P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

le guerrier intérieur

 

 

dernière modification de cette page le 24-sept.-2012

journal n° 46 du 18/03/2012

IPS

Bonsoir à toutes et à tous.

Je suis heureux et ému de partager cette séance du guerrier avec vous.

La consigne, mais on en fait ce qu’on veut des consignes, c’était d’amener une image ou  un objet de notre guerrier intérieur. C’était surtout pour vous amener à cheminer, jusqu’ici et maintenant. Laisser cheminer en nous ces mots : guerrier, puissance, force…des choses qui sont fortes et qui nous ont amenés tous, les uns et les autres, jusqu’ici.

Donc maintenant on va déposer notre image, notre objet, on peut le rapprocher du centre, ou le garder sur nous si on le souhaite. Une fois qu’on aura déposé cette image du guerrier, on ouvrira la parenthèse de cette séance et on accueillera ce qui se présentera spontanément.

C’est peut-être un lien avec ce qu’on aura amené ou déposé, ce sera peut-être tout autre chose, c’est un espace libre et on prendra le temps de l’accueillir. Donc si vous voulez, on va commencer par déposer notre objet, notre image sans commentaire particulier, c’est simplement l’ouverture à tous les possibles.

Merci.

Donc on peut ouvrir notre séance. Pour cette séance du guerrier je vais vous proposer 2 temps, un temps debout et un temps assis.

La partie debout tout simplement pour retrouver toutes nos sensations. Pour venir nous activer en cette saison, du milieu de l’automne où la nature commence à recroqueviller, ou on commence peut-être à rentrer en nous, avant l’entrée de l’hiver…Pour prendre le temps de nous reconnecter à nos forces, de nous reconnecter à notre énergie, notre vitalité, notre guerrier intérieur, pour ce qu’il représente pour chacun de nous.

Donc prendre ce temps, juste ici maintenant dans cette séance, et laisser venir accueillir les sensations qui se présentent. Donc debout on fera quelques exercices qui se détendre, pour s’échauffer, on fera en particulier des petits mouvements pour venir trouver notre centre entre terre et ciel, prendre notre place ici maintenant dans l’inspiration, dans l’expiration. Venir se recentrer, venir s’enraciner dans notre réalité, d’aujourd’hui.

Donc parmi les exercices debout, un consiste à faire une respiration, la respiration « La Bodhy ». Les mains sont croisées devant nous, à l’inspire on s’étire on se grandit vers le ciel, à l’expire  on revient vers la terre, on détend on relâche, inspir on remonte on fait 3 moulinets à l’expir on relâche.

 Dans le dernier exercice debout c’est un exercice du guerrier qu’on appelle « trancher ».

On est dans des moments à l’automne où on a envie de se débarrasser, de couper sur des choses qui nous encombrent qui nous pèsent, et comme on sera bien enracinés on sera sur la fin de l’exercice debout, on fera un exercice où on tranche, où on fait des choix.

On commence bien enraciné, bien debout, à soupeser peut-être des choix entre 2 solutions, laisser simplement venir des choses qui nous encombrent nous dérangent et dont on souhaite se débarrasser ici. Puis à l’inspire on va laisser monter la main droite, inspirer s’étirer se grandir et à l’expir on tranche [avec l’accompagnement de la voix], 3 fois d’un côté 3 fois de l’autre. Essayez de repérer chacun un espace une place pour pouvoir trancher 3 fois de chaque côté, sans se gêner, tout en trouvant son espace son calme dans cette séance debout.

Ensuite on s’assoit pour notre relaxation. Sophro de base vivantielle, les 6 systèmes et ensuite en position de méditation sur l’avant de notre chaise. D’accord ? La 1ère partie debout, c’est important pour chacun de nous de trouver sa juste place.

Voilà pour les consignes de cette séance.

 

Pratique

Je vous propose de venir trouver une place debout et de commencer par des exercices de détente pour délier, secouer les mains, comme si on avait de l’eau au bout des doigts jusqu’au plafond, jusqu’au ciel, s’étirer se grandir, et à l’expir relâcher jusqu’à la terre [souffle]. Relâcher les bras, la tête, les épaules. Inspir on remonte toujours en secouant les mains, s’étirer se grandir, inspirer, expir on relâche.

Et comme ça 3-4 fois à notre rythme, au rythme de notre respiration de nos envies. – dans toute notre grandeur et dans toute notre détente. Une dernière fois on va aller jusqu’au sol, relâcher les bras, vérifier la détente sur les côtés avant arrière, sentir la tête qui se détend se relâche, les épaules les bras ballants, quelques secondes détendu relâché vers la terre, et doucement à l’inspir on remonte, retrouver notre axe vertical entre terre et ciel.

On va venir secouer les pieds, expulser les tensions, dégager d’un côté de l’autre côté, c’est l’occasion de faire notre place aussi !. Et on va venir maintenant sur la pointe des pieds, laisser sautiller les pieds et on laisse sortir quelques sons -----

Balancement des bras maintenant, trouver notre rotation axiale, sentir tout notre corps debout détendu relâché en continuant à faire notre place avec douceur, trouver à la fois notre espace intérieur et notre espace extérieur. Prendre conscience de la rotation de notre corps relaxé de la tête jusqu’aux pieds, rotation des épaules, de toute la colonne vertébrale, bassin, genoux chevilles, et doucement on va laisser le mouvement s’arrêter de son propre rythme, écouter les sensations. ---

On va faire maintenant des respirations complètes, entre la       terre et le ciel. Sur l’inspir, sentir l’énergie qui monte de la terre jusqu’au sommet de notre tête. Expire. L’énergie qui redescend du ciel dans tout notre corps jusqu’à la terre. Comme ça plusieurs respirations complètes. Inspir / expire – à notre rythme – en conscience – A l’inspir sentir toute l’énergie qui monte en nous, à l’expir la détente comme une douche apaisante.

Tout doucement on laisse s’estomper ces respirations conscientes.

On va venir imaginer 2 petites étincelles au centre de la terre, des étincelles de lumière d’énergie, qui montent doucement du centre de la terre jusque sous nos pieds. Le temps de visualiser, d’imaginer ces étincelles qui remontent du centre de la terre, sentir comment elles remontent, leur chaleur leur énergie jusque sous nos pieds, sentir le contact avec notre corps. Et puis sentir ces 2 étincelles de lumière qui montent dans notre corps, dans nos pieds, nos mollets, nos jambes, notre bassin, notre ventre, notre poitrine, notre tête, nos bras.

Nos 2 bras qui sur l’inspir vont venir s’élever, s’étirer au dessus de  la tête jusqu’au ciel, et on prend conscience des 2 étincelles qui montent jusqu’au bout des doigts, tête en arrière, position entre terre et ciel. Sentir l’énergie qui nous relie à la terre et au ciel – quand c’est bon pour nous, on relâche. ---- Accueil des sensations. Prendre conscience de notre position entre terre et ciel.

Doucement maintenant nous allons faire la respiration  « La Bodhy ». Et prendre conscience de notre axe vertical, droit et détendu, confortable, les pieds bien en contact les genoux souples, déverrouillés, comme si nous étions assis dans notre bassin, dos droit et bras étendus, épaules relâchées, tête droite menton légèrement rentré. Doucement nous venons poser les 2 mains paumes l’une sur l’autre vers le ciel, expiration nous vidons tout l’air, inspir les 2 bras montent vers le ciel, expiration nous descendons vers la terre. On se relâche jusqu’à ce que ce soit bon pour nous, et à l’inspire on va remonter, à notre rythme en conscience. Inspire les 2 bras remontent vers le ciel. Rétention du souffle, 3 moulinets des bras en rétention et à la 3ème on expire. A faire 3 fois au rythme de notre respiration. Enfin on ramène les 2 mains contre notre ventre– Détente relâchement, de nouveau accueillir les sensations, prendre conscience de notre présence debout entre terre et ciel.

Nous allons nous préparer à l’exercice du « trancher ». Pour cela nous commençons à mettre les 2 bras sur les côtés à l’horizontale, mains paumes vers le ciel et laisser venir une image, un choix, Quelque chose qui nous pèse, nous encombre, une décision que nous souhaitons prendre et pour laquelle nous hésitons. Simplement nous allons prendre conscience de notre bras droit, et sur l’inspir on monte le bras droit à la verticale, étirer, en même temps rétention du souffle, on relâche en tranchant jusqu’au sol [émission du son]. Relâcher et revenir en douceur – soupeser et laisser venir une autre image une autre situation, toujours du côté droit, et quand l’image est là, on inspire, on monte le bras droit à l’horizontale tendu et à l’expir on tranche ; relâchement ----  Laisser venir une 3ème image, ou reprendre plus profondément  ce qui se présente spontanément, inspiration le bras droit qui s’élève qui se tend, expiration trancher – Accueil des sensations dans le côté droit.

On va faire la même chose du côté gauche, 3 fois. On ramène les mains à l’horizontale, on vient soupeser, on vient laisser venir une image, une sensation, un choix, quelque chose qui nous encombre. Et à l’inspir on va monter le bras gauche, s’étirer, se grandir et à l’expir on tranche jusqu’où c’est bon pour nous. Et on revient – prendre conscience. Laisser venir une nouvelle image une sensation, à l’inspir on va monter la main gauche, s’étirer se grandir, sentir toute notre force dans le côté gauche et à l’expir on tranche – on relâche et on revient – 3ème et dernière fois dans notre côté gauche, inspiration bras gauche qui s’élève qui s’étire qui se grandit qui se tend de toute notre force, expir on tranche –

Accueil des sensations, conscience de notre grandeur, de notre position entre terre et ciel, avec grâce et dans toute notre splendeur. Accueil des sensations. Et puis nous allons imaginer maintenant le geste que nous allons faire pour aller nous assoir tranquillement sur notre chaise au fond de notre chaise tout doucement nous venons nous installer confortablement ---

 

Bien prendre conscience de tous les points de contact de notre corps, point de contact des pieds avec le sol, posés, contact de nos jambes sur la chaise, les fesses bien calées, le dos qui s’appuie, qui se détend, qui se relâche, les épaules relâchées, la tête droite. Conscience du petit fil  de « soi » qui nous permet de trouver la position juste entre terre et ciel, droit et relâché. – assis avec grâce. – Dans cette position, nous allons laisser venir la relaxation la détente. Conscience tout d’abord de la forme et du volume de notre 1er système qui se détend qui se relâche. Conscience de tout notre 1er système détendu et relâché. Détente de notre tête de notre visage, et sur chaque expiration, expirer sur le point d’intégration du 1er système, expiration dans le front. Détendu relâché tout notre 1er système toute notre tête tout notre visage. – Conscience maintenant de la forme et du volume de notre 2ème système qui se détend qui se relâche, tout notre 2ème système détendu relâché, notre gorge les épaules les bras jusqu’au bout des doigts, et sur chaque expiration détente au point d’intégration, la tyroïde dans la gorge. Détente de tout notre 2ème système. – Conscience maintenant de la forme et du volume de notre 3ème système qui se détend qui se relâche. Tout notre 3ème système détendu relâché, notre poitrine le haut de notre dos, l’intérieur de nos bras, et sur chaque expiration nous pouvons relâcher encore au point d’intégration au centre de notre poitrine – Tout notre 3ème système qui se détend qui se relâche. – Conscience maintenant de la forme et du volume de notre 4ème système détendu relâché. Conscience de la détente de tout notre ventre de tout le bas de notre dos, tout notre 4ème système détendu relâché. Sur chaque expiration nous relâchons encore un peu plus au point d’intégration du 4ème système au dessus du nombril. – conscience de tout notre 4ème système détendu relâché. – Conscience maintenant de la forme  et du volume de notre 5ème système qui se détend qui se relâche. Tout notre 5ème système est détendu relâché tout le bas de notre corps qui vient se détendre jusqu’au bout des orteils. Sur chaque expiration au centre du point d’intégration de notre 5ème système sous le nombril, détendu relâché. Conscience maintenant de notre 6ème système de sa forme de son volume, de la détente de tout notre 6ème système, de tout notre corps du bout des orteils jusqu’au sommet de notre tête, tout notre corps détendu relâché – sur chaque expiration au point d’intégration du 6ème système le nombril, expiration – conscience de tout notre corps détendu relâché.

Sur chaque expiration, nous pouvons prononcer un mot synonyme de paix de détente, mentalement sur chaque expiration, on descend encore plus profondément dans notre espace de détente intérieur – Prendre le temps sur une dizaine d’expirations de descendre de plus en plus profondément en dedans. -----

Descendre sur chaque expiration à un niveau de conscience très agréable d’harmonie de notre corps et de notre esprit – Et nous allons profiter de cette détente profonde pour faire une méditation sur notre guerrier intérieur. Pour cela nous pouvons au choix garder la même position confortable au fond de notre chaise, ou venir nous assoir au bord de la chaise en position de méditation du 3ème degré, faire ce qui est bon pour nous.

Et bien installé dans notre espace intérieur de détente, nous allons laisser venir l’image, une image de la nature dans lequel nous nous sentons bien. Laisser venir un lieu de nature. Un chemin devant. Au bout du chemin, nous imaginons, nous laissons venir dans notre esprit un château. Nous allons marcher jusqu’à ce château devant nous. Nous prenons conscience de la nature autour de nous, de toutes les beautés qui nous entourent, avancer pas à pas jusqu’à ce château devant nous – quand nous sommes assez proches du château, nous voyons 2 portes devant nous. En regardant tous les détails de ces portes. Et sur la 1ère porte, nous voyons un mot écrit : « la principale difficulté de ma vie en ce moment ». Nous lisons ce mot et nous entrons dans cette pièce. Et nous allons voir des images des sensations, des aspects de la principale difficulté de ma vie en ce moment. Laisser venir spontanément, sans analyse, sans jugement, tout ce qui apparaît dans cette pièce, c’est la 1ère pièce du château. --- les sensations, tout ce qui est présent, dans les moindres détails – prendre tout notre temps et faire face dans tous ses aspects à cette difficulté dans ma vie. --- Et quand c’est bon pour nous, nous allons sortir de cette pièce, refermer la porte, et nous diriger vers la 2ème porte.

Cette 2ème porte est différente, elle nous attire. Tout est lumière. Sur cette 2ème porte est inscrit « mon guerrier intérieur ». alors nous allons ouvrir cette 2ème porte et entrer dans la pièce où se trouve notre guerrier intérieur – aller à sa rencontre, échanger, remplir de force d’énergie ---- Sentir la présence de notre guerrier intérieur – se remplir d’énergie de forces à son contact --- accueillir tout ce qui est bon  pour nous. Et puis, notre guerrier intérieur va nous remettre un objet, ou nous allons trouver dans cette pièce un objet qui est notre « objet de pouvoir ». Laissons venir spontanément cet objet de pouvoir. – Avec cet objet de pouvoir, avec la présence de notre guerrier intérieur, nous allons sortir de cette pièce et retourner dans la 1ère pièce où est inscrite « ma principale difficulté en ce moment dans ma vie », et nous allons voir comment les choses vont changer dans cette pièce, avec nos forces notre objet de pouvoir, la présence de notre guerrier intérieur à nos côtés.

Accueillons tous les changements, regardons ce quoi se passe – regardons comment les situations évoluent ou changent ----- tout ce qui est différent en nous et tout autour de nous dans cette 1ère pièce. ----- Et quand c’est bon pour nous, nous allons ressortir, ressortir du château avec notre guerrier intérieur, avec notre objet de pouvoir, nous retrouver au milieu de la nature, au milieu de toutes ces beautés qui nous entourent – prendre le temps de remercier notre guerrier intérieur – garder avec nous notre objet de pouvoir – Doucement laisser cette image de la nature, du château, s’estomper, revenir à la conscience de notre corps assis sur cette chaise, venir nous assoir confortablement au fond de notre chaise pour faire une pause d’intégration, de totalisation de cette méditation. Laisser venir un mot une image, ce qui est bon pour nous. – laisser venir une conclusion que nous emporterons avec nous –

Et doucement nous allons revenir à la conscience de corps assis confortablement sur cette chaise, conscience des points de contact de tout notre corps avec le sol avec la chaise, conscience de la forme et du volume de notre corps, de la personne à notre droite, de la personne à notre gauche, et de toutes les autres personnes avec nous dans cette pièce.

Et puis nous allons remettre du mouvement dans nos pieds dans nos jambes, nous étirer, nous masser, faire ce qui est bon pour nous en profitant des quelques secondes qui nous restent les yeux fermés, revenir avec douceur.

Dialogue Post-Sophronique

 

Noé Brisac soirée n° 83 du 4 novembre 2011

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr