P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

felfenkrais : étonnant et puissant

 

 

dernière modification de cette page le 23-juin-2013

journal n° 51 / journée du 30/03/2013

 

« Ce qui m'intéresse, c'est de rendre la dignité aux hommes. Qu'ils puissent réaliser leurs désirs les plus profonds. » Moshé Feldenkrais.

 

C'est un grand plaisir pour moi de partager ici ce que j'ai pu m'approprier de cette méthode découverte il y a 7 ans, que je pratique depuis. Je vais essayer de vous en donner une idée et ce que je vais vous en dire sera obligatoirement subjectif et incomplet mais je le ferai avec l'enthousiasme que j'éprouve pour cette pratique. Tout comme en sophrologie, rien ne remplace l'expérimentation personnelle et c'est ce que je vais aussi vous proposer.

 

 

Comment la définir ?

 

«Feldenkrais» est une méthode de prise de conscience de soi par le mouvement.

 

Grâce au mouvement, le meilleur révélateur de notre façon d'être, Moshe Feldenkrais a eu - bien avant que les sciences développent nos connaissances dans le domaine de la neurophysiologie - l'intuition que nos mouvements, s'ils sont le résultat de l'agencement particulier de notre squelette ne peuvent exister sans un contrôle et /ou une initiation de notre système nerveux central, dont il pensait , contre toutes idées courantes de l'époque, qu'il passait son temps à s'adapter aux conditions dans lesquelles nos mouvements s'établissent.(nos conditionnements).

 

Cette approche considère l'être humain dans sa globalité et s'appuie sur le principe fondamental que chaque action implique par le mouvement, à la fois la sensation, l'émotion, l'imagination et la pensée. Sa pédagogie est basée sur le questionnement.

Pour lui, le mouvement est le moyen le plus accessible pour prendre conscience de soi.

C'est essentiellement par le mouvement que notre vie s'exprime. C'est par le mouvement que nos intentions se transforment en actions. Le génie de M.F est d'avoir développé une méthode d'apprentissage qui améliore l'image que nous avons de nous-mêmes et permet d'apprendre dans tous les domaines.

Chaque être humain peu importe son âge et sa condition peut apprendre à utiliser plus pleinement son potentiel. Cette approche corporelle permet d'améliorer la qualité de notre fonctionnement en améliorant la qualité de nos gestes, de nos mouvements y compris celui de notre respiration et de notre posture.

 

Elle va permettre à la personne de prendre conscience de ce qu'elle fait en développant une meilleure perception de son corps et qu'elle puisse élargir le répertoire de ses mouvements et ses possibilités d'action. Nous avons tous appris à bouger, marcher et on a arrêté d'apprendre.

C'est une proposition de continuer l'apprentissage pour faire un meilleur usage de sa motricité et pour découvrir et continuer le plaisir d'apprendre à apprendre tout au long de sa vie.

 

La méthode Feldenkrais est basée sur les connaissances de l’anatomie, de la biomécanique, de la neurophysiologie et de la pédagogie. Elle nous emmène dans un processus d'apprentissage organique. Celui-ci n'est pas linéaire, mais les différentes pièces du puzzle se mettent en place au rythme de chacun et commencent à développer et à enrichir l’image de soi. D’après Moshé Feldenkrais, nous n’apprenons pas par la volonté, mais par l'attention que nous portons à ce que nous faisons et à la manière dont nous le faisons. Le fait de nous accorder de l’attention dans le moment présent permet au changement d’apparaître.

 

« Si vous savez ce que vous faites, vous pouvez faire ce que vous voulez » Moshé Feldenkrais

 

 

Le parcours de Moshé Feldenkrais

 

On ne peut parler de la méthode sans évoquer qui était Moshe Feldenkrais un homme et un parcours hors du commun.

Moshe Feldenkrais est né en Russie le 6 mai 1906 . Il part à pied en Palestine à l'âge de 14 ans ,et son parcours pour arriver sera une épopée et un temps initiatique.

Son intérêt pour les sciences l’amène à étudier les Sciences Physiques après avoir exercé toute sorte de métiers comme maçon, géomètre, il contribue à la confection des premières cartes du pays tout en continuant le sport, et il est aussi répétiteur.

De ses diverses expériences, il tire une conception du corps comme une réalité physique. Il appliquera ses connaissances de mécanique au corps, les concepts de poids et de masses entre autres.

Il revint en Europe dans le début des années 1930 pour y obtenir un diplôme d’ingénieur en génie mécanique et électrique et un Doctorat en physique. À Paris, il travailla au laboratoire des Joliot-Curie sur l’énergie nucléaire et auprès du Pr. Langevin sur les ultrasons et la force magnétique. Il est à l’origine de plusieurs inventions.

D’autre part, il s'intéresse depuis son plus jeune âge aux arts martiaux. ll devient professeur de Jiu-Jitsu et écrit à 25 ans un livre sur cet art de l’autodéfense japonais.

Il rencontrera plus tard Jigoro Kano, fondateur du judo, et sera le premier ceinture noire d’Europe, et créa le premier dojo à Paris.

De sa formation en arts martiaux, il tire une conception orientale du mouvement efficace et harmonieux et l’idée d’utilisation de l’énergie minimale. Il prend aussi des arts martiaux la douceur et le fait de ne jamais aller contre les résistances du corps.

Ses premiers cours de mouvement étaient destinés aux étudiants de judo, et seront la base de ce qui deviendra la PCM (prise de conscience par le mouvement).

Un troisième pôle qu’il explore est la psychologie. Il s’intéresse d’abord à Emile Coué et à tout ce qui concerne le développement humain et le développement personnel fondé sur l’autosuggestion. Plus tard, il explorera la psychanalyse. Il élargira ses études à l’anatomie, la neurophysiologie et la neuropsychologie. Il s'intéresse au développement de l'enfant (sa femme est pédiatre et apprend beaucoup de son observation des bébés ...)

Bien qu'il n'eut pas d'enfant, il a éprouvé toute sa vie une empathie marquée pour les enfants et parlait dans ce contact avec l'enfant que c'était « la force la plus réparatrice au monde ».

C’est une blessure au genou qui oriente par la suite son travail. Ne trouvant pas une solution médicale de guérison, il se tourne vers lui-même et ses possibilités. Il se penche sur la mécanique interne de son corps et commence à observer son fonctionnement à la façon d’un ingénieur. De cette manière, il réussit à rétablir la mobilité et la coordination physique et retrouve l'usage de sa jambe. Il se met alors à traiter des gens souffrant de blocages ou de blessures d’abord en séances individuelles.

Mais comme ils se faisaient de plus en plus nombreux, il a inventé une façon d’amener tout un groupe à se traiter lui-même.

Dans les années 40, il commence à développer sa méthode qui allait devenir l'exploration de toute une vie, celle de la relation entre le mouvement et la conscience.

On peut dire que sa méthode rassemble plusieurs facettes de sa personnalité et des intérêts qu’il développe tout au long de sa vie.

Il continue ensuite aux Etats-Unis pendant 11 ans. Il forme ainsi un grand nombre de praticiens à San Francisco, puis à Amherst , dans le Massachussetts et en 1951 retourne en Israël et ne se consacre plus qu'à l'élaboration et l'enseignement de son travail en s'intéressant à la relation entre développement humain, apprentissage et mouvement.

Il cherche à se situer au-delà d'une pensée dualiste ; théorie-pratique, corps-esprit, tradition occidentale-tradition orientale.

Il cherche à guider les gens à travers toutes sortes d’expériences physiques, poussant ainsi l’organisme de chacun à découvrir ses propres ressources et ses propres solutions.

L'ampleur, l'énergie et la précision de son travail ont permis son application dans divers domaines incluant la neurologie, la psychologie, les Arts, le sport et la rééducation.

Après avoir travaillé pendant des années dans un relatif anonymat, Feldenkrais devint internationalement connu et respecté pour son travail.

Il meurt le 2 juillet 1984 à Tel-Aviv en laissant un héritage matériel et humain, des écrits des enregistrements et surtout des hommes et des femmes riches de ses découvertes.

Parmi ses élèves :

Yéhudi Menuhin, J.F Kennedy, Ariane Mouchkine, David Ben Gourion, Peter Brook...

 

Je vous invite donc à entrer dans la perception concrète (idée chère à Moshé Feldenkrais) : rendre concret ce que nous nommons aujourd'hui notre neuro-plasticité cérébrale.

 

Petite séance de « prise de conscience de soi par le mouvement »

En position assise pieds posés au sol,

sans forcer du tout, tournez la tête à droite pour regarder derrière vous et mémorisez jusqu’où vous avez vue, sans effort

regardez un point fixe devant vous et conservez le regard fixé sur ce point, tandis que vous tournez lentement la tête à droite, à gauche. reposez-vous.

Cette fois, la tête ne bouge pas ; faites doucement aller vos yeux à droite, à gauche. Pendant que les yeux vont à droite, la tête va à gauche et vice-versa.

Avancez un peu le genou droit pendant que vous reculez un peu le genou gauche, et le contraire ;

Avancez l’épaule droite et tournez la tête à droite, comme pour jeter un coup d’œil par-dessus votre épaule ; même chose de l’autre côté.

Inclinez le coude droit et le tronc à droite et à gauche ; le faire quelques fois ; inversez ensuite la position des mains et le faire de l’autre côté.

Posez la main droite sur la cuisse gauche et faites glisser cette main sur la cuisse, le tibia, vers le pied (en vous inclinant en diagonale) ; même chose de l’autre côté.

Assis, allez regarder derrière vous en passant par la droite. Qu’est-ce qui a changé ?

 

 

Deuxième petite pratique.

Prenez le temps de sentir comment vous êtes assis.

Ou êtes-vous plus présent ?

Prenez le temps de relâcher votre mâchoire jusqu'à ce que son propre poids ouvre la bouche.

Est- ce facile, difficile ?

Dans cette attention, observez- vous des modifications dans l'expression de votre visage, dans vos yeux ?ou autre chose ?

Que ressentez-vous ?

En venant sur le bord de la chaise, roulez un peu sur vos ischions.

Tout en roulant, portez l'attention sur la sensation de votre poids sur vos deux pieds... Notez aussi ce qui change dans la forme de votre colonne vertébrale.

Comment respirez-vous ?...

Laisser glisser une main le long de votre cuisse, le long de votre jambe...

Lorsque vous l'aurez fait plusieurs fois, prenez un temps de pause avant de le faire de l'autre côté

Observez ce qui se passe dans la longueur de votre colonne, dans votre cage thoracique et dans l'appui de votre bassin.

Venez maintenant poser votre menton dans vos deux paumes de main, en appuyant vos coudes sur votre cage thoracique, et dans cette position, de nouveau, regardez en haut et en bas.

Prenez une pause pour sentir...

Venez maintenant regarder dans la paume de vos mains comme dans un miroir et levez et abaissez ce miroir. Et ce faisant, cherchez à regarder derrière vous en haut, à droite, à gauche.

Puis revenez avec votre miroir devant vous et tout en regardant dans celui-ci de plus en plus vers en haut, cherchez à amener votre poids sur vos deux pieds jusqu'à sentir la facilité de vous lever...

Et restez debout, marchez un peu...Proposition de se coucher, de se lever...jouer à rouler. À trouver vos appuis.

Retour debout.

Sensation dans vos deux pieds, que sentez-vous de votre alignement ?

Commencez à osciller d'un côté de l'autre, quelles sensations dans la colonne, dans la tête dans votre respiration ?

Recherche des appuis en basculant en avant revenir plusieurs fois, de côté derrière. Puis dessinez des cercles en passant devant de côté derrière , de côté...

 

Quelques autres petits essais....

Debout, sentir ses points d'appuis, s'amuser « à tomber ».

Couché pour changer son rapport à la gravité...

«Marcher sur ses ischions», assis...bascule du bassin...

Rouler pour se relever.. trouver ses points d'appuis et refaire le mouvement en sens inverse...et la réversibilité des mouvements.

Avec la bascule du bassin « horloge » S'amuser « à la balançoire »...

Et des rotations en dissociant les mouvements du haut, du bas...et jouer avec la réversibilité des mouvements...

 

 

Quelques notions pour la pratique

 

Pratiquer la méthode Feldenkrais, c’est utiliser le mouvement pour étendre sa conscience de soi et apprendre à mieux utiliser son corps. Accepter de prendre son temps, de chercher, de jouer...

L'être humain apprend par ses sens spontanément et en toute confiance. La curiosité, l'envie, l'étonnement , la joie des surprises et le besoin de communiquer stimulent cet apprentissage.

 

Ce travail Feldenkrais est construit sur la logique de l'enfant : sans intention particulière, on expérimente par le mouvement.

Pour faire comprendre en quoi cette approche du mouvement est particulière, j'aime en parler comme d'une exploration...

Explorer, c'est avancer en tâtonnant et en s'accordant le droit à l'erreur

Explorer c'est introduire une innovation dans nos façons de faire habituelles

 

Chacun découvre par sa propre expérience ressentie et consciente à l'ensemble du corps, la meilleure façon d'agir pour lui.

 

1 – Affiner ses sensations avant tout.

Il s’agit de mieux sentir ce qui se passe en soi, et surtout de ne pas se juger.

Ici, pas de mouvement correct ou incorrect, mais plutôt les questions « Est-ce que je sais vraiment ce que je fais ? Est-ce que j’ai d’autres choix/voies à explorer ? « . Les parties de moi-même que je ne sens pas bien (où je ne me sens pas bouger ou respirer) sont les parties où vont se loger mes tensions, mes peurs, mes blocages. C’est assez souvent le dos, les épaules, la nuque, la cage thoracique... Remettre de la sensation dans ces parties a donc de nombreuses conséquences positives. Chacun accroît ses facultés d'apprentissage.

 

_Pic2

 

2 – Le chemin est aussi (et même plus) important que le but à atteindre

En tout cas il mérite qu’on le parcoure avec attention et en restant présent à soi-même, car c’est dans les brusqueries ou passages en force dans son mouvement que se cachent nos mauvais usages de nous-mêmes, ceux qui me font du mal à long terme. Le choix du mouvement pour progresser dans l’usage de soi-même est à la fois très puissant car notre manière de bouger nous révèle beaucoup sur nous-même et très simple, puisque facilement accessible à tous. Les résultats observables d’une pratique de la méthode sont très souvent un mouvement plus fluide, plus facile, et plus esthétique. Chacun découvre par sa propre expérience ressentie et consciente à l'ensemble du corps , la meilleure façon d'agir pour lui.

 

3 – L’imagination est efficace

Moshe Feldenkrais a développé une approche de l’humain comme une structure physique (le squelette) avec une infinité de positions possibles, munie de forces motrices (les muscles) et d’un système de contrôle/apprentissage (le système nerveux central). Une des grandes découvertes de Moshe Feldenkrais est d’avoir compris que notre système nerveux est capable de fonctionner de façon symétrique et que notre imagination et l’image que nous avons de nous-même sont la base même de notre fonctionnement. Blessé au genou, il a découvert notamment qu’en faisant progresser son genou valide, il obtenait des progrès pour son genou blessé. Très utile à savoir, si vous êtes blessé à un membre par exemple, vous pouvez « travailler » cette même partie de l’autre côté, puis utiliser l’imagination pour transposer vos progrès au profit du côté en souffrance.

 

4 – Apprentissage et plaisir font bon ménage

Réussir à l’issue d’une leçon, à pratiquer un mouvement qu’on n’imaginait même pas possible auparavant est source d’un grand plaisir, et ce plaisir est lui-même une source d’apprentissage puisque le cerveau associe ce mouvement fluide et efficace à une sensation agréable et s’organisera par la suite pour la retrouver.

 

_Pic3


 

 

5- Dissocier/intégrer

C’est la base même d’un usage plus complet et plus harmonieux des différentes parties de notre corps. Dissocier des parties qui fonctionnent habituellement « en bloc » (les vertèbres, ou les yeux et la tête ) pour obtenir ensuite une meilleure « intégration » de chaque partie au tout, de façon à ce que chaque élément joue juste son rôle, en bonne intelligence avec le reste. C’est la dimension systémique de cette méthode, et c’est un des secrets de son efficacité.

 

6 – Une invitation à l’autonomie

Cette méthode ne comporte aucun effet secondaire indésirable, et sa puissance réside surtout dans l’affinage de nos sensations qui nous permettent d’optimiser notre organisation. Elle est donc une source d’autonomie et chacun peut pratiquer où il le souhaite, sans avoir besoin de consulter fréquemment. Il m’arrive personnellement de refaire pour moi-même une leçon qui m’a bien aidée. Le bénéfice est aussi fort que la première fois. La philosophie de cette méthode est de vous rendre autonome, de vous responsabiliser dans la prise en charge de vous-même.

 

 

_Pic4

 

 

Moshe Feldenkrais conduisant une Prise de conscience par le mouvement

·        _Pic5Ressentir son corps dans sa globalité avec une finesse toujours plus grande

·        Explorer des organisations nouvelles, créatives et plus efficaces dans ses mouvements et ses postures, à son rythme et sans forcer

·        Améliorer son geste, son attention, sa sensibilité kinesthésique et l’image de soi

·        Diminuer ses raideurs et ses problèmes de colonne vertébrale

·        Réduire ses tensions, facteur de douleurs, de stress, de fatigue

·        Se mouvoir de façon plus efficace, non par la répétition mécanique, mais par un affinement de la conscience

·        Apprivoiser sa mobilité physique, mentale et émotionnelle. »

 

 

Les activités de la vie quotidienne, nous pouvons les faire avec plus d’aisance: marcher, sauter, jardiner, nous pencher, jouer d'un instrument, courir, travailler à l'ordinateur, faire du sport, communiquer, danser, monter et descendre des escaliers, rester assis ou debout pendant des périodes prolongées.

Moshé répétait souvent de faire les mouvements lentement, en appréciant la sensation de plaisir, de découverte. Il recommandait de ne pas essayer de « bien faire », ni de vouloir réussir, d'achever quelque chose de ne pas développer la force, la volonté mais la capacité de le faire aisément et de retrouver notre capacité à jouer. L'accent est mis sur la sensorialité et sur la nécessité d'une présence attentive pendant l'action.

Cette approche du mouvement met l'accent sur l'exploration systématique de tout ce qui est possible, évitant ainsi de faire une fixation sur l'impossible.

 

La puissance de la Méthode

La force et l’efficacité d’une méthode se mesure pour moi à la façon dont chacun peut se l’approprier.

Pour ma part, je me plais souvent à imaginer la rencontre entre Moshé Feldenkrais et Alfonso Caycedo car leur deux méthodes me sont très chères.

Elles s'intéressent au « comment » plutôt qu'au « pourquoi ». Elles nous entraînent à la reconnaissance profonde et concrète de ce qui se passe en nous quand nous sollicitons notre corps avec attention, aisance et plaisir.

Elle conduisent petit à petit à une plus grande confiance.

 

« L'impossible devient possible, le possible devient facile, le facile agréable et l'agréable juste et esthétiquement beau pour soi. » Moshé Feldenkrais

 

Seul un laisser faire rend le corps disponible pour se laisser agir et s'ouvrir à une autre dimension. Feldenkrais se plaisait à répéter : « la clef de toute amélioration n'est pas dans les muscles ou les articulations mais dans le système nerveux. »

 

« La maturité, c'est la tendresse qu'on a pour soi. »

 

Qui peut en bénéficier?

La méthode Feldenkrais s'adresse à toutes les personnes intéressées à améliorer quelque aspect de leur vie, sans restriction d'âge, de mobilité ou d'état de santé.

La méthode est efficace dans le domaine physique et psychique ainsi que dans la vie de tous les jours.

Le mouvement et l’attention que nous y portons sont la clé du changement.

Une fois que le mouvement sera aisé, fluide sans douleur, le challenge très particulier à cette méthode sera de trouver les conditions pour que le nouveau schéma soit disponible dans n'importe quelle situation sans passer par la pensée consciente. Il n'y a pas à rester dans l'analyse ou bien dans les « il faut », « il n'y a qu'à ».Ces cours vous offrent aussi simplement une ambiance ressourçante, la possibilité d’être dans la découverte et dans le plaisir de bouger, et ils augmentent le bien-être général.

 

« Etre en bonne santé signifie pouvoir trouver en soi les moyens adéquats et nécessaire pour se relever après une chute. » Moshé Feldenkrais

 

Deux modes d’enseignement

 

En cours de groupe

Dans les cours de groupe Prise de conscience par le mouvement, vous êtes guidé par la parole dans une séquence de mouvements que vous exécutez vous-même à votre rythme. Les cours vous invitent à explorer et à vivre des mouvements simples et variés, souvent inhabituels et surprenants, et à diminuer l’effort du mouvement. Cette recherche vous permet de découvrir vos habitudes de mouvement et d'élargir vos possibilités de bouger, d'être et d'agir.

 

En séance individuelle

Dans les séances individuelles Intégration fonctionnelle, vous êtes guidé dans des
mouvements par le toucher du praticien/de la praticienne. Votre corps trouve une organisation plus
efficace. Les séances individuelles sont appropriées en cas de besoin urgent ou de demande précise.

 

Je ne soigne pas des patients, mais je crée le cadre pour que les gens puissent apprendre sur eux-mêmes. Moshé Feldenkrais

 

_Pic6

 

Ses livres édités en français :

 

L'Être et la Maturité du Comportement,1949, édité par l'Espace du Temps Présent

Dans ce premier livre qu'il a écrit, Moshe Feldenkrais pose un regard d'une rare originalité sur la maturation de l'être humain, ses imperfections et ses possibilités d'évoluer. Il s'adresse à ceux qui s'intéressent à l'organisation et à l'évolution des comportements humains, au mouvement et à la pédagogie de l'apprentissage. C'est un ouvrage de référence à ouvrir chaque fois que l'on se pose une question.

 

Énergie et Bien-Être par le Mouvement, 1967, édité par les Éditions Dangles

Cet ouvrage offre une voie d'intégration du corps et de l'esprit dans une nouvelle globalité de l'être, et fournit des données théoriques indispensables mais simples, ainsi qu'un cycle complet d'exercices

 

Le Cas Doris, 1978, édité par l'Espace du Temps Présent

A propos d'un handicap bien particulier et de son traitement par une méthode parfaitement originale, nous découvrons une nouvelle façon de concevoir les rapports entre notre corps et notre cerveau, une nouvelle façon de nous penser dans le monde, bref, une nouvelle manière de vivre.

 

L'Évidence en question, 1981, édité par L'Inhabituel

Etes-vous satisfait de votre posture? De votre respiration? De votre vie? Cet ouvrage traite des notions simples mais fondamentales de notre vie quotidienne qui, avec l'habitude, deviennent obscures. Il permet à chacun de réaliser ses intentions dans une dynamique sans cesse innovante; en proposant une approche globale de l'être humain.

 

La Puissance du moi, 1985, édité par Robert Laffont

Pour changer notre attitude à l'égard du changement lui-même et accéder à un épanouissement, chacun peut trouver dans cet ouvrage les moyens d'acquérir épanouissement, réalisation de soi et spontanéité, en prenant conscience de ce corps auquel il faut apprendre à évoluer.

 


 

 

Parutions épuisées en français et en anglais

 

Jiu-jitsu, 1967 (édité par Etienne Chiron, Paris), Manuel pratique du Jiu-jitsu: la défense du faible contre l'agresseur,1939 (édité par Etienne Chiron, Paris), ABC du Judo,1941 (édité par Étienne Chiron, Paris),

Higher Judo,1952 (édité par Frederick Warne, Londres),

The Master Moves, 1984 (édité par Cupertino, CA: Meta Publications

 

« Une société d’hommes et de femmes ayant une plus grande conscience de soi sera, je le pense, une société qui ouvrera vers la dignité humaine de ses membres. »

« Mettre plus de qualité dans le mouvement, c'est mettre plus de qualité dans la vie »

Moshé Feldenkrais.

 

Je vous remercie d'avoir partagé ce moment avec moi et avec toute ma reconnaissance pour ce que nous vivons, créons tous ensemble dans cette belle parenthèse...

 

Merci à tous pour cette journée lumineuse et pleine de la présence de chacun.

 

Merci pour ce partage de nos informations qui nous font prendre forme... et le plaisir d' apprendre toujours et la joie d'être avec vous tout simplement de plus en plus vivante.

 

“Apprendre, c’est passer de l’obscurité à la lumière. Apprendre, c’est créer. C’est faire quelque chose de rien. Quelque chose qui grandit et qui retombe sur vous en vous éclairant.” Moshe Feldenkrais.

 

 

Jacqueline Philippe-Janon - 29ème journée du 30/03/2013

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr