P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

entraînement bilatéral du cerveau

 

 

dernière modification de cette page le 23-juin-2013

journal n° 51 du 06/2013

Terpnos logos explicatif

Stimulation du schéma corporel jusque que dans la forme:

Posture verticale

- 1) Ancrage dans la verticalité par l'intégration des points d'appui et de l'équilibre.

- 2) Stimulation avec l’exercice du polichinelle avec le son A – Pose d’intégration

- 3) Stimulation de la forme par le toucher du corps –Pause d’intégration en position assise

Posture assise

- 4) Stimulation des deux hémisphères cérébraux par une respiration consciente – Pose d’intégration.

- 5) Stimulation bilatérale du cerveau

- 6) Pause phronique de totalisation : 5mn

- 7) Retour dans le monde

 

Texte de la pratique

 

En position verticale, je prends le temps de m’intéresse au monde tout autour de moi. En tournant ma tête je regarde le lieu dans lequel je me trouve d’un côté, de l’autre. Ce n’est pas intellectuel, je bouge ma tête, j’essaie de regarder le monde comme si c’était la première fois. Devant, derrière. ….. Ce sont les directions significatives de ma conscience, lorsque je suis à l’extérieur. Les autres, ma place parmi les autres. Le plafond au-dessus……………Le sol en dessous et à mon propre rythme, je vais pouvoir me relaxer du monde pour m’installer dans un autre espace : mon espace corps.

Je prends une vaste inspiration et en me laissant aller dans un profond soupir, je ferme mes paupières.

Les paupières fermées, je m’intéresse à ma posture, en prenant conscience que ce sont mes pieds qui, en position verticale, se partagent la totalité du poids de mon corps. Afin de bien installer ma base, je vais me servir du poids de mon corps pour masser le dessous de mes pieds.

Tranquillement, je balance le poids de mon corps d’un côté, de l’autre en prenant mon temps. Je suis présent dans les sensations qui  s’éveillent.

Je plie le genou pour d’avantage sentir la stimulation des tissus du dessous de mes pieds : dessous de mes orteils, les coussinets plantaires, le dessous de mes talons, le bord externe de mes pieds, le bord interne. Je suis bien présent dans les stimulations de ces points d’appui ;

Puis je peux ralentir le mouvement et je viens, maintenant placer le poids de mon corps bien réparti sur l’ensemble de ces points d’appui………..

A tout moment, je peux bouger m’ajuster : ce sont les sensations qui me renseignent.

Je continue la stimulation de ma base par un petit mouvement en avant, en arrière.

Tranquillement, j’amène le poids de mon corps légèrement sur l’avant du pied : j’écrase le dessous de mes orteils, les coussinets plantaires, je soulage les talons………

Puis, j’amène légèrement le poids vers l’arrière, j’écrase le dessous de mes talons, je soulage l’avant du pied.

Je pratique quelques instants ce petit balancement, avant, arrière, à mon rythme.………

Bien présent dans les points d’appui de mes pieds au sol, qui se dévoilent, je vais pouvoir ralentir le mouvement et venir répartir le poids de mon corps sur l’ensemble de ces points d’appui

………………………………………………………………………………………….

Et je suis présent dans mes pieds pour accueillir tous les phénomènes, toutes les sensations : le poids de mon corps bien réparti sur l’ensemble de ces points d’appui : toutes les zones en relief ………. : le dessous de mes orteils, les coussinets plantaires, le dessous de mes talons, le bord externe de mes pieds des talons jusqu’aux petits orteils………Le bord interne, du gros orteil jusqu’au talon, en passant par le creux de la voûte plantaire.

Bien présent dans toutes ces parties en relief du dessous de mes pieds, je perçois toutes les parties en creux, et je laisse apparaître l’empreinte de chacun de mes pieds posés sur le sol. En intégrant ces sensations, je marque mon ancrage à la terre………

Conscience de ma base, de l’importance de ma base.

                Depuis mes pieds bien ancrés à la terre, je peux m’intéresser à mes genoux et fléchir très légèrement mes genoux…………. Mes genoux en équilibre au-dessus des points d’appui des pieds, je m’élève maintenant jusqu’à mon bassin. Et je peux bouger mon bassin. Faire des mouvements de cercle, de balancements……….

Et bien présent dans mon bassin, je viens le poser en équilibre, le plus possible parallèle à mes pieds,….. au sol……….. Et je prends conscience du portique de mon bassin des pieds jusqu’aux hanches………

                Depuis mon bassin, je m’intéresse à la place de mon sacrum qui porte mon axe vertébral. Mon axe vertébral qui s’élève depuis mon sacrum jusqu’à ma tête. Depuis mon axe vertébral, je peux m’intéresser à mes épaules et en bougeant un petit peu mes épaules : l’une, l’autre, les deux, en bougeant mes mains, un peu comme si je faisais les marionnettes, j’assouplis tous la zone de mes épaules de mes bras, jusqu’aux bouts des doigts………….Puis je viens placer mes épaules le plus parallèle possible à mon bassin, à mes pieds, au sol

………………………………………………………..

                Depuis le portique de mes épaules, je vis mes bras souples et libres le long du corps

………….………………………………………………………..………………………………………………………..

                Depuis mes épaules, je m’intéresse à mon cou, ma nuque qui portent ma tête. Je bouge un petit peu ma tête pour venir placer ma tête bien en équilibre entre mes deux épaules.

………………………………………………………………………..……………………………

Le sommet de ma tête est en contact avec le ciel.

                Sans bouger mes pieds, mon bassin, mes épaules, je prends une inspiration un peu plus ample, je retiens l’air et en rentrant un peu le menton avec le sommet de ma tête, je « pousse le ciel ».

                J’étire mon axe vertébral et en soufflant doucement par la bouche, je place mes vertèbres en harmonie les unes par rapport aux autres : vertèbres cervicales………, dorsales………………, lombaires

……..................................................................

                Je peux recommencer une deuxième fois cette stimulation. Inspiration, rétention double menton, je relâche bien mes épaules, le sommet de ma tête pousse le ciel et en soufflant tout doucement, je suis présent dans mes vertèbres cervicales, dorsales, lombaires que je place en équilibre, en harmonie les unes par rapport aux autres ………………………………………….………………………………………………

Une dernière fois si je le souhaite : Inspiration, rétention étirement de mon axe………………..……………………

 Puis je souffle tout doucement …………………………………………….

                Mes pieds bien ancrés à la terre le sommet de ma tête en contact avec le ciel l’univers, je peux m’intéresser à ma respiration et m’installer dans une respiration consciente, j’inspire l’air par les narines, je souffle l’air tranquillement  par la bouche en laissant bien mes dents se desserrer .......................……………………………

Je m’installe dans mon rythme respiratoire, ce rythme qui est le mien calme, tranquille.

………………………………………….………………………………………….………………………………………

                J’accompagne ma respiration jusqu’au mouvement de mon diaphragme qui anime mon souffle, j’installe ma respiration centrée dans ma zone solaire……………. Bien porté par mes pieds, points d’appui, je peux accompagner ma conscience en direction des portes du sommeil.

………………………………………….……………………………………………

Niveau sophroliminal dans lequel je m’installe………..………………………………………….…………….            

                Niveau modifié de conscience depuis lequel je peux intégrer ma posture : mon corps bien posé en équilibre dans ma verticalité, mes pieds bien ancrés à la terre, ma tête en contact avec le ciel, l’univers. Je prends conscience de mon corps dans sa verticalité, son équilibre. ………………………………………….………………………………

                Je prends conscience de  ma présence en moi, chez moi. Le monde extérieur est à l’extérieur, comme la voix de l’animateur(trice), les bruits du monde. Ma présence dans mon souffle, à mon rythme, tranquillement.

 …………………………………………

                Depuis ma présence en moi, je peux percevoir l’axe de ma verticalité. Cet axe qui passe par le sommet de ma tête la zone de la fontanelle et qui s’élève jusqu’au centre de l’univers. Centre de l’univers, mon corps, mon entrejambe, la zone entre mes deux pieds, le centre de la terre.

J’ai tout mon temps pour intégrer tout ce qui apparaît en moi maintenant………………

…………………………………………………………………………………………………...…………………………

                Lorsque j’ai bien intégré tout ce qui m’est apparu, je peux laisser remonter un tout petit peu mon niveau de conscience et me préparer à stimuler tout mon corps et pratiquer le « polichinelle », soit je saute sur un pied, puis sur l’autre ; soit sur les deux pieds en même temps dans la conscience de cette présence dans mon axe.

Tout doucement j’anime mon corps, un pied, l’autre ou les deux en même temps en laissant mes bras souples comme ceux d’une poupée de chiffon……………….je peux légèrement bouger ma tête d’un côté, de l’autre et en même temps je peux émettre un son : A A A A A A A A A A

…………………………………………………………………………….

Encore un petit peu

………………………………………………………………………………………..………………………

…………………………………………………………………………...…………………………………………………

                J’arrête la stimulation…………… Je retrouve ma base, je suis présent dans mes pieds. Points d’appui des pieds : dessous des orteils, coussinets plantaires, le dessous de mes talons. Je laisse ma respiration retrouver son rythme, son calme.

………………………………………….………………………………………………………..…………………………

                Mes pieds bien ancrés à la terre, je m’intéresse à la position de mes genoux, légèrement fléchis, la place de mon bassin, de mes épaules, de mes bras : souples et libres le long du corps. Mes épaules, ma nuque, mon cou qui porte ma tête, le sommet de ma tête est en contact avec le ciel.

                Bien installée dans l’équilibre de ma verticalité, j’inspire l’air par les narines, je souffle l’air par la bouche. Je m’installe, à nouveau dans mon rythme respiratoire, ce rythme qui est le mien, calme tranquille : ma respiration est centrée dans ma zone solaire. Je suis présent en moi et je peux pratiquer trois vastes respirations pour tous les tissus que je viens de stimuler. En soufflant, j’essaie de vider le plus d’air résiduel possible.

……………………………………………………………..

                Relax, relaxation. Je laisse ma respiration retrouver son rythme, son calme et je peux élever mes mains, poser mes mains sur ma tête et je vais stimuler ma peau en  frottant mon corps, un peu comme lorsque « je me savonne quand je prends la douche », ou lorsque « j’ai pris la douche et que j’enlève l’eau sur mon corps avec mes mains ».

                Je passe sur tout mon corps : ma tête, mon visage, ma nuque, mon cou, mes épaules. Avec une main : un bras, dessus, dessous, jusqu’aux bouts des doigts……… Puis avec l’autre main, l’autre bras : dessus, dessous………….

Ma poitrine, le dos en intégrant les parties que je ne peux pas atteindre……………… Bas du dos, en passant par ma taille : mon ventre, haut du ventre, mes hanches, mes fesses, bas du ventre, mon entre jambe, mon sexe.

………………………………………….………………………………………

Mes cuisses, tout autour des cuisses, mes genoux, mes jambes en passant par les mollets jusqu’aux chevilles, mes pieds jusqu’aux orteils ………………………………………………..

Puis en me redressant, je peux tapoter tout mon corps : je stimule ma peau

…………………….………………………………………….………………………………………….…………………

                Puis je peux partir à la recherche de ma chaise, pour m’asseoir.

En position assise, j ‘ai conscience que ce sont les points d’appui des fesses sur le siège, de mon dos sur le dossier qui se partagent la plus grande partie du poids de mon corps. A partir de ces points d’appui, je vis la libération de mes cuisses, de mes genoux, de mes jambes, de mes chevilles et de mes pieds. ………………………………..

Je peux maintenant frotter mes pieds sur le sol…………, allonger mes jambes et avec mes pieds tapoter le sol pour bien libérer tout le bas du corps …………………………

                Puis je m’installe confortablement en intégrant tous les points d’appui, qui en position assise se partagent le poids de mon corps. Je suis présent dans mes pieds, mes pieds soulagés, libérés d’une grande partie du poids de mon corps, en position assise mes pieds ne portent que le poids de mes jambes………………………………

Mes pieds sont en contact avec le sol, avec la terre : mon ancrage……………………………

                Je m’intéresse à mes genoux qui ne portent plus rien du tout………………………….

Maintenant je suis présent dans mes cuisses et j’intègre mes cuisses en points d’appui sur le siège et je laisse mes cuisses se poser…………………………………………………….

                Puis je suis présent dans les points de contact, les points d’appuis de mes fesses, mes fesses posées sur le siège. Points d’appui des fesses qui portent mon bassin, une partie du haut du corps………. Je laisse mon bassin, mes hanches se poser, se relâcher

…………………………..………………………………………….………………………………………….

                En m’élevant tout le long de mon dos, je m’intéresse aux points d’appui de mon dos sur le dossier, ce qui me permet en toute sécurité de laisser aller le haut de mon corps

……………….………………………………………….………………………………………………………………

                Puis je suis présent dans mes mains, mes avant-bras, peut-être en point d’appui sur mes cuisses……

Je laisse mes bras se poser………..sensations de libération dans les tissus, les articulations de mes doigts, de mes mains, de mes poignets, de mes avant-bras de mes coudes, de mes hauts de bras, de mes épaules………. Depuis mes épaules je m’intéresse à ma nuque, à mon cou qui portent ma tête. Je peux bouger un petit peu ma tête et venir poser me tête en équilibre entre mes deux épaules. Le sommet de ma tête est en contact avec le ciel…………..

                Bien porté par tous mes points d’appui en position assise, je suis présent dans ma respiration consciente, j’inspire l’air par les narines, je souffle l’air par ma bouche. En laissant bien mes dents se desserrer. Je m’installe dans mon rythme respiratoire calme, tranquille……………. ma respiration centrée dans ma zone solaire

…………………………………………………….………………………………………….……………………………

                Au rythme de ma respiration, bien porté par mes points d’appui, j’accompagne ma conscience en direction des portes du sommeil, niveau sophroliminal, dans lequel je m’installe tranquillement

………………………………………………….

                Niveau sophroliminal qui me permet d’intégrer tous les fleuves de vies qui dévoilent mon schéma corporel jusque dans sa forme ……………..……………………………………

                Je suis présent dans mon premier système : ma tête et mon visage et j’accompagne les phénomènes depuis les tissus profonds jusqu’à la peau et je prends conscience de la forme de ma tête et de mon visage

……………………………………….

J’inspire l’air par les narines, je souffle l’air par la bouche et je suis présent dans mon deuxième système : ma nuque, mon cou et j’accompagne les sensations, les fleuves de vie depuis les tissus profonds jusqu’à la peau : conscience de la forme de mon deuxième système

……………………………….…………………………………………………………………..

Au rythme de ma respiration tranquille j’accompagne les fleuves de vie dans mes bras : des épaules, jusqu’aux bouts des doigts, cinq doigts dans chaque main. Phénomènes de vie depuis les tissus profonds jusqu’à la peau

……………………………………..

Et je prends conscience de la forme de mes membres supérieurs depuis le bout de mes doigts jusqu’aux épaules………………………… J’inspire l’air par les narines, je souffle l’air par la bouche.

                Je suis présent maintenant dans mon troisième système : mon thorax et  j’accompagne les sensations, fleuves de vie depuis les tissus profonds jusqu’à la peau…………………… Conscience de la forme de mon troisième système …………………..........

Conscience de la forme de ma respiration diaphragmatique calme, tranquille, centrée dans ma zone solaire. ………………………… Maintenant, je porte ma conscience, je suis présent dans mon quatrième système : la zone de ma cavité abdominale et j’accompagne  depuis les tissus profonds jusqu’à la peau, les phénomènes, fleuves de vie et j’intègre de la forme de mon quatrième système …………………………………………..

                J’inspire l’air par les narines, je souffle l’air par la bouche, je suis présent maintenant dans toute la zone de mon bassin : toute ma zone sacrée, bassin, petit bassin, mon entrejambe, mon sexe. Et en accompagnant tous les fleuves de vie depuis les tissus profonds jusqu’à la peau : je prends conscience de la forme de mon cinquième système

…………………………………………..…………………………………………………………….

Au rythme de ma respiration tranquille, j’accompagne maintenant les fleuves de vie dans mes cuisses, mes genoux. Des tissus profonds jusqu’à la peau et je prends conscience de la forme et de la longueur de mes cuisses, la forme de mes genoux mes rotules posées en avant……………………… j’accompagne les fleuves de vie maintenant dans mes jambes des genoux jusqu’aux chevilles et je prends conscience, depuis les tissus profonds jusqu’à la peau, de la forme de mes jambes, la forme de mes chevilles………………. la forme de mes pieds, des talons jusqu’aux orteils, cinq orteils à chaque pied …………..………………………………………………………………………….

                Depuis mes pieds bien ancrés à la terre, j’inspire jusqu’au sommet de ma tête et je souffle tout doucement : sommet de ma tête extrémités des doigts, extrémités des pieds. Je respire pour la totalité de mon corps. Respiration totale, respiration globale dans la conscience de respirer pour toutes les cellules de mon corps des tissus profonds jusqu’à la peau

…………………..………………..……………………………………

                La totalité de mon schéma corporel se dévoile jusque dans sa forme : mon corps vivant qui respire : mon sixième système………………………………………………………………

En intégrant la forme de mon schéma corporel, j’ai conscience d’ancrer ma présence en moi

…………………………………….………………………………………………………………………….......

Ma présence dans le souffle au centre même de la forme de mon corps…….……………

                Je suis chez moi bien installer en moi, je respire calme tranquille. Le monde extérieur et à l’extérieur comme la voix de l’animateur et tous les bruits du monde. Je suis là, bien chez moi : je suis vivant

……………………………………Je me donne le temps, ce temps qui est le mien, pour bien intégrer tous ce qui apparaît en moi maintenant, mes sentiments vitaux : sentiment de présence, sentiment de vie………

………………………………………………………………………………………………………………………………

                Lorsque j’ai bien intégré tout ce que j’ai moi-même éveillé en moi. Je peux laisser remonter un tout petit peu mon niveau de conscience, me préparer à changer de posture.

Je viens placer mes coudes sur mes genoux, mes pouces sous le menton, mes deux index contre mes narines.

Avec un index je ferme une narine et j’inspire par la narine laissée libre. Puis je ferme la narine par laquelle j’ai inspiré et je souffle par l’autre que je libère.

J’inspire par la narine libre, que je ferme maintenant et je souffle par l’autre narine que je libère.

Je pratique quelque instant ce pompage respiratoire……………………………………………………

……………………………………………………………………..………………………………………………………

Bien installer dans cette respiration, je m’intéresse à toutes les sensations qui apparaissent  depuis la narine par laquelle j’inspire, tissus des sinus, ma gorge, mon arbre bronchique, mes alvéoles pulmonaires qui s’ouvrent à la respiration. En soufflant : mes alvéoles, arbre bronchique,  tissus de ma gorge, sinus, la narine de l’autre côté. Je peux percevoir, en étant présent dans les sensations, le trajet de l’air

…………………………….………………………………………………………………………………………………………………

L’air que j’inspire par une narine, l’air que je souffle par l’autre narine. Je vis ce trajet respiratoire pendant quelques instants ………………………………………………………………

Lorsque j’ai bien intégré ce circuit, je peux maintenant, lorsque j’inspire par une narine, accompagner l’air jusqu’à l’hémisphère cérébral correspondant, passage dans l’autre hémisphère cérébral, je libère l’autre narine par laquelle je souffle maintenant. J’inspire par cette narine libérée en j’accompagnant l’air jusque dans l’hémisphère cérébral correspondant. Passage dans l’autre hémisphère et je souffle l’air par l’autre narine que je viens de libérer.

Je pratique ce pompage respiratoire en accompagnant l’air : narine, sinus, hémisphère cérébral correspondant, passage dans l’autre hémisphère sinus, l’autre narine, pendant quelques instants

……………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………………………………………………

A mon propre rythme je peux cesser cette respiration, me redresser tout doucement  retrouver mes points d’appui, m’installer confortablement. Mes mains en points d’appui sur mes cuisses, je relâche mes épaules. Mes pieds bien ancrés à la terre, mes cuisses, mes fesses en contactent avec le siège, mon dos en appui sur le dossier, je me laisse aller. Ma tête est en contact avec le ciel. J’inspire l’air par mes narines, je souffle l’air par la bouche

 …………………………………………………………………

                Et je peux lorsque j’inspire l’air par mes deux narines accompagner l’air, les sensations : tissus de mes narines, mes sinus, mes deux hémisphères cérébraux, mes alvéoles pulmonaires en passant par l’arbre bronchique et lorsque je souffle ma gorge à nouveau, ma cavité buccale, mes lèvres………………………………………………………..

…………………………………………………………………………...…………………………………………………

Je lâche cette respiration, pour m’installer, maintenant dans ma respiration centrée dans ma zone solaire. Je suis présent dans  le rythme calme, tranquille de ma respiration consciente et en toute sécurité je me laisse aller, bien porté par tous mes points d’appui en position assise, j’accompagne ma conscience en direction des portes du sommeil : niveau sophroliminal ………………………………..………………

                Pause d’intégration. Je peux m’intéresser, en y étant présent, à tous les fleuves de vie qui apparaissent dans mes deux hémisphères cérébraux : l’arrivée du sang plus oxygéné, les sensations. Je suis présent dans les  tous les tissus du néocortex : les zones frontales, les zones temporales…, pariétales au-dessus…, occipitales en arrière…je suis présent dans la totalité de mon cerveau : l’oxygène est la nourriture des neurones. Je m’intéresse à toute cette zone . Les phénomènes qui s’éveillent dans les deux hémisphères, jusqu’aux tissus profonds, jusqu’au centre même de mes deux hémisphères cérébraux……….. De mon cerveau central, j’accompagne les sensations en descendant dans les tissus de la moelle épinière, en passant  par la zone du bulbe, du cervelet. Je peux m’intéresser à tous les tissus de la moelle épinière en descendant : zone cervicale,…... dorsale…… jusque dans les lombaires………………… jusqu’au sacrum, coccyx………….. conscience de tout mon système nerveux central.

Puis toujours à mon rythme, je remonte, en accompagnant les fleuves de vie, depuis le coccyx, sacrum, dans les lombaires, dorsales, cervicales, la zone du bulbe, le cervelet . J’accompagne les fleuves de vie dans mes deux hémisphères cérébraux : zone occipitale, temporale, pariétale, frontale.

Je vais replacer mon système nerveux central dans la globalité de mon corps. Pour cela j’inspire jusqu’au sommet de la tête et je souffle, tranquillement jusqu’aux extrémités des doigts, jusqu’aux extrémités des pieds : respiration globale, respiration totale. Je respire jusqu’à ma peau, dans la conscience de respirer pour toutes les cellules de mon corps

……………………………………………………………….

                Mon schéma corporel m’apparaît à nouveau jusque dans sa forme ce qui me permet, à nouveau de bien vivre en moi ma présence au centre même de la forme de mon corps………………………………..……………….. Je vis ma présence bien ancrée en moi au centre de tout mon corps vivant qui respire

………………………………………………………………

                Depuis ma présence bien ancrée en moi je peux, maintenant être présent derrière l’écran de mes paupières et je m’intéresse à mon œil droit. Avec mon œil droit, je vais dessiner un grand triangle avec des cotés le plus grand possible : une fois d’un côté, une fois de l’autre

………………………………………………………………………………..

Puis, maintenant avec l’œil droit je dessine un grand carré: une fois dans un sens, une fois dans l’autre.

…………………………………………………………………………...................................

Maintenant avec mon œil droit, je dessine un grand cercle : d’un côté, de l’autre.

…………………………………………………………………………..........................................................................

Puis j’imagine un triangle équilatéral autour de votre tête, avec un angle en avant, en arrière, au-dessus de votre tête

…………………………………………………………………

Imagine que je peux le suivre comme si mon œil pouvait tourner dans son orbite

.…………………………………………………………………………...………………………………………………………..

                Je replace mon œil en équilibre dans son orbite. Et avec mon œil droit, je regarde vers le haut et je dirige ma conscience dans mon cerveau droit. Je pars à la découverte de mon cerveau droit, mon hémisphère cérébral droit. J’essaie d’en percevoir la forme avec ses circonvolutions, ses scissures…..…………………………………..…

Sa couleur : gris clair………………………………………………. Je m’aperçois que peu à peu en portant mon attention sur mon hémisphère droit, qu’il devient translucide, transparent et ne laisse plus qu’apparaître que ses neurones, que je vois apparaître comme des étoiles dans un ciel d’été. …………………………………………………………..

Mon hémisphère droit en contient environ 50 milliards : une demie voie lactée.

Je suis présent dans mon hémisphère cérébral droit : mon ciel intérieur, de ce côté-là et j’apprécie la brillance de ses étoiles ainsi que leurs grandeurs.

Je suis en communication directe avec mon cerveau droit.

Chacune de ses étoiles est capable d’acte :

                               D’AMOUR

                               De connaissance et de réflexion.

Mon cerveau droit est responsable surtout de ma créativité,………………. de mon imagination …………………….., de mes émotions ……………………….… et de mon intuition. Son intelligence est abstraite.

 

                J’essaie de bien le sentir, de bien le vivre cet hémisphère droit dans ma tête

………………...…………………………………………………………………………..............................................

                Après avoir bien intégré tout ce qui s’est présenté à moi je peux pratiquer une inspiration ample et en soufflant l’air par la bouche me retrouver dans ma respiration consciente. J’inspire l’air par les narines, je souffle l’air par la bouche

….………………………………………………………..…………………………………………………………………

J’inspire jusqu’au sommet de la tête, je souffle jusqu’aux extrémités des doigts, jusqu’aux extrémités des pieds, jusqu’à la peau: présence dans mon schéma corporel jusque dans sa forme : mon ancrage.

………………………………………………………………..

                Mon corps bien posé en équilibre sur tous ses points  d’appuis, présent dans ma corporalité, je peux maintenant, en étant présent derrière l’écran de mes paupières m’intéresser à mon œil gauche

………………………………………………………………………….

Je bouge mon œil en décrivant dans l’espace  un grand triangle dans les deux directions, d’un côté, de l’autre

 …………………………………………………………………………………………..

Je dessine un grand carré: une fois d’un côté, une fois de l’autre……………………………..

…………………………………………………………………………

Et enfin avec mon œil gauche, je dessine un grand cercle : d’un côté, de l’autre

.………………………………………………………………………………

Je prends ainsi conscience de mon œil gauche. ………………………………………………………………

Puis j’imagine que j’ai autour de ma tête un grand triangle avec une pointe vers le haut, une pointe en avant de ma tête, une pointe en arrière : c’est comme si je pouvais tourner mon œil dans mon orbite

 ………………………………………………………………..

Je replace mon œil en équilibre dans son orbite …………………………………………………….
Avec mon œil gauche, je regarde vers le haut. Ma conscience s’intéresse à mon cerveau gauche. Je pars à la découverte de mon cerveau gauche, mon hémisphère cérébral gauche. J’en vois la forme, les couleurs, ses circonvolutions, ses scissures ………………………………………………………………………………………………………………………………

Peu à peu ce cerveau devient transparent et ne laisse plus qu’apparaître que ses étoiles : les neurones …………. : 50 milliards d’autres étoiles. L’autre moitié de la galaxie……………………………………………………. J’observe bien ces étoiles de ce côté-là, …………………………………………………….. chacune  est capable comme de l’autre côté d’acte :

de mémoire, de connaissance et de réflexion.

Chacune possède une capacité, quantité énorme de connaissance, une culture infinie

………………………………………………………………………………………………………………

Je regarde bien mon ciel étoilé gauche, responsable surtout de tout ce qui est rationnel, logique, cartésien, scientifique.

Ce cerveau est aussi responsable du langage, de l’écriture. J’essaie de bien le sentir, de bien le percevoir. …………………………………………………………………..………………………

………………………………………………………………………………………………………………………….…

Je laisse apparaître tout ce qui se présente à moi dans ma relation avec mon cerveau gauche

…………………………………………………………………………………………………………….

Je peux pratiquer une inspiration ample et en soufflant l’air par la bouche me retrouver dans ma respiration consciente. J’inspire l’air par les narines, je souffle l’air par la bouche….……………. J’inspire jusqu’au sommet de la tête, je souffle jusqu’aux extrémités des doigts, jusqu’à la peau: présence dans mon schéma corporel jusque dans sa forme. J’installe ma présence au centre même de la forme de mon corps

……………………………………………………………………………………………………………….

Depuis ma présence installée en moi, je dirige ma conscience dans la totalité de mon cerveau.

………………………………………………………………………………………………………………………….

Et maintenant, je perçois tout mon cerveau, tout mon ciel étoilé, toute ma galaxie.

-       100 milliards d’étoiles dans ma tête.

-       Je sais  que dans la voie lactée dont je fais partie, il y a aussi, environ

100 milliards d’étoiles, et d’après les astronomes il y aurait 100 milliards de galaxies comme la mienne.

J’essaie pendant un instant de me représenter l’immensité de l’Univers.

………………………………………………………………………………………………………………………………

Je me donne le temps, j’ai tout mon temps …………………………………………………………….………..

………………………………………………………………………………………………………………………………

Après avoir bien accueilli, intégrer tout ce qui m’est apparu. J’inspire, un peu plus amplement par les narines, je souffle l’air par la bouche. Je suis à nouveau présent dans ma respiration consciente : calme, tranquille. L’air que j’inspire par les narines, l’air que je souffle l’air par la bouche.

Présent dans le rythme calme tranquille de mon souffle conscient, ma PRÉSENCE AU CENTRE MÊME DE LA FORME DE MON CORPS. Je peux me laisser aller, un peu plus profondément. Et je dirige ma conscience vers mon cerveau droit et je laisse apparaître (j’imagine) du côté droit un arbre au printemps couvert de fleurs.

 ………………………………………………………………………………………………………………………………

Puis du  côté gauche le même arbre couvert de neige en hiver …………………………

………………………………………………………………………………………………………………………………

En même temps je vois à droite l’arbre en fleurs et à gauche l’arbre enneigé

.……………………………………………………………………………………………………………………

J’essaie, de faire les faire se rencontrer, au centre de (ma tête) mon cerveau, et je laisse cet arbre devenir le même arbre en automne chargé de fruits et perdant ses feuilles

……………………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………………..

Je prends une inspiration un peu plus ample par les narines, je souffle l’air par la bouche, je laisse s’en aller ce qui m’est apparu, pour me retrouver dans ma respiration calme, tranquille centrée dans ma zone solaire.

Et je dirige ma conscience vers mon cerveau droit et je laisse apparaître (j’imagine) du côté droit, dans mon cerveau droit : un cheval blanc……………………………

………………………………………………………………………………………………………………………………

Dans mon cerveau gauche un cheval noir…………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………………………………………………

Le cheval blanc et le cheval noir se rapprochent du centre, se fondent l’un dans l’autre pour devenir un cheval gris. …………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………………………………………………

Je laisse s’en aller ce cheval gris.

Puis dans mon cerveau droit je laisse apparaître l’image d’une femme………………………

L’image d’une femme dans mon cerveau droit………………………………………………………………….

Dans mon cerveau gauche celle d’un homme……………………………………………………………………..

L’homme et la femme se dirigent au centre de mon cerveau, ils se rencontrent, se fondent et deviennent un bébé nu………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………..

Je laisse partir cet enfant…………………………………………………………………………………………………..

Et je me retrouve dans ma respiration calme et tranquille, centrée dans ma zone solaire, au centre même de la forme de mon corps ………………………………………………

Maintenant dans mon cerveau droit je laisse apparaître une lune, si possible la pleine lune

……………………………………………………………………………………………………………………………….

et à gauche un soleil.

…………………………………………………………………………………………………………….

A droite la pleine lune, à gauche le soleil en même temps…………………………………………….

……………………………………………………………………………………………………………………………..

Je prends une inspiration un peu plus ample et en soufflant je laisse partir ce qui m’est apparu

……………………………………………………………………………………………………..…………

Je focalise mon cerveau droit et je laisse apparaître une biche……………….………………

……………………………………………………………………………………………………………………………..

puis à gauche un lion.

……………………………………………………………………………………………….….………

A droite la biche, à gauche le lion………………………………………………………………………………………

Le lion a senti la biche, il est en état de stress et se prépare à l’attaque………………

De son côté, la biche a senti l’odeur du lion. Elle aussi est en état de stress et se prépare à fuir.

………………………………………………………………………………………………….……………………

Le lion maintenant poursuit la biche, dans ma tête.……………………………………………………

Une course effrénée se fait à l’intérieur dans mon cerveau, passant alternativement à droite et  à gauche. Je suis ces animaux dans ma tête.

………………………………………………………………………………………………………………………………

La biche réussit à s’échapper, elle quitte ma tête. Le lion reste seul et je vois dans mon cerveau droit le lion assis et méditatif : il a échoué dans sa poursuite.

……………………………………………………………………………………………………………………..………

Je laisse partir le lion.

………………………………………………………………………………………………………..

J’imagine, maintenant devant moi, au niveau de mon front, au plus loin peut-être, un soleil

………………………………………………………………………………………………………………………………

Il se rapproche, doucement, tranquillement de mon front et devient de plus en plus petit au fur et à mesure qu’il se rapproche de moi .………………………………………………

C’est un point brillant, maintenant qui s’approche et qui se dirige au centre même de mon premier système juste au-dessus de mes deux yeux, au centre.

……………………………………………………………………………………………………………………

J’ai un tout petit point lumineux qui se trouve là et que je dirige en moi.

Ce petit point entre dans ma tête et va tourner à toute vitesse autour de mon cerveau laissant derrière lui une trace de lumière : un halo lumineux qui entoure complètement mon cerveau.

 ……………………………………………………………….………………………………

…………………………………………………………..…………………………………………………………………

Après avoir tourné autour de mes deux hémisphères, ce point lumineux ralenti et il vient se fixer au centre de ma tête dans le corps calleux, le corps calleux est la grande commissure de fibres qui fait se rejoindre cerveau droit et cerveau gauche… et là juste au milieu se trouve le petit point lumineux. J’essaie de diriger ma conscience dans cette direction et je médite sur ce point lumineux central de mon cerveau pendant quelques instants, je prends mon temps, j’ai tout mon temps

……………………………………………………………………………..……………………………………

………………………………………………………………….. (laisser 3 mn de pause d’intégration. )

 

Profondément installé en moi, au centre même de mon univers interne, au centre même de ma conscience. Je peux en respectant mon propre rythme, laisser remonter mon niveau de conscience. Intégrer tous les sentiments vitaux qui m’habitent maintenant : sentiment de calme, de tranquillité, de paix. Sentiment de présence, sentiment de vie

………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………………………………………………

Je m’intéresse à ma respiration centrée dans ma zone solaire, mon ventre juste au-dessus de mon nombril se soulève et s’abaisse au rythme de mon souffle. J’accompagne consciemment ma respiration ventrale haute en inspirant l’air par les narines et en soufflant l’air par la bouche. Et chaque fois que je respire, je respire jusqu’au sommet de ma tête, jusqu’aux extrémités de mes doigts, jusqu’aux extrémités de mes pieds, dans la conscience de respirer pour chacune de mes cellules

………………….…………………………………………………………………………………………………

J’accompagne tous les fleuves de vie, phénomène d’irrigation qui dévoilent mon schéma corporel, sensations, phénomènes que j’accompagne jusqu’à ma peau : mon enveloppe de peau : sensation d’enfiler ma tunique de peau du sommet de ma tête, jusqu’aux bouts de mes doigts, jusqu’aux bouts de mes pieds.

Pour bien intégrer mon schéma corporel jusque dans sa forme, en laissant remonter encore un petit peu mon niveau de conscience, je peux tendre mes jambes devant moi, décoller mes pieds du sol, élever mes bras et contracter doucement tout mon corps. Je fais la grimace avec mon visage, je tends mes pointes de pieds, mes doigts, je serre mes fesses, mes abdominaux et en expulsant l’air je relâche doucement. Je suis présent dans les sensations qui apparaissent : mon corps vivant qui respire bien posé en équilibre sur ses points d’appui en position assise.

………………………………………………………..………………………………………….

Je me prépare maintenant à changer de posture, à retrouver ma verticalité. Je suis présent dans mes pieds qui vont accueillir la totalité du poids de mon corps et j’installe ma base. Je m’intéresse à mon dos : je décolle mon dos. En prenant appui avec mes mains sur mes genoux, je me penche en avant. Je décolle mes fesses du siège. Je fais porter le poids de mon corps sur mes pieds, je pousse le sol pour marquer mon ancrage et très doucement je me redéploye dans ma taille, mes dimensions, mes mesures. Je prends le temps d’intégrer ma posture : mes pieds bien ancrés à la terre ma tête en contact avec le ciel : ma verticalité : la position de l’être humain que je suis sur la terre.

Mon corps posé comme un relais entre la terre et l’univers, l’univers et la terre je respire. Mes pieds en contact avec le sol, toute l’énergie de ma PLANETE, ma tête en contact avec le ciel : toute l’énergie de L’UNIVERS.

Je laisse librement circuler tous les fleuves de vie en moi…………….. Je suis vivant, j’ai confiance en moi et dans toutes mes capacités d’avenir…………………………………………

Lorsque j’ai bien intégré tout ce qui m’est apparu, je me prépare à me remettre, moi-même dans le monde.

Je pratique trois vastes respirations toniques………………………………………………………..……. 

………………………………………………………..……………………………………………………………………

Je bouge mon corps pour bien vérifier sa mobilité, sa souplesse…………………….

Je peux m’étirer si j’en ai envie ……………..………………………………………………………………………….

En ouvrant les yeux, je retrouve la luminosité, la salle et j’essaie de regarder le monde comme si c’était la première fois : les autres ma place avec les autres…… je prends mon temps, j’ai tout mon temps

………………………………………………………

Bonjours, quelle heure est-il ? 

 

D’après Raymond Abrezol et adapté par Gilles Paillet. Animation le 30 mars 2013 - Gilles PAILLET

 

 

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr