P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

G.E.S.

 

 

dernière modification de cette page le 08-févr.-2013

Groupe d'épistémologie de la sophrologie (G.E.S.)

Association loi 1901 à but non lucratif

Unité de recherche

« Pour la reconnaissance de la sophrologie comme science humaine »

Projet

L'épistémologie est l'étude historique et critique des sciences. Elle est l'examen de leurs principes, méthodes et résultats pour en apprécier la valeur et la portée objective. Il existe une épistémologie de toutes les sciences humaines, mais pas vraiment de la sophrologie.

Le groupe d'épistémologie part d'un constat : nous possédons très peu d'études scientifiques dignes de ce nom, non conduites par des sophrologues, pour évaluer la sophrologie sur le terrain. Les travaux actuels les plus solides sont en général menés en totalité par les sophrologues eux- mêmes, c'est-à-dire par des personnes inévitablement « intéressées » et donc trop subjectives.

Le sophrologue ne peut pas être juge et partie. Si des travaux scientifiques doivent être engagés pour valider ou invalider la sophrologie dans un domaine particulier, il est nécessaire que le sophrologue n'intervienne que dans la construction et la mise en œuvre des protocoles. Par conséquent, il ne peut être celui qui constate et écrit les résultats positifs, neutres ou négatifs obtenus.

 

Mise en œuvre en trois étapes 

Mise en place d’un protocole de recherche

1/ Choix d’un champ d’application de la sophrologie :

Un coordonnateur-sophrologue et son équipe du G.E.S. choisissent un champ d'application dans lequel ils sont spécialistes : cancérologie, obstétrique, pédagogie, sport...

2/ Découverte d’un lieu et la rencontre avec une équipe partenaire :

Le coordonnateur-sophrologue et son équipe trouvent un lieu (ex : une structure hospitalière) et rencontrent une équipe partenaire (par exemple, une équipe de médecins non-sophrologues voulant s'impliquer dans une démarche de recherche) : ils expliquent à l'équipe partenaire le projet d'évaluer objectivement dans son domaine les possibilités et les limites de la sophrologie.

Le sophrologue joue à ce stade un rôle d'informateur.

3/ Prise en compte d’un cadrage scientifique mis au point par le G.E.S. :

Si l'équipe partenaire accepte, le coordonnateur- sophrologue et son équipe tiennent compte d'un cadrage scientifique, préalablement mis au point par une équipe de chercheurs du G.E.S : tous, sur la base d'un échange, ajustent ce cadrage au champ d'application en question.

4/ Choix des techniques en tenant compte de multiples paramètres :

Le coordonnateur-sophrologue et son équipe réfléchissent ensemble aux techniques à utiliser, en étant particulièrement attentifs, suivant le protocole de recherche, au champ d'application dans lequel ils évoluent : contraintes de temps, locaux à disposition... (toutes ces conditions devront d'ailleurs être mises en évidence dans l'article final).

5/ Ecriture progressive de l'article par l'équipe des non-sophrologues :

L'équipe de non-sophrologues aura pour mission d'accompagner l'expérience et d'écrire au fur et à mesure de l'étude un article en faisant appel, si nécessaire, à des statisticiens extérieurs au G.E.S., néanmoins rémunérés par lui.

En somme, le coordonnateur-sophrologue et son équipe font partie d'une expérience, mais ils ne sont pas juges de cette expérience. Ils ne tirent pas eux-mêmes les conclusions.

 

Phase d’analyse de l’article proposé par le groupe de recherche

1/ Lecture et critique par des sophrologues spécialistes, si possible extérieurs au G.E. S :

L'article proposé par le groupe de recherche est lu et critiqué (dans le sens de discerner) par des sophrologues spécialistes du champ d'application choisi. Ils n'appartiennent pas, de préférence, au G.E.S. ou, en tout état de cause, ne participent pas, de près ou de loin, à l'expérience.

2/ Phase de vulgarisation :

Cette lecture sert d'abord à adapter l'étude à des sophrologues non spécialistes du champ d’application en question.

3/ Prolongement possible de la recherche :

Cette lecture sert aussi à construire un réseau de remarques, de questions susceptibles de valider les conclusions des travaux, de montrer leurs limites ou de les invalider sur la base d'arguments sérieux.

La phase de recherche ne s'arrête ni à l'étude menée, ni aux critiques des sophrologues spécialistes : d'autres études peuvent naître à nouveau en tenant compte des insuffisances des approches précédentes.

 

Phase de publication

En possession d’un nombre suffisant d'articles, la phase de publication est prévue sous cette forme : « Epistémologie de la sophrologie » Tome 1, 2....

 

Richard ESPOSITO, au nom du G.E.S

Contact : 3 square du roi arthur - 35000 - Rennes - www.sophrologie-recherche.com

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr