P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

et si...

 

 

dernière modification de cette page le 24-sept.-2012

journal n° 47 du 06/2012

IPS

"La compréhension renforce la motivation"

Selon Caycedo, la conscience est une force de captation et d'intégration des processus existentiels de l'être humain, les éléments physiques et psychiques.

Dans une définition plus élargie de la conscience, elle est aussi extérieure et ne concerne pas que l'individu. C'est l'énergie qui capte, intègre et organise tous les éléments de l'univers dont l'être humain. Cette définition nous permet de remettre l'homme dans le cosmos entre le ciel et la terre.

Cette force de captation, cette énergie est donc partout sous des formes et des niveaux différents et nous sommes une partie de cette énergie.

Nous ne sommes pas séparés mais des énergies en contact les unes avec les autres....

Au temps zéro, temps de naissance de l'univers, cette énergie était déjà là, pleine de potentialités, qu'on appelle le vide quantique.

L'univers a été créé à partir de ce vide quantique et nous sommes issus de ce vide. Nous étions donc potentiellement présents dans ce vide. Nous venons du non manifesté, au-delà de la forme et nous avons été créés dans la matérialité, l'univers physique qui est un niveau d'énergie particulier.

Le corps physique n'est que la cristallisation du corps Univers qui s'expérimente à travers notre propre corps et notre propre conscience.

Dans cet univers physique de la matérialité coexistent ces énergies de niveaux différents que sont les différents niveaux de conscience. Il y a le corps qui est une forme d'énergie dense, la pensée qui est une forme d'énergie plus subtile puis derrière la pensée se trouve une forme d'énergie encore plus subtile qui est la non pensée, le silence, le vide, ce vide à partir duquel nous avons été créés.

Peut-être que tout vient de là.... du vide quantique. Et qu'à chaque seconde de notre existence, nous pouvons contacter en nous cette énergie, ce rien, ce tout et retrouver ainsi la force de la Vie et nos potentialités.

En effet quand on parle du vide, on pense à la vacuité, à la méditation. Nous pensons accéder au vide dans une posture particulière. Et si le vide était la avant chaque pensée, chaque acte de notre existence et que le mouvement de Vie ne puisse émerger que de cet espace qu'est le vide.

Comme le dit Arnaud Desjardins :" Prendre conscience de cette énergie fondamentale qui régit l'atome et qui s'exprime en nous sous la forme de nos pensées, de nos désirs de nos émotions et de nos pulsions, en changements incessants"

C'est en partant de ces trois axes que j'ai construit ma séance :

Nous ne sommes pas séparés mais des énergies en contact les unes avec les autres.

Nous venons du vide et ce vide nous pouvons le retrouver en nous en accédant à certains niveaux de conscience.

Chaque pensée qui est une intentionnalité, qui se traduit ou pas par des gestes ou des actes provient de ce vide.

Est-ce que cette vision de l'être humain et de la Vie peuvent être en résonance avec les bases théoriques de la sophrologie ?

La phénoménologie et les niveaux de conscience :

La phénoménologie est la science des phénomènes qui apparaissent au regard lucide qui sait que l'idée qu'il a du monde vient de lui, lorsque la conscience rencontre quelque chose. Elle éclaire les rapports que la conscience entretient avec les choses qu'elle expérimente et la manière dont elle leur donne un sens.

Car la conscience est toujours tendue vers quelque chose. C'est l'intentionnalité.

Il s'agit de bien mettre en évidence cette intentionnalité que la conscience ordinaire ignore lorsqu'elle est absorbée par ce qu'elle croit connaître.

Et ce phénomène se donne à la conscience, se dévoile par la réduction qui est une mise entre parenthèse de la manière automatique, habituelle de concevoir le monde.

Les niveaux de la conscience représentent des variations quantitatives de la vigilance qui peuvent être mesurées par les données objectives de l'EEG.

Le niveau sophroliminal correspond aux ondes alpha d'un rythme de 7 ou 8 c/s, ce qui nous met en harmonie avec le monde extérieur car la fréquence du champ magnétique terrestre est de 7,4 c/s.

La sophronisation modifie le niveau de conscience et nous amène au niveau sophroliminal, au niveau alpha.

Petit tour du côté de la physique quantique... Les particules élémentaires dont nous sommes composés à l'instar de l'univers sont nées du vide quantique et sont à la fois onde et particules. Une particule est donc une potentialité et elle devient corpusculaire ou ondulatoire selon le regard de l'observateur.

Il a été expérimenté que plus on descend dans le niveau de conscience, plus les particules de corpusculaires se transforment en ondulatoire. La sophrologie en permettant d'accéder à ce niveau de conscience permet à notre corps d'être de moins en moins corpusculaire et de plus en plus ondulatoire.

Dans le corpusculaire, le temps est figé par les croyances et notre passé et dans l'ondulatoire, tout est fluide et la conscience va chercher les informations.

A ce niveau, l'observateur participe à ce qu'il observe, c'est de la phénoménologie.

Qu'en est-il des principes de la sophrologie ?

Le principe d'action positive: Petit tour du côté de la neurologie. On accueille les sensations et perceptions par l'intermédiaire du thalamus, le centre de l'humeur.(Thermostat). C'est un bouton que nous pouvons orienter vers l'agréable et le désagréable. Si nous le tournons vers l'agréable, nous changeons notre niveau de conscience et avons accès à des informations captées sous l'angle du positif, plus subtiles.

Le principe du schéma corporel comme réalité vécue :

Si on considérait le corps comme un ensemble de fluides et non pas simplement comme une charpente mécanique d'os, de muscles, de ligaments ?

Le principe du SC comme réalité vécue serait vu sous l'angle d'un vécu sensoriel de l'énergie pour élargir le répertoire d'adaptation à l'existence.

Le principe de la réalité objective : De la vôtre et de la mienne...

J'ai suivi le module de J C Chignagué, "sophrologie et énergie", et j'ai expérimenté certains aspects de son enseignement. Des choses ont disparu, d'autres se sont structurées et j'ai eu le désir de vous emmener avec moi dans ce regard sur la sophrologie. Je ne vous demande pas de chausser les mêmes lunettes que moi, je vous propose le temps de cette séance de "faire comme si", et d'accepter d'embarquer dans ce voyage au pays de l'énergie, le temps d'une "époké".

Le cerveau n'est pas une machine à lire le monde mais à le construire"

Et si...

J'expérimentais la sophronisation comme si j'étais un témoin qui, à partir du vide des potentialités observe les particules de son corps: Crispation: matérialité de la particule, détente, fluidité de la particule qui de probabilité devient une réalité.

Je ressentais ma respiration comme une alternance, respiration, rétention de souffle. Au moment de la suspension du souffle, poumons vides, la pensée s'arrête, c'est une façon de retourner au non manifesté puis lors de la reprise de l'inspiration, retour à la forme, au manifesté pour, poumons pleins, rester dans la forme.

J'éprouvais le SDN : comme une façon de parvenir au vide, là où tout se crée. Expiration non pour dégager mais pour atteindre la région phronique où il n'y a pas de passé, ni de futur. (Région alpha).

Il y a un niveau de conscience où l'espace-temps n'existe plus. Lorsqu'on est dans le négatif, on repart de zéro en descendant le niveau de conscience, on va dans le vide à l'image de l'univers, pour laisser venir. On ne peut renaître et se restructurer qu'à partir du vide, l'énergie qui est dans ce vide met en route l'information.

J'abordais la RD : comme une façon de partir du non manifesté pour aller au manifesté, comme la surface de l'eau, le non manifesté et dont la moindre ondulation permet de passer au manifesté.

Lorsqu'il ne danse pas, un danseur n'est pas un danseur. Puis l'homme immobile a l'intention de danser, la pensée de danser. C'est le passage du non manifesté au manifesté. (Dans la pensée puis au niveau du corps). A l'instant même où le premier geste se manifeste, la danse a commencé. Le danseur apparaît en même temps que la danse et la danse s'achève avec le danseur.

Nous allons passer du non manifesté au manifesté et inversement du manifesté au non manifesté par le mouvement dans l'intentionnalité, le geste qui se crée et qui meurt...On peut aller même plus loin en disant que par l'intermédiaire de chaque geste que nous réalisons, nous sortons du non manifesté pour nous créer autrement comme le danseur qui n'existe qu'à partir du moment où il danse.

Je me posais une question en mettant l'ensemble de mon vécu entre parenthèses, pour créer un espace vierge et laisser émerger un questionnement dans une ouverture, un état de vacuité. C'est dans le silence qui suit la question, qu'une réponse peut surgir loin des conditionnements et de la propension à penser de manière réactionnelle.

Ce sanctuaire de la conscience qui est un espace que je suis le seul à connaître me met en résonance avec la région phronique...

Je vais vous proposer deux exercices de rééquilibrage, le cross crawl qu'on va faire tout de suite, et le polygone de sustentation que je vous ferai faire après la sophronisation. En effet, plus on s'énerve, plus on subit des troubles du déséquilibre et inversement les exercices de rééquilibrage nous permettent de descendre plus vite d'un niveau de conscience à l'autre.

Le cross crawl : Levez l'une après l'autre les jambes pliées, tapez du plat de la main sur le genou opposé (Travail sur les deux hémisphères du cerveau).

Le cercle en se prenant par la main. Se lâcher la main, s'éloigner tout en restant conscients que nous sommes toujours reliés.

Protocole de la séance :

Position debout...

Sensations du monde extérieur les yeux ouverts .Fermeture des yeux et accueil une deuxième fois des sensations du monde extérieur.

Conscience de la présence des autres dans la pièce. Peut-être éprouver ce lien par la respiration : Sur l'inspire, activer ce qu'il y a de meilleur en soi et sur l'expire l'offrir à tous ceux qui nous entourent et même au-delà... Puis la conscience se tourne vers les sensations intérieures...

Sophronisation dans l'intentionnalité d'observer simplement. Sensations du haut, du bas, antérieures, postérieures, de chaque côté.

Polygone de sustentation :

Prise de conscience d'un cercle autour de soi et de ses limites. On se penche en avant attentifs aux sensations et on observe les muscles qui se contractent en premier, on reste dans cette position en relâchant les tensions inutiles (Contractions au niveau des mâchoires, des abdominaux, des cuisses ou des mollets).

Même mouvement sur la droite avec cette intentionnalité de relâcher les tensions en trop, la gauche et vers l'arrière.

Activation de l'énergie...

On se frotte les mains et sur l'inspire on pose les mains sur le nombril, l'estomac et le sternum. Et on lève les bras pour aller chercher une boule d'énergie vers le haut.

On ramène cette boule d'énergie vers le bas en expirant et on pose les mains sur le sternum et on va chercher l'énergie en bas. On remonte en inspirant en gardant cette boule d'énergie dans les mains qu'on pose sur l'estomac puis expire, on pose les mains sur le nombril.

PI : Laisser venir les pensées, d'où elles viennent et laisser les repartir...

Exercice des bras avec conscience qu'il y a d'abord la pensée, l'intentionnalité puis le mouvement qui nait dans l'espace des potentialités et qu'en faisant ce geste, une nouvelle forme de vous-même se crée.

Lorsque vous arrêtez, ce mouvement retourne dans le non manifesté et une autre forme de vous-même apparaît, celle dans laquelle vous ne faîtes plus ce geste.

Observation de la respiration sans chercher à la modifier. Et puis devenir la respiration en la faisant irradier dans tout le corps. N'être plus que respiration....

A la pause respiratoire, poumons vides, retourner au non manifesté pour retrouver par l'inspire, le manifesté et rester quelques instants dans la forme, poumons pleins...

Position assise: Points d'appui, équilibre, respiration.

Respiration paradoxale: Vous vous mettez très droit, la tête en double menton, vous inspirez en rentrant le ventre et vous expirez le plus doucement possible en sortant le ventre.... (Travail sur le diaphragme qui est un muscle lisse)

Contraction globale forte de tout le corps (Muscles clefs: mâchoires, périnée, abdominaux.)

Contraction moins forte.

Contraction faible avec orientation de la conscience vers les sensations des mains.

Approfondissement de la détente en RSS à l'aide d'une image ou d'un mot positif pour vous... Ne pas oublier que le positif et le négatif sont les deux facettes du même phénomène (Rappelez-vous le thalamus que l'on peut tourner à droite ou à gauche sans tenir compte des circonstances.

Retour à la respiration naturelle, observation.

Puis nous concentrons notre attention sur les expirations pour approfondir encore notre détente en nous situant en tant qu'observateurs. Nous sommes dans les potentialités de l'instant. Nous avons le choix de créer notre réalité, nous entrons dans l'intentionnalité de faire apparaître les particules dont nous sommes composées, soit sous forme corpusculaire soit sous la forme d'ondes...

Je vous rappelle que dans la conscience "corpusculaire", le temps existe, est figé alors que dans "l'ondulatoire" (qui est une facette de la réalité que vous choisissez de faire apparaître ou pas) l'onde s'étend hors du temps et de l'espace et va chercher l'information, loin des mémoires conscientes ou inconscientes.

Nous allons donc chercher une information...

Je vous invite à revivre une scène où vous avez eu le sentiment d'être en plein accord avec vous même, d'être en contact avec votre moteur essentiel dans l'existence....

Quel est ce moteur ? Nommez le, déterminez le: Laisser venir la réponse... L'intégrer par la respiration.
Quel est votre moteur essentiel en ce moment ? ... Réponse et intégration.

Abordez la pause de totalisation en continuant à intégrer cette valeur et peut être la rattacher aux moments forts de la séance.

Désophronisation...

Restitution écrite.

 

Geneviève Josserand – soirée n° 86 du 4/05/2012

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr