P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

la synchronicité

 

 

dernière modification de cette page le 24-sept.-2012

journal n° 7 / journée du 16/10/1999

La Synchronicité

Le hasard existe t’il ?

Il est souvent hasardeux de parler de hasard, le plus souvent nous nous en remettons à lui, c’est tellement plus simple, les choses sont comme ça, et puis c’est tout. Il est si facile de décharger sa responsabilité sur l’autre, cet inconnu, ce bouc émissaire si sympa, ce cher hasard, qui nous délivre de notre inconscient, ce libre arbitre caché mais oh combien présent. Ce hasard, magicien qui effacerait, tel un prestidigitateur, la trace originelle de nos actes conscients et inconscients, positif ou négatif, rencontre, choix, maladie, accident...

Et bien non il n’en est rien, car rien n’est laissé au hasard, ce serait tellement simple, prenons par exemple l’univers. Comment pourrions-nous imaginer une seule seconde que nous sommes là par hasard et toutes ces choses de la création, des plus petites, du microbe, de la fourmi, aux plus grandes, les planètes, les galaxies. Non, raisonnablement non, une fois encore peut-être, mais des milliards et des milliards de fois, il s’agit bien là de quelque chose de provoqué, de merveilleusement bien organisé, comme nous le rappelle HUBERT REEVES. On dit souvent "le hasard fait bien les choses", erreur, comment quelque chose d’aussi aléatoire pourrait-il créer quelque chose d’aussi organisé?

Le hasard n’existerait donc pas, ou tout au moins avec une part très faible, un peu comme notre libre arbitre de l’ordre de 5 à 10%, ce pourcentage variant d’un individu à l’autre en fonction de son niveau de conscience. Alors que prenons-nous si souvent pour du hasard : La Synchronicité.

La synchronicité

Pour illustrer mes propos je vais vous raconter comment j’ai rencontré la synchronicité. C’était en décembre 1998 chez des amis. On nous parle d’un livre que l’on me prête, LA PROPHETIE DES ANDES. Je le lis. Certaines choses me paraissaient évidentes, notamment le fait que le hasard est très faible et puis cette notion de synchronicité que je croyais avoir comprise : en fait je l’avais comprise, mais je ne soupçonnais pas l’importance de sa réalité, un peu comme l’iceberg avec sa partie émergée faible et sa partie immergée énorme, comme la partie inconsciente de la réalité. Un mois passe, j’avais décidé en 99 de ne pas faire de stage de formation, j’avais même dit : " année sabbatique", et puis, par deux fois, j’entends parler d’une collègue une amie sophrologue, Annie, dont je n’avais plus de nouvelles. Dans les jours qui suivent elle m'envoie une patiente, tiens bizarre. Je me dis que j’ai sûrement quelque chose à voir, à faire avec elle. Sur ce, je vais à une conférence par l’intermédiaire d’une autre collègue sophrologue, conférence animée par Ida et Jean Michel DALBIEZ sur le sens de la maladie à travers la biologie ou décodage biologique des maladies. Leur formateur initial étant le Dr Sabbah, j’enchaîne sur 5 week-end de stage : " Bravo pour l’année sabbatique". C’est au cours de ce stage qu’est remontée à ma conscience la lecture de la PROPHETIE DES ANDES livre cité en bibliographie de stage, comme par hasard me direz-vous.

C’est alors que j’ai commencé à regarder et prendre conscience de la partie immergée de l’iceberg nommé synchronicité. Tous les jours les synchronicités sont là, il nous reste seulement à en prendre conscience. Et ce qui ne remonte pas au niveau de la conscience nous revient sous forme de destin.

Nous pouvons évoquer également les synchronicités généalogiques ou familiales "aïe mes aïeux" et puis aussi les rétrosynchronicités (cf. l’histoire LINCOLN/ KENNEDY ABC des coïncidences mystérieuses).

Un hasard ou une coïncidence est appelé synchronicité lorsqu’il est chargé de sens pour l’observateur.

Quelques exemples au hasard...

Et bien la re-rencontre d’Annie.

La conférence à laquelle je suis allé par l’intermédiaire d’une autre personne concernait le travail d'Annie.

Le 13 juillet lors d’un travail chez Annie nous évoquons une patiente qu’elle m’avait adressée et qui aurait bien besoin de reprendre ce travail interrompu. Le 15 juillet, je prends rendez-vous chez mon coiffeur et je rencontre cette dame qui me dit justement : "Il faut que je prenne rendez-vous en septembre pour reprendre le travail avec vous". J’habite à 4 km de chez mon coiffeur, cette dame au moins à 6 km. La probabilité pour que nous ayons le même coiffeur était faible, puis celle que nous prenions rendez-vous le même jour à la même heure aussi faible, et en plus moins de 48 heures après avoir évoqué sa personne.

Au cours d’un de mes stages on me parle d’un livre, 48 h après une autre personne m’en reparle, le lendemain j’évoque ce livre avec une autre personne qui me dit : "Je l’ai, je te l’apporte demain". En définitive, ce livre évoque ce que l’on peut obtenir sans avoir à se déplacer ou simplement en le souhaitant et le demandant. Le plus drôle me direz-vous, c’est que je viens de prendre conscience de cela à cet instant où j’écris sur mon ordinateur (conscience que la façon dont j’obtiens ce livre est expliquée à l’intérieur) c’est vous dire la subtilité de la synchronicité.

Le 30 juin 99 alors que j’ai déjà commencé cet exposé sur la synchronicité, je suis "victime" terme auquel je ne crois plus, impliqué serait plus juste, dans un accident de la circulation en scooter. Après une séance de travail chez Annie (encore elle) pour décoder le sens de cet accident, je demande un taxi pour rentrer chez moi. La conversation s’installe entre le chauffeur et moi. Il s’avère que cette personne a sur le siège passager un livre sur la destinée, et que le chauffeur, ne sachant pas que j’avais eu un accident me raconte l’histoire suivante : "Un copain vient me voir un jour en mobylette et notre discussion nous amène à parler du hasard. Je lui dis : et bien tu vois, par exemple, tu sors de chez moi et tu as un accident avec ta mobylette ; et bien, ce n’est pas par hasard ; le copain sors de chez lui et a un accident..."

Bon maintenant la cerise sur le gâteau. Mardi dernier, je donne un cours de Sophrologie dans un centre social. Quelqu’un frappe à la porte, je vais ouvrir, et devant moi, une femme qui fait une drôle de tête en me voyant. Je fais mon cours et à la fin lors de la restitution, elle me dit : "Hier soir, j’étais dans le métro avec ma sœur et puis vous êtes venu vous asseoir en face de moi, alors qu’avec ma sœur nous étions en train de discuter de votre cours de sophrologie et qu’elle me disait que je faisais une bêtise, etc... Cette personne était très mal à l’aise car, timide, elle était persuadée que j’avais entendu toute la conversation, ce qui n’était bien sur pas le cas.

Comment voir les synchronicités

D’abord prendre conscience que nos rencontres ont souvent une signification, qu’elles nous apportent un message.

Regarder plus attentivement les répétitions (sérialité).

Se mettre dans une position d’ouverture c’est-à-dire provoquer la synchronicité "message des hommes vrais au monde mutant", être en harmonie et relié avec le monde.

Comment interpréter lire ou décoder les synchronicités

Partie la plus ardue : il ne suffit pas de voir, il faut aussi comprendre. C’est un peu comme les rêves. Une aide extérieure est parfois nécessaire pour affiner l'interprétation qui peut se situer à plusieurs niveaux. Et parfois c’est aussi plusieurs jours ou mois après, que l’on s'aperçoit qu’il y avait un autre message ou sens caché.

En tout état de cause, il faut savoir que c’est nous qui provoquons cette synchronicité, consciemment ou inconsciemment.

"On ne touche pas une fleur sans déranger une étoile" (James Thomson)

Conclusion

Si le hasard a pour une petite part façonné l’univers, il semble que l’être humain via son inconscient et son conscient ait pris les commandes de son devenir.

C’est comme la maladie, le mal-à-dit, qu’est ce que te dit ton mal ? IL TE DIT TOUT. Il n’y a pas que le mal qui nous parle, tout nous parle. Il nous reste simplement à regarder, sentir, ressentir, pressentir.

"La synchronicité nous révèle, qu’au lieu de nous sentir des entités séparées ou isolées dans un monde immense, nous nous sentons soudain en relation avec les autres et avec l’univers tout entier, à un niveau très profond et plein de sens". Jean S. Bolen

Bibliographie

MORGAN Marlo Message des hommes vrais au monde mutant j’ai lu

SCHÜTZENBERGER Anne Ancelin Aïe mes aïeux Desclée de Brouwer

Moisset Jean ABC des coïncidences mystérieuses Jacques Grancher

Alain Gaboreau (16/10/1999)

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr