soin palliatifs…etc…et la sophrologie en fait partie »

« Le monde va tellement vite que les gens ont peur des autres…ont peur d’eux-mêmes, et ils ont besoin d’aller vers quelque chose qui va les rassurer, les aider… »

Quelle est la place de l’humain dans notre société ?

Comment se positionner par rapport à toutes les sollicitations, consommation à outrance, dépendances et conséquences  de nos modes de vie ?

« En même temps, est-ce que ce n’est pas aussi un luxe de notre société occidentale riche que de  pouvoir se préoccuper de Soi ? »

« Certes, c’est un luxe mais cela nous donne la responsabilité d’en faire quelque chose…  Bien sûr, ce matin, je suis venu en voiture. Je ne vois pas comment je pourrais venir facilement, autrement  de la Haut Loire…C’est un luxe et c’est un luxe aussi de retrouver ici les gens du réseau... et tout ce qu’on vit. La question que cela me renvoie, ce n’est pas celle d’un retour en arrière ou de me priver de ceci ou cela…c’est qu’est-ce que je fais de ça….pour moi et en même temps pour les autres ou peut-être pour les autres si ils me le demandent. »

« La sophrologie m’a appris cela. Chaque fois que je peux faire autrement, j’en prends conscience, je suis moins dans des réflexes. »

« Je suis moins en conflit avec ce que je pense, ce que je dis, ce que je fais. La sophrologie m’a permis d’apporter plus de cohérence dans ma vie »

 

Et la place du Silence…

 

Importance du silence découvert ou « appris » pour certains avec la sophrologie

Silence et besoin parfois de solitude pour favoriser le retour à Soi et le ressourcement. Mais il s’agit alors d’une solitude choisie et sur un temps donné…. Un temps de solitude bien souvent réalisé dans le partage (retraite en monastère)

 « J’ai besoin de moments  ou je peux être dans un lien de moi à moi et quelquefois c’est plus facile quand je ne suis pas tout seul mais dans un groupe et quelquefois j’ai besoin du groupe pour retrouver cela »

 L’idée ce n’est pas de faire tout seul, c’est de faire à la fois seul…et avec d’autres…comme nous le pratiquons en sophrologie

 

En guise de conclusion…

 

«Que nous apporte la Sophrologie ?  »

 

La prise de conscience de notre  « Etre »

Un « Etre » en conscience

 

Proposition de thèmes à partager par la suite…

-          Le souffle

-          Le travail du cercle (Vision-mission-action)

-          L’intentionnalité

 

Bénédicte Lardy-Sandevoir et Dominique Raetz journée du 24/04/10

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr