P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

émostress pratique n°1

 

 

dernière modification de cette page le 17-déc.-2012

journal n° 49 du 12/2012

(18mn)

 

Nous allons commencer par le temps de relaxation habituel.

Ensuite, nous ferons debout, un exercice d’étirement par hémicorps tout d’abord, ensuite les 2 côtés à la fois.

Avec après, une activation VIPHI -Sensations-sentiments au niveau de la peau.

Nous ferons tout de suite après une contemplation de l’objet d’apaisement.

 

Nous nous installons confortablement, chacun bien dans notre espace.

Nous pouvons commencer par dresser un doigt devant nous, et rassembler notre conscience sur l’extrémité du doigt. Cette conscience écartelée, émiettée, sur l’extérieur en situation de stress émotionnel.

Nous rapprochons le doigt.

Nous revenons à soi, à nous-mêmes, naturellement.

 

Nous laissons nos yeux se fermer, simplement pour nous rendre plus disponibles à notre espace intérieur, nous éveiller à cet espace. Et nous nous laissons apprécier notre position assise.

 

N’hésitons pas à faire quelques petits mouvements pour améliorer notre confort. Laissons-nous aussi bien souffler l’air au-dehors.

Nous allons tout au long de cette séance d’ailleurs, privilégier notre expiration.

 

Nous nous laissons de mieux en mieux porter par notre siège. Agréable ancrage vers le bas, mouvement favorisé d’ailleurs par l’expiration.

Nous laissons bien aller.

 

Et intéressons-nous maintenant à notre 1er grand espace corporel : la région de la tête et du visage, que nous laissons bien se détendre.

Pour faciliter son retour à notre conscience, notamment en début de journée, nous contractons doucement les petits muscles du visage, de la tête.

Un peu plus fort même.

Nous restons bien dans le confort.

Et quand nous le désirons, nous soufflons. Relax.

Laissant peut-être encore plus facilement, plus profondément, ce 1er grand espace se relâcher.

Nous pouvons d’ailleurs apprécier une vraie présence de la tête dans notre conscience.

 

2ème grand espace de notre conscience : la région des épaules, des membres supérieurs que nous laissons bien se détendre, jusqu’au niveau des mains, des doigts.

Contractions dans son cou, les épaules, les bras, les mains, les doigts.

Nous serrons. Restons dans le positif.

Contractons encore un petit peu plus fort si nous le désirons.

Ensuite, soufflons. Relax.

 

Laissons encore mieux se détendre la nuque, les épaules, région accumulant vite les excès émotionnels, les stress. Et que nous laissons bien se détendre.

Aussi les mains, les doigts, que nous laissons bien se relâcher.

Conscience de bien souffler l’air au-dehors, aidé d’ailleurs parfois d’un bâillement.

Et que nous avons toujours intérêt à libérer, à exploiter, le bâillement étant une véritable soupape de sécurité.

Il nous amène à plus de décompression, quand nous expulsons.

 

Descendons notre conscience dans notre 3ème grand espace : toute la région du thorax, région également vite émotionnée.

Nous laissons bien se desserrer, se relâcher.

Processus qui va être favorisé par une contraction.

Nous collons les coudes au corps, les omoplates vers l’arrière.

Plus grande présence de tout notre thorax.

Et puis soufflons, relax.

Et nous laissons bien aller, bien en profondeur dans ce 3ème grand espace corporel.

 

Le 4ème : toute la région de la ceinture, du haut du ventre.

Nous y amenons notre conscience, bien détendre toute la région. Ce qui sera encore plus facile avec une meilleure perception de cette région.

Et nous contractons le haut du ventre, les côtés si nous le savons, les reins.

Plus grande présence, contractons encore un peu plus.

Puis, soufflons.

Relax, nous laissons bien aller, bien en profondeur dans ce 4ème grand espace des organes vitaux profonds, certainement eux-aussi en excès de tensions.

 

 Le 5ème grand espace que nous sommes, toute la moitié inférieure de notre corps, en dessous de l’ombilic.

Nous y amenons notre conscience.

Nous allons renforcer sa présence en serrant le bas du ventre, les muscles fessiers, les jambes, les pieds. Nous appuyons encore un plus les pieds sur le sol.

Plus grande présence de ce 5ème grand espace, des membres inférieurs, notamment pas si inférieurs que cela.

Et soufflons, détente. Nous laissons bien aller.

Relâchement plus profond, plus facile après la contraction, au niveau de toute la moitié inférieure de notre corps.

 

Nous pouvons modifier un peu notre position, si nous en éprouvons le besoin.

Recherchons toujours le confort.

 

Et de façon globale, nous allons nous intéresser à notre totalité corporelle.

Inspirez, contractez doucement, en notant un grandissement appuyant plus les pieds qui sur le sol, avant de pousser la tête vers le haut.

Grande présence de tout notre corps.

Soufflons, détente. Relâchement encore un peu plus profond.

 

Et toujours, entraîné par notre expiration, nous nous laissons maintenant accueillir la nouvelle présence de notre espace corporel, dans notre conscience.

Sentir que nous sommes en train, dans cet état physique, mental, de recharger nos accus, de refaire le plein d’énergie.

 

Et nous allons maintenant, pour continuer l’activation de toute notre corporalité, nous mettre en position debout. Et si nous le désirons, l’un ou l’autre, nous pouvons rester en position assise.

Restons bien libres dans la séance.

 

Debout, nous allons tout d’abord, renforcer le bas.

Ecartez légèrement les pieds, pointes des pieds légèrement ouvertes, nous laissant bien aller vers le bas, peut-être les mains sur le bas-ventre, de façon à centrer notre conscience sur ce grand centre vital, centre notamment de nos énergies, centre respiratoire, où devrait se trouver votre centre de gravité.

Et la présence des mains va naturellement stabiliser une partie de notre conscience sur cette région.

Nous laissons bien aller.

Contraction en dessous peut-être, pour laisser aller encore mieux vers le bas.

De mieux en mieux porté par le sol au niveau de la plante des pieds, essayons ensuite de nous retrouver en équilibre dans la gravitation.

 

Résistance à nous emporter vers l’avant, vers l’arrière. Mais nous laisser aller en équilibre juste.

Et déplaçons maintenant le poids du corps d’un côté que nous choisissons.

Nous ramenons l’hémicorps dans l’axe de la gravitation, en nous laissant bien porter par le pied de ce côté.

Nous amenons à notre tête, le bras, la main au-dessus de la tête. Nous inspirons, nous étirons tout notre corps.

Nous déployons un espace en appuyant d’abord bien le pied sur le sol, et la main vers le haut. Puis après, nous soufflons, descente.

Lentement, en laissant la main redescendre dans un mouvement.

Nous accueillerons particulièrement notre première grande couche tissulaire, notre peau. Nous laissant la ressentir, de haut en bas.

Et quand nous aurons terminé le mouvement, nous retournerons à l’équilibre sur les deux pieds.

 

Et nous pourrons d’ailleurs probablement apprécier des différences.

Une présence plus précise, de l’hémicorps activé par rapport à l’autre côté non encore activé.

Nous nous laissons aller aux phénomènes, tout en continuant à bien récupérer au travers de notre état de relaxation dynamique.

 

Et nous allons de l’autre côté.

Nous portons le poids du corps de ce côté. Nous ramenons cet hémicorps dans l’axe de la gravitation.

Nous levons le bras, la main ; Nous inspirons, nous étirons tout notre corps toujours au départ, en   appuiement force » du pied au départ.

C’est un auto-agrandissement,

Soufflons, détente.

Lentement, nous laissons la main descendre.

La peau.

Tout notre hémicorps, et tout particulièrement cette première grande couche tissulaire : la peau.

 Nous la laissons se présenter dans notre conscience.

 

Retournons à l’équilibre sur nos deux pieds.

Accueillons la nouvelle présence de l’hémicorps activé.

Puis, les deux côtés à la fois, nous allons lever les deux bras vers le haut, les pieds bien centrés sur le sol.

Inspiration profonde, rétention. Etirement, en auto-agrandissement.

 

En portant la présence de tout notre corps, soufflons, détente.

Lentement redescendons.

Avec cette présence de plus en plus riche de tout notre corps, ici et maintenant, de notre peau, de haut en bas.

Et le mouvement terminé, nous nous asseyons sur notre chaise.

 

Conscients toujours de nos mouvements, vivant notre évolution intérieure, retrouvant notre siège, nous laissant encore mieux porter par les surfaces d’appui, les vivances.

Nous laissant bien aller à l’ancrage au sol.

 

Et toujours, stabilisés dans notre état de relaxation par nos expirations, doucement renforcées. Comment nous percevons-vous ?

Et nous allons sur l’expiration, nous laisser encore mieux aller aux sensations que nous adresse toute notre peau. Particulièrement sur l’expiration, nous laissant aller aux sentiments qui vont émerger de cette présence sensorielle positive.

 

Nous répétons simplement ces mots à l’inspiration par exemple : « Présence profonde » par exemple, « sensation ». Sur l’expiration, « sentiment positif ».

Et nous continuons, nous laissant aller à une attitude d’accueil.

Pour mieux libérer, sensations sur l’expir, sentiment sur l’expiration.

 

Nous sentons ainsi de mieux en mieux dans notre propre corps.

Nous revenons bien là, au cœur de nous-même.

 

Et puis laissons venir dans notre conscience, la présence de l’objet naturel d’apaisement.

Laissons venir, et au travers de nos 5 sens, différentes informations concernant cet objet, ce paysage, pour mettre ne référence au calme, à la tranquillité, voire même à la sérénité.

Et nous nous laissons de mieux en mieux nous remplir de sensations, peut-être aussi olfactives, des parfums, des odeurs, tactiles, des matières que nous aimons toucher.

Et la présence des goûts, nous pouvons goûter aussi certains éléments de cet objet, en plus des bruits, des musiques, des formes, des couleurs, des mouvements.

Et nous laissons venir, nous remplissant de mieux en mieux, des sensations dominantes.

 

Et nous revenons à l’écoute de nous-mêmes, après avoir mis entre parenthèses notre conscience, avec notre objet naturel d’apaisement.

Nous nous retrouvons avec probablement avec un peu plus de recul, de pertinence.

Nous laissons encore quelques instants pour intégrer toute nouvelle manifestation intérieure, intéressante, positive.

 

Profitez encore quelques instants de cet état physiologique de relaxation quipous ouvre à la récupération profonde, à la récupération d »énergie vitale de récupération, qui nous ouvre à un espace d’énergie profonde.

Cette énergie utilisée, voire même dépensée dans cet état de stress émotionnel.

Refaisons le plein.

(pause de 20 s).

 

Nous allons maintenant remonter notre niveau de conscience, gardant peut-être au fond de nous-mêmes, un peu de cet état pour le reste de la journée, le gardant en toile de fond.

 

Et nous respirons 2 à 3 fois plus profondément.

Puis, nous rebougerons tout notre corps, pouvant peut-être partir des 4 points cardinaux.

Bouger un petit peu les mains, les pieds, le visage.

Puis, nous activons les quatre membres, les épaules, le front, la région de la poitrine, du bassin, du bas-ventre.

Nous pouvons y ajouter quelques frottements, massages.

En même temps, nous nous resituerons bien dans le temps, dans l’espace, dans la pièce où nous sommes, cette heure-ci de la journée.

 

Et chacun ouvrira les yeux après une complète récupération.

Quelle heure est-il ?

 

Michel Debelle 17ème journée spéciale du 6 octobre 2012

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr