P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

la méthode Vittoz

 

 

dernière modification de cette page le 24-sept.-2012

journal n° 33 / journée du 11/10/2008

 

BIOGRAPHIE

Roger Vittoz est né le 6 mai 1863 à Morges (Suisse) et meurt le 10 avril 1925 à Lausanne. Il a 62 ans.

Fait ses études à Lausanne, puis à Genève ; il obtient son diplôme de médecin en 1886 (il a 23 ans), fait deux ans à l'hôpital de Lausanne puis il s'installe à La Brévine, puis aux Verrières, zones de campagne, en tant que généraliste.

Mais il est déjà internationalement connu comme médecin du « Nerveux » sur lesquels il pratique l'hypnose.

En 1904, pour accueillir plus facilement les malades venant de Paris et de plus loin, il s'installe à Lausanne.

C'est le début de ses recherches, car l'hypnose ne le satisfait plus (les malades perdent leur autonomie).

En 1906, il découvre les vibrations connues sous le nom « d'ondes vittoziennes »[1] qui lui permettent de poser un diagnostic sur le malade (comme le fait l'acupuncteur en prenant le pouls). Il commence alors à élaborer sa méthode.

1910 : sa méthode est au point.

1911 : publication de son traité ; traitement des psychonévroses par la rééducation du contrôle cérébral.

Cardiaque, il continue néanmoins à recevoir les malades. Il meurt en 1924.

 

QUELQUES POINTS IMPORTANTS DE LA THEORIE

Le titre de l'ouvrage indique qu'il s'agit du contrôle cérébral

Définition : faculté inhérente qui existe quand :

Toute idée, sensation ou acte peut être contrôlé par la raison, le jugement, la volonté.

C’est-à-dire quand il (elle) peut être : jugé(e), modifié(e), ou écarté(e).

Chez Vittoz, dans toute «  malade » cette faculté est : absence entraînant l'anarchie ou insuffisante ou instable

Cela entraîne qu’une partie des idées, des sensations ou des actes ne passent pas par le crible du cerveau conscient : donc imprécision, on est ailleurs ou vagabondage cérébral[2].

L’acte est conscient si : contrôle, présent, sans distraction permettant alors d'aller jusqu'au bout

 

 

Centre

Fonction

Voies

Le cerveau è

Récepteur

Réceptivité

Sensitives

Le cerveau è

Emetteur

Emissivité

Motrices

 

Sentir l'acte et non pas le penser.

La réceptivité met le cerveau au repos.

Réceptivité : c'est accueillir souplement par les organes des sens.

 

RECEPTIVITE = Accueil                               Elaboration = EMISSIVITE

Le monde è organes des sens è voies sensitives è CERVEAU è voies motrices : actes, raisonnement…

 

LE GESTE CONSCIENT

La rééducation du contrôle cérébral se fait par de petits exercices, les fameux gestes conscients de Vittoz.

Tout automatisme est banni ; on est dans la sensation la plus totale, du début à la fin (d'où sa difficulté[3]) et donc le « vagabondage cérébral » n'existe plus.

Pour Vittoz :

Sentir le geste et non pas le penser ou le faire automatiquement

Seule la sensation de détente.

 

Exercices pratiques durant l'atelier :

Enlever puis remettre sa chaussure

Prendre une pièce de monnaie dans son sac

Écouter le tic tac d'un métronome, etc., bref des petits gestes de notre quotidien

Note : n'oublions pas la « marche consciente ».

 

PRATIQUES :

Protocole

Dispositions : de préférence en cercle, assis et confortable.

Fermer les yeux

Poser son corps :

conscience des points de contact

appuyer sur les pieds légèrement pour l'enracinement, le toucher terre

Accueil de la posture

La tête (prolongement vertébral)

Le dos (dossier). Fessier (siège)

Cuisse - Mollets - Pieds

Accueil total.

Accueil de la respiration : inspire, expire

Ne pas donner le rythme

Passage de l'air dans les narines

Pousser deux ou trois soupirs (expire)

Bilan (triple)

Accueil

Comment je me sens : dans mon corps, dans mon mental (pensées, idées, etc.), dans mon émotionnel

Ouvrir les yeux et s'accueillir[4] par un regard, un sourire

Feed-back

 

1ER TRAVAIL DE 20 MINUTES

Thème choisi : l'ELIMINATION

« Quand une chose vous trouble, éliminez-la » disait Vittoz, « mettez-la de côté, vous la gérerez plus tard » Exemple : une idée fixe.

Note : une petite analogie avec la respiration, si je n'expire pas, je n'élimine pas et donc je n'évacue pas le CO2 (sang).

Le premier travail va porter sur l'élimination d'une idée ou d'une pensée de faible charge émotionnelle.

 

On s'installe, on ferme les yeux.

On accueille corps puis respiration.

On laisse venir son écran mental, un tableau noir, et on écrit le mot : CHALEUR, lettre après lettre, comme si la main dessinait chaque lettre, dans un geste senti puis on accueille ce mot CHALEUR dans sa globalité en prenant le temps de laisser venir des pensées, des images, des couleurs… en rapport avec ce mot, pour le nourrir, lui donner de la consistance… Pour prendre conscience de son triple impact :

Quel est l'impact de ce mot chaleur sur mon corps ?

……………………………………………………………….

Quel est l'impact de ce mot sur mon mental ?

……………………………………………………………….

Est-ce que des émotions particulières se font sentir en moi ?

……………………………………………………………….

Retour au calme

Puis je mets un cache sur le mot CHALEUR et toujours de la même façon j'écris le mot FROID

Puis également je teste son triple impact.

Je visualise alors de mots (cache enlevé) et je décide d’en éliminer un, de grader celui qui me convient le mieux, ICI ET MAINTENANT.

J'efface, lettre après lettre, l'un des deux mots, en le regardant disparaître peu à peu.

J’accueille le mot restant et je vérifie, à nouveau, son triple impact (Suis-je en accord avec ma décision ?).

Je lui donne toute sa consistance, dans mon « Etre ».

On ouvre les yeux.

Feed-back.

 

2EME TRAVAIL DE 20 MINUTES

Élimination d'une idée ou d'une pensée enquiquinante, troublante.

Avec le duo : Griefs, Pardon

La stratégie est la même.

Seulement, en plus, au début, on revivra une scène durant laquelle on a eu un affrontement verbal ou autre avec une personne.

Ensuite travail avec le mot GRIEFS

Puis avec le mot PARDON.

Choix du mot à éliminer.

Tester sa décision avec le triple impact et sortir.

 

 

FEED-BACK DE L’ATELIER :

Nous nous sommes surtout penchés sur le rapport Sophro et Vittoz au niveau des points communs et différents. Les similitudes nombreuses révélées ont permis au groupe de vivre cet atelier sans problème.


[1] Le praticien est capable de détecter par la prise de vibrations, frontales, quels mécanismes cérébraux sont faussés, provoquant ainsi souffrance, malaises, sentiment de ne pas vivre en plénitude au maximum de ses possibilités.

[2] Traitement : fonctionnel et psychique, avec pratiques pour les 2

[3] Au début du tour recommande un geste conscient chaque heure.

[4] L’état d’accueil est capital

 

Jean Claude Péchard le 11/10/2008

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr