P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

masculin et féminin

 

 

dernière modification de cette page le 24-sept.-2012

journal n° 2 du 27/04/1997

Nous allons commencer par nous mettre debout, pour éviter de trop nous endormir immédiatement, d'abord debout devant notre chaise, trouver la place sur nos pieds, bouger bien nos pieds pour bien établir la circulation dans les jambes et aussi quand nous bougeons nos pieds, nos jambes, bougeons nos orteils aussi, c'est important, commençons aussi à fermer nos yeux, c'est quelque chose intéressant à faire, commençons à prendre en conscience ici de notre place, de notre espace, de notre verticalité ; et puis nous allons nous étirer complètement en respirant à fond, nous étirer, nous grandissons, nous grandissons encore et nous soufflons, relax. Là, c'est permis de tout lâcher d'un seul coup. Encore une fois. Respirons, nous grandissons, nous étirons, nous attrapons les étoiles, nous tirons, tirons encore, d'un seul coup nous relâchons. Encore une fois. Puis, nous allons commencer à faire bouger notre corps, à faire bouger notre tête, à faire bouger nos bras, nos épaules, nous laissons gagner ce mouvement, cette fois-ci pour une fois en partant d'en haut plutôt et en lâchant bien nos épaules, lâchant nos bras libérons notre tension, s'il y a des tensions trop fortes, allons doucement, nous relâchons notre tête, laissons aller notre tête en avant, nous allons bringuebaler nos petits neurones doucement, pas trop fort, bringuebaler nos petits neurones dans notre cerveau et nous continuons ensuite en enroulant les épaules comme ça, laissons les aller en avant doucement, plongeons petit à petit, attention allons doucement pendant la digestion, en direction du bas vers le sol, continuons à descendre jusqu'à ce que nous sentions que nos doigts vont toucher le sol, plions nos jambes, il ne s'agit pas de faire du mal à notre colonne on continue à bouger comme ça doucement et nous remontons, nous allez remettre notre colonne en place ; nous respirons à fond jusqu'à ce que nous sentions que c'est plein, tout plein dans la poitrine, nous soufflons un grand coup, nous respirez à fond, tout plein, tout plein. Encore une fois, ça réveille un petit peu, ça va.

Maintenant, nous allez pouvoir nous asseoir sur notre chaise, prendre notre position de confort habituelle en nous posant dans nos points d'appuis comme d'habitude bien entendu dans nos pieds, dans notre bassin, dans notre dos et nous prenons conscience de la forme, de la tête, du visage sans tension ; la forme des épaules des bras ; la forme du dos, de la cage thoracique, du ventre, du bassin la forme globale de notre tronc sans tension ; la forme des membres inférieurs, conscience de la forme totale de tout notre corps, la forme globale de notre corps dans cette pièce dans la détente.

Encore une fois, nous nous plongeons dans cet espace intermédiaire entre veille sommeil en laissant se connecter, s'ouvrir toutes les relations, tous les circuits entre notre cerveau gauche, notre cerveau droit, entre notre conscient et notre inconscient, entre les structures de notre corps, de notre pensée, de notre conscience et une nouvelle fois aujourd'hui, nous nous apprêtons à un voyage dans notre espace imaginaire pour voir les symboles, les archétypes, les images que nous allons pouvoir créer pour nous, en laissant la libre intervention avant toutes choses de notre intuition, de cette manifestation libre, spontanée ;

Et alors maintenant nous allons partir à nouveau dans un paysage, encore un autre, c'est encore une grande forêt, une belle forêt avec une allée, vous savez comme cette allée qu'il y avait dans l'ancien temps, ce que l'on appelait des allées cavalières presque aussi larges que des routes, une grande, belle allée au milieu des bois, encore une fois à cet endroit, rendons-nous compte de ce qui nous environne, de la qualité du sol sur lequel nous marchons, de tout ce qui parvient à nous par l'intermédiaire de l'un ou l'autre de nos sens, les oiseaux, les odeurs, la chaleur, laissons-nous le temps, quelques minutes, de faire quelques pas de marche à travers cet espace et à un détour de cette allée.

Nous allons découvrir un château magnifique, un château de légende entouré de parcs, de pelouses, de fleurs, ce château, c'est là que nous devons nous rendre pour le rendez-vous de maintenant, traversons le parc et nous arrivons au pied d'un bel escalier, grand escalier de pierres, l'environnement autour de nous même s'il n'y a personne est un environnement paisible et accueillant et nous allons rentrer dans le hall du château. Ce hall a quelque chose de particulier, c'est que il y a juste deux portes qui débouchent dedans, une porte à gauche et une porte à droite, dans ce château vit un couple une femme et un homme, chacun des deux représente une partie très profonde encore une fois, très ancestrale, très archétypale de nous-mêmes, notre femme intérieure, notre homme intérieur, notre Yang, notre Inn, si nous voulons regarder d'une autre façon ;

nous avons rendez-vous avec ces deux personnages, nous allons nous rendre vers la première porte, simplement maintenant nous allons rencontrer un homme, par exemple celle qui est, eh bien là où nous voudrons à gauche ou à droite comme nous en avons envie ; nous allons frapper à cette porte qui va s'ouvrir en face de nous, il y a l'image de notre partie homme qui nous accueille avec beaucoup d'affection, beaucoup de tendresse, content que nous soyons ici à ce rendez-vous, prenons le temps de dire quelques mots à notre homme intérieur, nous allons ressortir dans le hall, aller frapper à l'autre porte qui va vous révéler notre femme intérieure, elle aussi nous attend, elle aussi est heureuse que nous soyons à ce rendez-vous.

Ce couple réel, avec qui maintenant nous allons gagner la terrasse ou un salon si nous préférons, nous installer et nous allons pendant quelques minutes établir un dialogue, le dialogue peut-être, peut s'établir entre lui et elle, elle et lui, ou entre lui et nous ou entre elle et nous ou de manière triangulaire comme nous en avons envie encore une fois ces deux conseillers sont des parties de nous très ancestrales ; peut-être des phrases, peut-être des mot, peut-être le silence.

Et puis nous songeons aussi que les meilleures choses ont une fin, encore une fois ces conseillers sont des parties de nous que nous apprendrons à rencontrer régulièrement, elle et lui nous les laissons retourner chacun dans leurs appartements ;

et nous prenons le temps à nouveau de prendre pour nous la posture du troisième degré, de laisser dans cette posture, de nous laisser le temps de la synthèse soit en gardant, en ramenant, en réactualisant ce qui a été le plus important pour nous de ce dialogue ou une phrase, un mot, un sentiment, une image qui soit importante que nous conservions pour nous, que nous ramenions dans notre niveau habituel et conscient ;

s'il n'y a pas de synthèse qui se produit, cela n'a aucune importance ;

et nous amplifions un peu notre respiration pour pouvoir, grâce à une respiration dans la ligne de la présence immédiate, de la respiration synchronique, ancrer, réancrer au niveau de notre corporalité, les aspects importants de cet exercice, ceux que nous souhaitons le plus intimement conserver ;

Nous amplifions un peu plus notre respiration sur l'inspire maintenant nous préparant à terminer progressivement à partir des doigts, des mains, des orteils, des pieds, à nous étirer, bailler, soupirer en nous donnant tout le temps qui nous paraît utile et important et quand nous en aurons envie à ce moment-là mais simplement à votre propre rythme comme nous en avons l'habitude, nous pourrons alors ouvrir les yeux. 

Michel Billard

(adaptation d'une pratique transmise en post-formation au cours d'un stage sur l'Imaginaire)

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr