P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

le voyage

 

 

dernière modification de cette page le 28-juin-2015

journal n° 57 du 24/11/2014

Nous inviter à voyager dans l'espace, explorer l’univers illimité de nos consciences pour découvrir des pays, des continents, des mondes, des galaxies accessibles et improbables. Nous inviter à voyager dans le temps, à partir de ce mot voyage autour duquel viendront peut être s'agglomérer des souvenirs, des images, porteurs dans l'instant du sens de notre histoire. Qu'est ce qui est important pour nous dans cette expérience: Le voyage à l'intérieur ou à l'extérieur ?

 

9h05 :

« Je peux si vous le souhaitez, vous guider pour le plus léger, le plus intime, le plus simple des voyages … Puisque nous allons vivre quelque chose de fort ensemble… » Bernard Werber ; le livre du voyage.

Peut-on poser n’importe quel thème comme intentionnalité avant une pratique sophrologique ? Intentionnalité de la séance elle-même mais aussi avant les exercices ?

Dans l’affirmative n’est-ce pas la réalité objective du sophrologue qui risque d’interférer avec celle de ceux qui sont guidés dans la séance ? Question que je me suis posée maintes fois et dont les réponses comme un kaléidoscope se révèlent à moi … selon ma réalité objective du moment….

Je me présente…Je suis diplômée CEPS (Coordination des Ecoles Professionnelles en Sophrologie) puisque j’ai été formée principalement à l’ISRA. Je ne suis donc pas d’obédience Caycédienne bien que j’aie suivi certaines formations avec Bernard Barel et Alicia Gomez qui m’ont beaucoup enrichie.

Les mots s’ils ont une sonorité, une orthographe ont aussi une définition : Je vous donc commencer par la définition du mot atelier et celle du mot voyage, celles du dictionnaire, car la définition comme le mot lui-même peut provoquer une éclosion, une poussée dans notre conscience, mettre en branle quelque chose de superficiel ou de plus profond. 

Un atelier : est un local où travaille manuellement quelqu'un pour son métier artisanal ou pour son plaisir ou un service, secteur où travaillent plusieurs ouvriers ensemble.

Groupe de travail constitué autour d'une activité, d'un thème dans le domaine de l'enseignement, d'un congrès etc. C’est l’ensemble des collaborateurs, des aides ou élèves d'un artiste ou d’un maître dans une école ou au sein d’une unité d'enseignement.

Le voyage : est l’action de se transporter, de se rendre d’un lieu à un autre ainsi que l’exploration, la découverte, la description de quelque chose qu’on suit comme un parcours.

Peut-être certains mots de cette définition viennent-ils plus particulièrement chatouiller votre conscience…

…………………………………………………………………………………………………………………

Puis  dans la posture que vous voulez, je vous propose de fermer les yeux et de prendre conscience du voyage que vous avez effectué pour venir jusqu’ici. A partir du moment où vous avez été dans la perspective de ce voyage,  sa préparation, votre météo intérieure et extérieure, les conditions du déplacement, le mode de transport, les personnes que vous avez rencontrées, votre état d’esprit lorsque vous avez gravi l’escalier et êtes entrés dans cette salle….

Vous pouvez laisser émerger le moment le plus important, significatif ou positif :

Intégration et ouverture des yeux.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………….

L’éventualité d’un voyage avec vous m’est venue en relisant le livre de Bernard Werber « le voyage » très sophrologique à mon sens. L’auteur invite au voyage en établissant un lien entre le lecteur et lui dans une sorte « d’alliance ». Cette idée bien que très vague au départ me semblait juste car la sophrologie nous invite à explorer notre conscience, territoire infini à explorer. Il suffit parfois d’un déclic, d’un mot, d’une image plus colorée des voyages de notre vie  pour partir dans des directions insoupçonnées.

Quelques points passerelles entre le voyage et à la sophrologie que je vous suggère :

-      Dans certains voyages, il y a un guide touristique.  Je serai peut-être celui-là pour vous montrer du doigt les directions à prendre.

-      Pour partir en voyage nous faisons généralement notre valise… Et comme cette valise a un contenant délimité, nous devons faire un tri dans ce que nous voulons emporter, laisser ce qui nous parait inutile de côté : SDN.

-      Et si nous avons fait de la place, nous pouvons emporter des objets importants pour que nous soyons à l’aise : SSP.  Dans la perspective plus large de notre voyage sur cette terre,  ce peut être les valeurs…

-      Le voyage est un moment à vivre entre le départ et l’arrivée. Ce peut être l’occasion d’une suspension où les points de repère sont différents entre ce qu’on laisse et ce qu’on va trouver. Une parenthèse en quelque sorte…

Définition de la parenthèse en sophrologie : « C’est une autre façon d’observer le monde par une suspension du jugement. Nous mettons entre parenthèses notre façon de concevoir la chose que nous expérimentons par une mise en suspens de nos conceptions, de nos préjugés pour être dans une relation la plus neutre, la plus ouverte possible pour la décrire telle qu’elle se donne dans l’expérience actuelle. »

Sophrologie. Lexique des concepts.

Peut-être avez-vous envie de poser les rapprochements qui vous viennent entre le voyage et la sophrologie ?

…………………………………………………………………………………………………………………

Tout peut-être un voyage : Partir en week-end, se rendre à son travail, faire ses courses, se balader… Le voyage, le déplacement ainsi que la destination  peuvent susciter un dépaysement, c’est-à-dire nous désorienter en nous faisant perdre nos repères, nos habitudes. Nous revenons à la fameuse parenthèse de tout à l’heure !

« Toute marche quel qu’elle soit est la symbolique de la découverte du monde. »

«  Le voyage s’achève… et dans trois jours nous rentrerons chez nous, nous embrasserons nos familles, nous verrons nos enfants, nous regarderons le courrier qui s’est accumulé, nous montrerons des centaines de photos que nous avons prises, nous raconterons des histoires sur le train, les villes par où nous sommes passés, les personnes qui ont croisé notre chemin. Tout cela pour nous convaincre nous-mêmes que quelque chose est arrivé »Paulo Coelho ; Aleph.

Il se peut que le voyage extérieur, le déplacement n’entraîne aucune mobilité à l’intérieur. Peut-être que comme le dit Paulo Coelho, nous pouvons faire des milliers de kilomètres et revenir sans le sentiment d’avoir voyagé ?

Quant à Xavier de Maistre, il a fait en sorte de voyager dans une quasi immobilité puisqu’il a écrit « Voyage autour de ma chambre » où il s’oppose à la vogue des récits d’aventures et de voyages du XIX e siècle, en prônant l’immobilité la plus complète, grâce à laquelle il peut faire taire les contingences et donner libre cours à son imagination…

Pour voyager, il est important d’être confortable et avoir une tenue adaptée aux circonstances, les bonnes chaussures si on marche, un moyen de locomotion adapté etc…Ce sont des choix importants qui peuvent influer sur notre façon de voyager.

En sophrologie, les postures sont proposées pour favoriser l’intentionnalité d’un exercice.

En ce qui concerne les deux pratiques de cet atelier je me contenterai de vous les suggérer : la posture debout, celle du 2ème degré qui est plus particulièrement adaptée à l’intégration  et la posture dite anatomique au bord du siège pour une remontée de la conscience vers un niveau plus vigile.

Des chercheurs ont montré que « le voyage mental » dans le temps active les systèmes sensorimoteurs liés à la perception de l’espace. Comme dans la relativité d’Einstein, l’espace et le temps ne seraient pas psychologiquement indépendants. Le voyage dans l’espace et celui dans le temps ne seraient donc pas si différents…

9h25 :

  1. Voyage dans l’espace intérieur :

« Vous qui n’avez pas peur d’explorer les gouffres de la terre et les profondeurs des océans, de voyager dans les airs à l’autre bout du monde et du cosmos, auriez-vous peur de regarder en face et de plonger à l’intérieur d’un continent de moins de deux mètres carrés de superficie qui s’appelle homme ?  Deux mètres carré d’inconnu plus facilement accessibles à qui décide d’entreprendre ce voyage que n’importe quelle pièce dont il faut pousser la porte dans notre propre maison… » Extrait du livre de Claude Imbert ; la nouvelle sophrologie.

 « A partir de maintenant je te propose de me percevoir non plus comme un long déroulement de mots et de virgules, mais comme une voix… »

« Si tu veux continuer avec moi, il va nous falloir passer un contrat.

Tu attends de moi que je te fasse rêver.

J’attends de toi que tu te laisses complétement aller et que tu abandonnes un moment tes soucis quotidiens.

Ne t’engage que si tu souhaites très fort qu’il se produise quelque chose entre nous.

Ce qui arrivera ensuite ne dépend que de toi.

Alors tu y vas ? Bernard Werber ; Le livre su voyage.

Pratique :

Position debout : Quand vous êtes prêts, vous fermez les yeux…

En ce début de pratique vous pouvez activer l’enracinement par la respiration. Sur l’expiration, vous posez vos racines en mettant la conscience dans vos pieds et sur l’inspiration vous étirez vos bras vers le ciel. Vos branches peuvent bouger selon les variations de la météo….

Puis vous continuez l’exercice en y mettant une intentionnalité différente : vous continuez à inspirer vers le haut et sur l’expiration, vos bras redescendent tout doucement en dessinant la forme de votre corps…

Vous portez votre attention sur le front, votre front se relâche, les paupières, les joues, l’intérieur de la bouche, les lèvres, les mâchoires. Vous retrouvez vos repères de détente….Vous prenez conscience de votre visage, de votre tête en train de se relâcher….

Vous portez votre attention sur la région de la thyroïde, le cou, la nuque se détendent ainsi que les épaules, les bras, les avant-bras, les mains et vous prenez conscience de toute cette région du corps qui se relâche….

Vous portez votre attention sur la région du sternum et vous accueillez toutes les sensations de détente dans le thorax et la partie interne des bras et des mains.

Vous portez votre attention à la région de l’estomac, le ventre se libère et vous faîtes pendant quelques instants une respiration abdominale en vous laissant aller jusqu’au bout de vos expirations…

Le bassin se détend ainsi que vos membres inférieurs jusqu’au bout des pieds…

Vous prenez conscience que tout votre corps se détend…

Je vous propose avant de vous asseoir d’activer la présence de la vie en vous selon la technique IRTER : sur l’inspiration, vous fermez les poings, rétention du souffle, tension douce de tout le corps, expiration …

« Il te faut trouver un fauteuil confortable, ou aucun muscle ne sera froissé, aucune articulation tordue, où il n’y aura plus dans ton corps la moindre tension.. »Bernard Werber ; le livre du voyage.

Posture du 2ème degré : Vous prenez place tranquillement sur vos sièges et vous descendez à chaque expiration un peu plus dans la détente….

Si vous le voulez bien je vous propose un moment de déplacement du négatif : Sur chaque expiration douce, tranquille, vous mettez en dehors de vous tout ce qui parasite votre concentration sur la présence de la vie en train de se manifester.

Maintenant vous allez partir en voyage…Je vous laisse d’abord un temps pour choisir votre destination. Un lieu où vous allez de temps en temps ou habituellement, où vous souhaitez aller, un jardin, un endroit dans la nature, une pièce, la maison d’une personne que vous aimez. Ce peut être un endroit imaginaire ou une cachette de votre enfance. Je vous laisse poser le décor du lieu que vous désirez rejoindre…

Vous revenez à votre présence ici et maintenant pour préparer ce voyage en laissant venir tout tranquillement ce que vous laissez, tout ce que vous ne voulez pas emporter dans ce lieu. Des sensations, des images, des souvenirs que vous évacuez par la respiration pour ne pas les emporter dans vos valises… PI.

Vous laissez venir tout ce que vous voulez emporter avec vous et vous vous en emplissez sue chaque expiration…PI.

Vous accueillez la pensée de ce lieu que vous avez choisi. Puis vous vous dirigez vers lui en vous avançant sur votre siège dans une posture confortable.

Arrivé dans ce lieu vous allez l’explorer… Visuellement d’une façon globale puis chaque détail qui se présente à vous, les objets, les couleurs, les formes, la perspective… Peut-être que vous allez vous-même vous apercevoir  dans ce lieu…

Vous contactez ce lieu par le sens du toucher… les pieds sur le sol, les mains, leur contact l’une sur l’autre, les objets, le tissu de vos vêtements, l’air sur la peau…

Vous écoutez les sons… Vous entendez vos propres pas, le bruit de votre respiration… Vous accueillez tous les bruits qui se manifestent. Peut-être le silence.

Vous allez à la rencontre des parfums, des senteurs, vous accueillez les arômes de ce lieu…

Vous pouvez vous arrêter tous vos sens en éveil et recevoir les informations qui vous parviennent… Vous vous imprégnez de ce lieu…

Vous vous installez à nouveau contre votre dossier et vous continuez tranquillement à laisser ce lieu s’ancrer en vous à l’aide de la respiration, vous le mettez à l’intérieur pour y accéder librement quand vous le souhaiterez.

PI : En quittant ce lieu, vous laissez venir les images, les souvenirs de ce lieu, les objets que vous désirez mettre dans votre valise au retour…

Restitution écrite…

9h50 :

2ème partie : Voyage dans le passé…

Se souvenir c’est aller chercher certains éléments de notre passé dans ceux que notre mémoire a conservés. Il faut avoir la capacité au départ de stocker le matériel pour l’archiver et le retrouver ensuite.

Yves Davrou dit quelque chose qui m’a semblé important à propos de la mémoire. Si lors de l’acquisition d‘un souvenir, les évènements sont filtrés, ce qui fait que le souvenir est parcellaire, cette sélection continue au moment du rappel du souvenir car la mémoire là aussi, est subordonnée aux « activités d’organisation qui ont une fonction sélective ».

C’est ce qui se passe  avec l’exercice d’entrainement de la mémoire dont je vous rappelle la technique : Nous divisons notre existence en trois tiers à peu près égaux et  pour chacun de ces tiers laissons émerger un souvenir positif. Cette technique se déroule selon cinq étapes :

  1. L’évocation : On laisse filer les images, les souvenirs positifs du 1er tiers sans s’attarder comme si un film se déroulait en accéléré. Si aucun souvenir ne vient, on continue à laisser filer car cette évocation doit être le plus rapide possible.

 

  1. La fixation : On sélectionne un souvenir positif concret. L’objectif se règle, c’est la mise au point.

 

  1. L’association : On  associe le souvenir positif avec d’autres images. C’est le moment où on balaie les détails de la situation d’une façon libre en accueillant toutes les images qui viennent s’y associer.

  2. La répétition : On répète les trois étapes précédentes en vue de l’organisation des pensées, des images et à leur intégration pour préparer l’étape suivante.

 

  1. La présentation : Etape ultime qui donne lieu à la traduction à travers le langage oral ou écrit ou même un dessin  du résumé  des quatre étapes précédentes.

Dans cette pratique, nous effectuons une sélection positive de nos souvenirs. Ce cadrage nous permet une réduction quant au nombre de leurs séquences. Au cours de la fixation, la reconstruction de l’évènement retenu se fait aussi dans une coloration positive. Autrement dit, le rappel de la situation se reconstituera selon un axe de recherche précis.

Serait-il possible de resserrer encore le champ des souvenirs en suggérant un thème ? Je vous propose de l’expérimenter dans la pratique qui va suivre...

10h :

Pratique :

Posture du 2ème degré et fermeture des yeux : Rétention douce du corps trois fois…

Vous allez partager votre vie en trois tiers en précisant les années et les âges qui les balisent étant entendu que le 1er tiers sera le plus ancien.

1er tiers :

Je vous propose de vous installer en posture anatomique confortablement, au bord de votre chaise, le dos bien droit pour :                                                                 

  1. L’évocation : Vous vous rappelez les dates ou votre âge durant cette période en la laissant se dérouler librement et vous laissez monter un souvenir positif de voyage… Lorsque ce souvenir est bien présent,

 

Vous passez en posture du 2ème degré pour :

  1. La fixation : Vous prenez le temps de le vivre dans ses aspects extérieurs, les circonstances, les évènements, les lieux, et ses aspects intérieurs, les sensations ou les émotions. Pour aider à le fixer dans votre mémoire pouvez lui donner un titre, un mot qui illustre cet instant…

En allongeant doucement votre  respiration, vous activer la présence de ce souvenir et sur l'expire, vous l’inscrivez au sein de votre biologie…

 

A nouveau au bord de votre chaise pour :

  1. L’association : vous vous concentrez sur ce souvenir et vous laissez venir toutes les associations en lien avec lui et vous les observez simplement comme si vous les notiez au fur et à mesure qu’elles vous parviennent.

Posture du 2ème degré : Approfondissement de la détente en laissant continuer les associations libres comme si elles glissaient sur vous…

PI pour l’assimilation  des trois 1ères étapes tranquillement à votre rythme.

 

Posture au bord du siège pour :

  1. La répétition: Vous remontez un peu votre niveau de conscience pour ce temps nécessaire de vérification, pour répéter les étapes précédentes et lorsque c’est le moment pour vous,

PI en posture du 2ème degré en appréciant le sentiment qui est là...

 

Posture au bord du siège pour :

  1. La présentification : C’est la synthèse  des trois premières étapes en retenant un mot, une phrase qui résument l’ensemble et qui émergent du mouvement de votre conscience……

PI de cette dernière étape en posture du 2ème degré à l’aide de la respiration…

Le 2ème tiers de votre vie :

Puis je vous propose de prendre à nouveau la posture de vigilance de la conscience au bord de votre siège pour :

  1. L’évocation : Vous laissez défiler les images, les souvenirs de  cette période de votre vie sans vous attarder puis vous laissez émerger de ce mouvement, une image plus nette, celle d’un souvenir précis de voyage…

 

Posture du 2ème degré :

  1. La  fixation. Vous revivez la situation dans tous ses aspects…PI…

 

Sur le bord de votre chaise :

  1. L’association : Vous laissez venir à votre conscience librement toutes les associations possible, les images, les pensées laissez-vous guider par ce flot d’informations issues de votre mémoire… Et vous prenez tranquillement la posture du 2ème degré tout en continuant à accueillir le processus et vous procédez à l’intégration des trois étapes précédentes…

 

Posture anatomique pour :

  1. La répétition…. PI en posture du 2ème degré…

 

En avant sur votre siège :

 

  1. Présentification qui permet d’unifier, de synthétiser toutes les informations que vous venez de recevoir à propos de ce souvenir d’un voyage dans le 2ème tiers de votre vie… PI en posture du 2ème degré…

 

3ème tiers :

  1. L’évocation  en posture anatomique au bord de votre siège….

 

  1. La fixation en posture du 2ème degré : Quand l’image est stable et précise dans les détails, vous la fixez en la revivant dans tous ses aspects puis en l’intégrant au sein de votre biologie à l’aide de votre respiration…

 

  1. L’association sur le bord de votre chaise…puis en posture du 2ème degré suite des associations et intégration des trois étapes précédentes…

 

  1. La répétition  sur le bord de votre chaise en niveau de conscience plus prêt de la veille, vous répétez ce que vous venez d’expérimenter, à votre rythme comme si vous vouliez retenir une leçon à apprendre…Intégration de l’enseignement en posture du 2ème degré…Puis vous ramassez le tout pour la:

 

  1. Présentification  en posture anatomique pour faire une fiche synthétique  courte et claire et avoir un aperçu, vous pouvez aussi souligner en rouge certaines parties du texte pour les mots importants…PI en posture du 2ème degré…

 

Je vous invite à passer en position debout pour laisser se dérouler votre conscience qui va s’arrêter à son rythme sur ces trois souvenirs positifs de voyage… Vous laissez se dérouler librement l’un après l’autre d’une façon  brève et synthétique ces trois situations. Puis vous laissez émerger le fil conducteur. Peut-être un détail va vous permettre de les relier. Vous pouvez aussi écrire une phrase ou visionnez une image… 

Intégration à l’aide de la respiration

Puis vous pourrez laisser s’estomper ces souvenirs pour les ranger dans un coin de votre conscience où ils sont bien… tout en continuant d’ancrer la trace,  le positif activé par ces souvenirs.

 

PT en posture du deuxième degré : Puisque que vous avez accepté de faire  voyage dans votre passé , je vous propose de vous arrêter quelques instants, de faire une pause pour prendre conscience  que tous les voyages de votre histoire vous ont permis de vous construire, d’être ce que vous êtes aujourd’hui, Vous prenez un moment pour activer vos savoir-faire, vos richesses  sur lesquels vous pouvez vous appuyer pour vous projeter dans votre avenir…

 

Avant de terminer, je vous laisse du temps de formuler un  souhait qui vous permettra de continuer le plus beau des voyages, celui que vous êtes en train de faire, le voyage de votre vie…

Vous allez amplifier votre respiration, remettre doucement le corps en mouvement en commençant par les extrémités et ouvrir les yeux sur le paysage extérieur….

 

10h35 : Restitution par petits groupes

 

En conclusion vous dire que nous sommes tous des voyageurs, des voyageurs de la Vie…

Je laisse encore une fois la parole à Paulo Coelho…

 

« Je ne peux voir dans le wagon qui est devant moi, mais là se trouvent des gens qui voyagent en même temps que moi, que vous, que tout le monde. Ainsi ce que nous appelons « vie » est un train avec de nombreux wagons. Parfois nous sommes dans l’un, parfois dans l’autre. »

« Notre  vie est un voyage constant, de la naissance à la mort. Le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment mais le train continue. » Paulo Coelho. Aleph.

Geneviève JOSSERAND - journée du 22/11/2014

 

Post Scriptum  sur les retours d’une demande faite au réseau :

"Je suis très touchée par vos réponses pertinentes aussi bien écrites que par téléphone à mon questionnement au sujet des activités périscolaires. Je prendrai le temps de vous recontacter pour un échange plus approfondi comme certains me l'ont suggérée après la période des fêtes car je serai plus disponible. Merci encore pour votre "réactivité" et à bientôt. Joyeuses fêtes à vous tous !" Geneviève.

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr