P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

la respiration fondement

 

 

dernière modification de cette page le 19-sept.-2015  

La Respiration : fondement de la santé, du bien être, de l'équilibre

Le fait d'accéder à une bonne respiration conditionne l'équilibre physiologique, psychique, mental et émotionnel de l'individu.

Cette bonne respiration, au départ, est instinctive et automatique. Il suffit d'observer un bébé respirer pour s'en rendre compte. Mais elle est déviée de son idéal au fur et à mesure que le sujet se construit. Les traumatismes, petits et grands, s'inscrivent inconsciemment dans la structure de la respiration, comme dans celle du corps. Ils y laissent des tra­ces qui perturbent le schéma respiratoire par l'installation de tensions, fragilisant du même coup la personne pour ses défis à venir. La prise de conscience de ces rete­nues respiratoires, au niveau physique, peut renvoyer aux causes psycho émotionnelles du blocage. Dès lors, le sujet peut dépasser ces tensions et retrouver une respiration libre et fluide, fonctionnelle et économique.

La respiration fonctionnelle et économique

Lorsqu'on évoque la respiration, on pense aux poumons. Or, si dans son aspect chimique d'échanges gazeux, la respiration concerne effectivement la zone pulmonaire, sur le plan mécanique, elle mobilise le tronc dans son ensemble, de l'occiput au périnée, dans une syner­gie musculaire complexe.

Le diaphragme est un muscle clé de la respiration

Divisant le tronc en deux à la hauteur des côtes inférieures, c'est un des mus­cles les plus puissants du corps. Il limite par le bas le volume pulmonaire et par le haut, le volume abdominal. Le mouve­ment du diaphragme est comparable à celui d'une coupole qui élève et abaisse le sommet de son dôme, en s'appuyant sur trois piliers : la colonne vertébrale, les côtes et le sternum.

Dans le temps de l'inspiration, le diaphragme est actif. Il se contracte et le sommet de sa coupole descend. Cela entraîne :

Pour la poitrine, une augmentation du volume thoracique par le bas, créant une dépression qui provoque l'entrée de l'air dans les poumons.

Pour l'abdomen, un appui sur le volume (incompressible) abdominal qui, en se déformant, va gonfler le ventre et, dans une moindre mesure, le diaphragme pelvien et le bas du dos au niveau du carré des lombes.

Le volume abdominal doit être complè­tement libre et détendu. Réciproquement, toute tension abdominale chronique empêche ou réduit la respiration physio­logiquement normale. Et toute tension passagère la réduit momentanément.

Dans le temps de l'expiration, le diaphragme est passif. Son dôme remon­te sous l'effet de l'élasticité des poumons et de l'action des muscles du ventre. Cela entraîne

Pour le thorax, une réduction du volume thoracique et une expulsion de l'air vicié hors des poumons.

Pour l'abdomen, un travail synergi­que de tous les muscles qui forment la surface du ballon abdominal à l'exception du diaphragme.

 

 

Cette alternance rythmée est le méca­nisme fondamental de la respiration. Tout obstacle à sa liberté est lié à des trou­bles physiologiques ou psychologiques. Ce mouvement entraîne toute la masse abdominale dans un flux et un reflux con­tinuel, une succession de contractions et de relâchements. Ce brassage facilite et régularise les fonctions de digestion, d'assimilation et d'élimination. Le méca­nisme de la respiration a donc un rôle non négligeable dans le fonctionnement du système digestif. Beaucoup de troubles de l'estomac ou des intestins sont en relation avec un mécanisme respiratoire bloqué ou insuffisant.

Le mouvement des côtes prolonge la respiration diaphragmatique

Les côtes sont animées d'un mouve­ment coordonné à celui du diaphragme et qui contribue secondairement à l'aug­mentation du volume thoracique. Ce mouvement est réduit dans la respiration de repos mais devient plus ample quand un effort musculaire intense demande un approfondissement de la respiration. Et l'on retrouvera ici la même logique qui veut que des tensions musculaires peuvent tenir un rôle néfaste dans la respiration complète, en gênant ou en bloquant le mouvement des côtes.

Description de la respiration complète

Nous pouvons considérer la respi­ration complète comme le résultat de l'alternance musculaire suivante :

Dans l'inspiration, tension active du diaphragme et détente des muscles abdo­minaux et pelviens. Dans la continuité de ce mouvement, les muscles pectoraux et dorsaux vont ouvrir la cage thoracique, d'abord latéralement, puis vers le haut.

Dans l'expiration, relâchement des élévateurs des côtes, tension active des muscles abdominaux et pelviens, repoussant vers le haut le diaphragme détendu. Puis, si l'expiration est forcée, contraction des muscles abaisseurs des côtes pour réduire encore le volume thoracique.

Ce mouvement respiratoire trouve son maximum d'efficacité lorsque l'axe du corps est stable et en extension. Il doit se faire en prenant appui sur la colonne vertébrale, et non sur le sternum comme cela arrive parfois. La fixation équilibrée de la colonne dorsale donne les points fixes à partir desquels les muscles res­piratoires peuvent agir. Réciproquement, une respiration normale et complète est impossible dans un corps dont l'axe est chroniquement déformé.

Nous voyons de nouveau apparaî­tre l'unité des diverses fonctions de l'organisme et nous comprenons que l'amélioration d'un problème respiratoire, avec ses incidences psychologiques, doit souvent commencer par une libéra­tion des tensions vertébrales.

Les blocages respiratoires

Peu d'adultes occidentaux, aujourd'hui, ont une respiration optimale. L'excès de stress en est parfois la cause mais la plupart des blocages remontent à des « blessures » non résolues dans la cons­truction de la personne.

Les relations profondes unissant la vie émotionnelle et la respiration font que les problèmes affectifs liés au déve­loppement de l'enfant et de l'adoles­cent s'expriment dans des attitudes corporelles et respiratoires correspon­dant aux attitudes psychologiques de défense. Ces attitudes justifiées par les circonstances à un certain moment de la croissance personnelle risquent de se cristalliser et de devenir chroniques, alors même que les circonstances qui les justifiaient à l'origine ont disparu. Le résultat, chez l'adulte : un blocage dans le développement personnel sur le plan psycho émotionnel et, sur le plan physique, la stagnation dans des attitu­des corporelles qui en sont l'expression inconsciente.

Jacques Dropsy, dont les travaux inspirent une partie de cet article, donne un exemple aussi caricatural qu'ex­plicite de ces blocages qui remontent à l'enfance : « La peur de son père, ou la peur plus générale d'être frappé peut avoir à un certain moment de l'enfance entraîné naturellement l'ha­bitude de retenir son souffle à la fois sous l'effet de la crainte et par désir de passer inaperçu. Cette attitude peut devenir un réflexe automatique. Devenu adulte l'enfant gardera alors la crainte profonde des autres et spécialement des « autorités », tout comme il conser­vera l'habitude de retenir son souffle à tout propos [..] Tout ce processus se déroule sans l'intervention de la volonté consciente [..] Plus tard l'adulte aura seulement la conscience vague que quelque chose ne va pas, que, psycho­logiquement autant que physiquement, « il étouffe » dans la vie. C'est seulement s'il arrive, avec l'aide d'un spécialiste, à prendre conscience de ses attitudes inconscientes, qu'il pourra entamer un travail pour s'en libérer ».

L'histoire de vie de chacun s'inscrit dans sa structure. Le corps est marqué par l'histoire sociale de la personne, façonné par le métier qu'il a exercé, pal le sport qu'il a pratiqué... C'est avec ce corps, structuré d'une façon qui lui est propre et qui fait son unicité, que l'in­dividu va agir dans toutes les situations de sa vie.

Le travail de libération des tension: profondes et anciennes, en massage comme en somatothérapie, fait parfois remonter des réactions émotionnelles liées à ces tensions non résolues. C'est précisément la révélation de ces émotions enfouies (colère, peur, tristesse, sentiment d'abandon, etc.) qui va permettre au> tensions de relâcher leur contrainte. C'est une véritable libération pour la personne qui effectue ce travail. Nous y revien­drons.

La respiration et I'acidité du sang

Le pH normal du sang humain se situe à 7,35 ; c'est-à-dire très légèrement alcalin (la neutralité est à 7). Son ampli­tude de variation est relativement faible de 7,28 à 7,42. Lorsque ce pH est à se normalité, l'hypothalamus (dont le rôle est important dans la régulation émotionnelle; est approvisionné par un sang qui favo­rise ses possibilités normales de réaction. Il engendrera une décharge immédiate consécutive à la charge d'une émotion. Cette réponse appropriée de l'évacuation émotionnelle se déroule dans un temps raisonnable.

Lorsque le pH glisse de 7,35 vers 7,28, le sang devient légèrement moins alcalin que la normale. Dans ce cas, le sang inhibe les réactions hypothalamiques et les décharges émotionnelles s'effectuent plus lentement, jusqu'au blocage.

En situation inverse, le sang devient plus alcalin et l'activité hypothalamique est suractivée. Il se produit alors des débloca­ges émotionnels accentués.

Ainsi, le pH sanguin apparaît-il comme un régulateur de la vie émotion­nelle. Or, si l'alimentation détermine en partie ce taux d'alcalinité, l'oxygénation l'influence elle aussi.

Lors d'un effort physique, l'organis­me se met en dette d'oxygène, état qui se traduit par une diminution du pH san­guin, du fait de la création en abondance de l'acide carbonique cellulaire. Cette minoration du pH sanguin déclenche des ordres hypothalamiques qui vont, en dehors de toute décision consciente, amplifier notre respiration. C'est par ce biais qu'une activité physique intense déclenche une respiration plus intense.

Les tensions musculaires sont elles aussi liées au pH sanguin. Elles appa­raissent au fur et à mesure que le sang tend vers l'acidité. L'excès d'acide lacti­que dû à un effort prolongé va entraîner des crampes musculaires.

De la même manière, au quotidien, une mauvaise oxygénation, conséquen­te à une respiration insuffisante, engen­dre des tensions musculaires. Ces ten­sions peuvent contribuer aux douleurs de toutes sortes, en contraignant les mouvements, en écrasant les vertèbres et les articulations, en provocant des spasmes, etc.

On comprend qu'une respiration nor­male et complète, en plus de favoriser la digestion et l'élimination, régule l'ensem­ble du tonus musculaire qui influence, à son tour, l'attitude corporelle et donc, notre confiance, notre voix, notre capa­cité d'action... et bien d'autres choses encore.

 

 

Exercice sportif :Lors d'un effort normal, comme la marche ou un exercice sportif mesuré auquel nous som­mes préparés correctement, les mitochondries fournissent aux cellules l'énergie nécessaire à l'effort grâce à un mécanisme appelé respiration cellulaire. Cette réaction nécessite de l'oxygène et l'un des déchets de cette réaction est l'acide lactique. Comme la nature est bien faite, l'acide lactique est ensuite réutilisé dans le métabolisme.

La libération de la respiration

Libérer sa respiration n'est pas chose aisée. Il faut pour cela pouvoir ne rien faire, ne rien perturber, et laisser ainsi son corps accéder à la respiration ins­tinctive qu'il garde toujours en mémoire.

Ce Lâcher-prise n'est pas facile puis­qu'il va confronter la personne à l'inutilité de tensions qu'elle a pourtant mainte­nues au prix d'une dépense d'énergie coûteuse et d'un désagrément. Il con­duit bien souvent à se rendre compte que l'on s'inflige, parfois jusqu'à « s'em­prisonner » dans une cuirasse, des ten­sions qui n'ont plus de raison d'être.

En massage somatothérapeutique, c'est l'attitude du praticien, plus encore que la technique employée, qui peut ou non permettre de relaxer les muscles.

Une relation de confiance doit s'instaurer peu à peu, garantie par un cadre thé­rapeutique précis et clair. La personne massée doit se sentir autorisée à lâcher prise et à ressentir, vivre et exprimer, le cas échéant, les émotions archaïques que les tensions travaillées retenaient.

Certaines techniques (le rebirth, la respiration holotropique...) utilisent la respira­tion pour déclencher un travail thérapeutique de libération. On a vu, plus haut, que l'alcalinisation du sang provoquée pas une suroxygénation favo­risait le fonctionnement de l'hypothalamus et le déblocage de charges émotionnelles. Dans ces techniques, on propose à la personne de lancer le travail par une respiration continue, haute et rapide en forçant l'inspiration et en relâchant complè­tement sur l'expiration, sans pause ni rétention L'hyperventilation va per­mettre de pointer de: tensions pour ensuite le` comprendre et les dépas­ser. Si le cadre le permet elle peut aussi débouches sur des phases de cons­cience modifiée (transes, au cours desquelles le personne va revivre des séquences de vie non résolues, réabordant des traumatismes anciens munie de ses ressourcer d'aujourd'hui, pour le: comprendre autrement Ces pratiques étant assez « remuantes », il est impé­ratif que le thérapeute qu accompagne soit solide et compétent.

La pratique du yoga, du taï chi chuan, du qi gong renvoie à la conception asia­tique qui considère la respiration comme une prise d'énergie vitale : le prana en Inde, le tchi en Chine, le ki au Japon. Dans la pratique des arts martiaux, on reconnaît l'importance fondamentale de la respiration, alors qu'on la néglige trop souvent dans les sports d'origine occi­dentale où, culturellement, on privilégie l'aspect musculaire de la force vitale.

En sophrologie et en relaxation, la libération de la respiration est une étape importante du travail. L'état de relaxation éveille les sens kinesthésiques et proprio­ceptifs qui permettront de sentir le mou­vement de la respiration et, avec la pra­tique, d'identifier les tensions qui entra­vent le processus. Une fois ces tensions repérées, elles peuvent être relaxées. Peu à peu, la respiration retrouve sa souplesse, son amplitude, sa liberté et sa régularité, sans que le mouvement ne soit forcé.

Un pratiquant régulier renforce net­tement sa conscience du corps. Ainsi, il perçoit plus vite l'effet que les évé­nements ou les personnes produisent sur lui. Plutôt que de refouler l'émotion vécue dont il n'aurait pas pris conscience, il sera davantage capable de l'identifier, de s'en nourrir, ou de la rejeter en expri­mant son désaccord, en se positionnant et en pré­cisant son désir.

 

 

Le souffle : de la respiration yoguique complète à nadi sodhana, bhastrika ou kapalbhati par exemple, toutes utilisent le support du souffle. La respiration est considérée comme la manifestation externe de l'énergie vitale. Elle possède la caractéristi­que remarquable d'être à la fois automatique et volontaire. Son fonctionnement inconscient est sous le contrôle des centres primitifs situés au niveau du bulbe rachidien. Lorsque nous développons la conscience et la maîtrise du processus respiratoire, nous plaçons cette fonction sous l'emprise du cortex cérébral.

S'il faut respirer pour vivre, on peut ajouter qu'il est bon de bien respirer pour bien vivre. On a vu que la respira­tion influençait plusieurs champs. Elle conditionne directement la digestion, l'élimination, l'équili­bre physique, l'équilibre psychique, la sensibilité émotionnelle. Elle influen­ce notre structure corpo­relle, avec laquelle nous accueillons la vie et les autres. Il ne sert à rien de vouloir bien respirer à tout prix : ce n'est pas par la volonté que nous recons­truisons notre structure, c'est par la place que nous réattribuons à notre propre corps. Le corps sait comment respirer. Il sait déconstruire les remparts de tensions que nous nous sommes bâtis, si nous lui en don­nons l'occasion en com­prenant pourquoi il a dû, un jour, se crisper pour se protéger, et en l'accompagnant dans le lâcher prise.

Article de Manuel Gastambide (Relaxologue, Somatothérapeute et Sophrologue du Sport à Lille) paru dans Les cahiers de la bio-énergie.

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr