P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

lâcher prise

 

 

dernière modification de cette page le 24-sept.-2012

journal n° 37 du 12/12/2009

Je vais vous faire une pratique sur le lâcher prise. Je vais vous parler de quelque chose qui est très important pour moi, ce sont les restitutions, c’est le prolongement de l’alliance entre nous. La sophrologie est une science de la conscience qui se base sur ce qu’on a vécu dans la séance, donc vous allez me permettre d’affiner ma pratique, de m’appuyer sur vos restitutions pour affiner l’outil.

Je vais vous parler du titre. Le lâcher prise. J’ai donné ce titre puis j’ai regretté parce que j’ai envie de vous emmener dans le lâcher prise, mais en même temps c’est un mot, dès qu’on le prononce ça disparaît, dès qu’on est dans la volonté, dès qu’on veut manifester le lâcher prise il n’y en a plus. C’est une chose qui doit s’installer sans notre participation. Donc je suis un peu ambivalente avec ça. Je vous dis ce que je vais faire mais je vous demande d’oublier ce titre. Pourquoi j’ai choisi le lâcher prise, déjà parce que c’est pour nous la porte ouverte à tous les possibles, c’est au cœur de la sophrologie qu’elle soit dans la pratique pour l’essentiel, et aussi le lâcher prise concerne le sophrologue que je suis que vous êtes. Je vais vous emmener quelque part, je vais vous proposer un voyage, mais je ne sais pas où vous allez aller, et c’est très difficile parce que parfois on est déçu par rapport au résultat. C’est une des attitudes essentielles que doit atteindre le sophrologue, le lâcher prise, ne pas s’attacher au résultat. Voilà.

Je vais vous parler du déroulement de la séance, qui est une séance basique, des techniques très simples, parce que pour moi, ces techniques de base contiennent toutes les autres. Vous allez commencer, je vais vous mener dans une sophronisation, l’intentionnalité ce sera la lenteur et la douceur, dans la confiance, pour arriver à une tenue juste. Ensuite je vous ferais un petit déplacement du négatif, mais différent avec un autre terpnos logos, je vais vous emmener quelque part, et comme activation intra sophronique je vais vous proposer le polichinelle. Pourquoi le polichinelle, parce que pour moi c’est vraiment l’exercice où il faut se lâcher, il faut avoir confiance. Moi au début de ma pratique de sophro, j’ai eu énormément de mal à le faire, se balancer comme un sac de pommes de terre ce n’est pas toujours évident, et en plus quand il faut lâcher la voix c’était vraiment difficile. Alors quand on va faire cet exercice, quand on y est vraiment, il nous le rend au centuple. Après vous allez vous asseoir, on va faire une petite pause respiratoire, je vous dirais comment l’aborder, ensuite je vous emmènerais dans ce qu’on appelle un exercice de sophrologie inductive. Sophrologie inductive, c’est la sophrologie où je vous dis ce que vous allez ressentir. Il y a quelque chose derrière, c’est pour vous mener à une expérience, et on terminera la séance par la pause de totalisation.  Cette pause de totalisation qui sera le bilan de la séance mais ce sera quelque chose de plus, ce sera comme une passerelle un pont que vous allez mettre entre la séance que je propose et ce que vous allez vivre dans la journée à la Parenthèse.

 

Vous allez vous lever. Prenez votre place. Vous vous mettez dans vos points d’appuis. je vous propose dans un premier temps de regarder autour de vous, en conscience de regarder la pièce, d’écouter les bruits, sentir les odeurs pourquoi pas, de vous imprégner de ce monde extérieur dans lequel vous êtes aujourd’hui ici maintenant, vous imprégner de ce décor, de l’impression qu’il vous fait. Et ensuite lorsque vous en sentirez le besoin pour vous, vous fermerez les yeux. – Vous allez commencer par une sophronisation. Je vous invite quand même déjà à vivre ce moment si important pour vous, non pas comme une simple détente technique de certains muscles mais un abandon de toute votre personne dans la confiance. Vous allez laisser s’accomplir le processus, le laisser s’installer en vous et vous allez simplement accueillir. – Je vais citer les différentes parties de votre corps, mais si je cite une partie de votre corps, c’est à vous en tant que personne que je m’adresse pour vous inviter à vous concentrer sur la partie concernée--. Vous commencez par détendre le cuir chevelu, le front qui s’étire jusque vers les tempes, l’espace entre les sourcils, les sourcils. Vos yeux dans leurs orbites et les paupières qui sont calmement posées dessus. Détendez vos joues à l’extérieur à l’intérieur, votre langue prend toute sa place, vous pouvez avaler votre salive pour détendre votre gorge, vous détendez votre cou, et là déjà, vous avez conscience de la détente dans votre tête sur votre visage. Et puis vous continuez ce voyage, détendez vos épaules qui vont naturellement vers le bas, vos bras jusqu’à la pulpe de vos doigts. Vous sentez la courbure de votre colonne vertébrale, vous la suivez, ce qui vous permet de relâcher votre poitrine à l’intérieur à l’extérieur, de sentir les battements de votre cœur dans cette poitrine. Puis détendez votre ventre, la sangle abdominale, l’intérieur l’extérieur, les fesses le périnée, et déjà vous installez votre bassin comme dans un fauteuil en prenant conscience de toute la détente de votre tronc. Faites une petite pause déjà pour l’expérimenter – Puis en gardant les genoux déverrouillés, vous sentez vos chevilles souples vos orteils libres, tout en gardant les tensions nécessaires à votre position debout. Et là vous vivez dans la détente dans la confiance, du haut du sommet de votre tête jusqu’à la plante de vos pieds. Vous êtes spectateurs de cet état de détente, de votre verticalité de la place  que vous occupez ici maintenant ----- Chacun prend le temps nécessaire pour se rendre compte de quelle manière il se tient debout, de sa relation entre la verticale comme le lien entre le ciel et la terre, et l’horizontale c’est-à-dire l’assise dans son bassin. Explorez ces 2 dimensions la verticale et l’horizontale -----

Et là je vais vous proposer de faire un déplacement du négatif, mais d’une façon un peu différente, je vous rappelle que ce n’est qu’une proposition. Au lieu de vous concentrer sur vos tensions pour vous en dégager, je vous invite à sentir tout d’abord la forme que vous avez prise dans l’espace, mais pas uniquement votre forme physique, une forme plus subtile, la forme qui correspond à ce que vous êtes ici et maintenant, la tenue juste qui est la vôtre, que vous incarnez dans une conscience plus aiguë, plus élargie aussi peut-être. – et à partir de cette attitude juste que vous rencontrez en vous-même, peut-être calquée sur le milieu plus authentique que vous êtes vraiment, s’il y a quelque chose qui ne vous correspond plus, vous rectifiez votre position dans un mouvement naturel sans effort, c’est comme  si vous retrouviez votre forme première, celle qui n’a pas été déformée par les circonstances de la vie, peut-être aussi comme si vous preniez forme pour la première fois. Et à partir de ce mouvement naturel de vous-même, tout ce qui est parasite tombe de lui-même. Vous allez le faire à l’aide de votre respiration. Sur l’inspir, vous vivez dans un retour à votre forme à votre tenue juste, et sur l’expir vous vous abandonnez en toute conscience à cette forme, tout en lâchant ce qui n’est pas vous, ce qui ne vous correspond pas, sans effort ----- Peut-être pouvez-vous vivre cette expérience comme si vous étiez une statue qui émerge peu à peu sous les doigts du sculpteur sur l’inspir, et sur l’expir elle laisse tomber tout autour d’elle des éclats de marbre qui ne sont pas elle. Je vous laisse quelques instants pour retrouver votre forme, votre forme originelle, votre forme juste, au rythme de votre respiration. -----------------

Et puis vous retrouvez votre respiration douce tranquille, et vous vous préparez doucement à votre rythme, sans vous forcer, à faire l’exercice du polichinelle, mais lorsque votre corps vous le demandera, laissez-lui quelques instants ------------- [voix émise]

Retour à votre respiration calme tranquille, équilibre de votre tête, vos points d’appuis au sol, votre verticalité qui est peut-être différente de tout à l’heure. ---  Et puis vous allez vous préparer à vous asseoir, à votre rythme à vous, lorsque vous en sentirez le besoin.

Vous allez quelques instants vous installer dans votre respiration abdominale, respiration consciente au niveau du diaphragme. C’est une respiration de confiance. Ce muscle sépare le corps en 2, le haut et le bas, c’est une porte qui permet le passage entre l’abdomen les viscères, le monde des instincts, et le haut le monde du dessus. Vous installez quelques instants cette respiration en vous-même avec la conscience de ce passage de l’air de l’énergie entre le haut et le bas de votre corps, c’est comme une information qui circule libre ouverte – On peut aussi élargir votre respiration, qu’elle se développe, se globalise petit à petit dans tout votre corps. – Retour à votre respiration libre naturelle, toujours dans cette présence à vous-même, vigilante. --   Et puis, je vais vous faire faire un exercice de sophrologie inductive. Je vous demande de visualiser une de vos mains, d’en choisir une. Déjà vous êtes dans l’accueil des sensations au niveau de cette main que vous avez choisi. Et vous essayez d’apporter à cette main une sensation de chaleur. Vous essayez d’en augmenter la température, c’est une sorte de mini activation vitale que vous allez faire, vous augmentez la chaleur dans la paume les doigts le poignet, sentez monter cette chaleur --------- Vous faites une pause d’observation de ce qui se passe --- Et puis dans un 2ème temps, je vais vous demander de rapporter un souvenir réel de votre vie, un souvenir agréable où il faisait chaud autour de vous. Je vous laisse choisir ce souvenir – Vous en imaginez tous les détails, les personnes autour de vous, les lieux, la luminosité, la température ---- Vous allez imaginer que votre autre main, celle que vous n’avez pas choisie tout à l’heure, est exposée à une source de chaleur, c’est peut-être le soleil, la chaleur du feu de bois, de l’eau chaude qui coule sur votre main. Laissez-vous glisser dans ce souvenir et concentrez-vous sur les sensations de votre main exposée à la chaleur ----- Puis vous faites une petite pause, le bilan de cet exercice. Comment sont vos 2 mains ---- Revenez à une respiration douce tranquille.

Vous allez aborder la fin de cette séance pour faire une pause de totalisation comme vous en avez l’habitude, bilan de ce que vous venez d’expérimenter, émergence de ce qui a fait sens pour vous, lumière de la conscience sur le positif et l’énergie ----   Puis je vous invite à faire un petit pas de plus dans cette pause de totalisation, à rester bien sûr dans les sensations qui nous habitent maintenant mais aussi à prolonger notre conscience au-delà  du cadre de cette séance.. Pour ne pas quitter la logique de cette séance, laisser s’accomplir en nous sans que nous nous occupions de nos représentations, de nos projections, de nos désirs, de nos préjugés, essayer d’abandonner tout ça durant ces quelques. Je vous convie, je vous rappelle que c’est une proposition, à vivre cette journée qui va suivre comme si c’était une immense séance de sophrologie, loin des repères habituels, vous pouvez mélanger tous les degrés que vous avez appris en sophro, simplement en accueillant ce qui vous est donné à vivre aujourd’hui, au lieu peut-être ce qu’on nous a appris, pour être en création et non plus en réaction, regarder ce qui se passe, les personnes autour de nous, et même soi-même avec un regard neuf. Et je vais proposer un exercice tout simple à faire durant cette journée, pour modifier votre regard peut-être – Lorsque vous verrez quelqu’un de votre connaissance, et que vous lui parlerez, vous allez prononcer son prénom en toute conscience, l’associer vraiment à la personne qui le porte, énoncez le comme si c’était la première fois que vous le prononciez, mettez-le vous en bouche, écoutez ses sonorités, ce qu’elles vous disent, et peut-être remonter pendant quelques instants, mais d’une façon légère, sur les personnes qui ont donné ce prénom, les parents. C’est juste une petite expérience que je  propose bien sûr. --- Avant de clore cette séance pour vivre la journée qui suit, prenez le temps de revenir sur l’extérieur à votre rythme en restant centré sur vos sensations à l’intérieur, restez à l’écoute de vous-même, pour être dans l’accueil, pour accueillir ce qui va se passer. -- Et puis petit à petit, vous allez allonger votre respiration en insistant sur les inspirations pour redonner sa tonicité à votre corps, je vous laisse à votre désophronisation qui est là pour vous dans votre rythme à vous, avec les gestes qui vous appartiennent pour revenir ici dans cette pièce, vous ouvrirez les yeux quand ce sera le moment pour vous.  

Geneviève Josserand  le 28/03/09

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr