P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

cohérence professionnelle

 

 

dernière modification de cette page le 19-sept.-2015

journal n° 9 / journée du 14/10/2000

Le sujet a été abordé à partir de l'expérience concrète des sophrologues réunis dans cet atelier.

1er point : les tarifs appliqués en individuel ou en groupe voire en salariat. Il s'agit d'une moyenne (les écarts pouvant être liés à la taille de la ville, le tarif pratiqué par d'autres sophrologues ou thérapeutes etc.)

En séance individuelle, séance de 1 heure ou 1 heure et demi, 200 ou 250 F.

En séance de groupe, de 500F à 700F le trimestre. Selon les sophrologues, l'engagement sur l'année peut amener une réduction de tarif (2000 ou 1800F).

A retenir : proposition d'un cycle de découverte de 5 séances (groupe) , 350 F

Conclusion : ils nous apparaît judicieux de ne pas descendre en dessous des tarifs suivants séance individuelle de 1 heure : 180F

Groupe, par trimestre, 10 séances : 500F

En groupe, engagement minimum sur le trimestre, d'autres optent pour un engagement sur l'année.

En salariat MJC, Centre Social, entre 150 et 180F net l'heure. (certains acceptent de travailler pour 87 ou 105F l'heure, d'autres bénévolement, principe d'adaptation au lieu, au moment...).

Ne pas oublier que pour beaucoup, le métier de sophrologue est complémentaire à la pratique d'une autre profession qui permet un salaire fixe. Pour celui qui se développe uniquement en tant que sophrologue, la réalité objective de sa situation (se loger, se nourrir etc...) ne lui permet pas de travailler dans des condition qui le placeraient en péril : tenir compte de la réalité de chacun.

Idée ! Pour des personnes ayant une pratique de 1 ou 2 ans, de sophrologie : 

« Tarif Liberté », séance à la carte, 1 séance 80F, 10 séances 700F

2ème point : au départ, il semblerait que le sophrologue rencontre une difficulté : celle de s'attribuer une valeur (sentiment inconscient de culpabilité ayant plusieurs origines ; travail de relation d'aide, cela me ramène à mon côté « charismatique », manque de confiance professionnelle, soucis de se développer (soucis de survie), donc de ne pas avoir de clientèle, et si je bradais mes prix ? sous entendu, « c'est peut-être parce que je suis trop cher que je n'ai personne ! » etc. )

Savoir se dégager de ce soucis de survie, prendre confiance en soi, avoir confiance dans sa profession est un processus que le sophrologue rencontre de fait. C'est un processus vivantiel à rencontrer.

Les indications de départ (exemple: tarif à pratiquer) sont utiles mais l'expérience reste à traverser.

Voici ce qui se dégage à partir de l'expérience des personnes présentes dans l'atelier :

1) les personnes qui trouvent les tarifs trop chers, et négocient « à la baisse » sont les moins fidèles

2) les personnes en réelles difficultés financières ne sont pas celles qui discutent le tarif, elles désirent « un bien-être » et trouve toujours une solution pour elle-même leur permettant de pratiquer les séances de sophrologie.

3) tous les alibis : c'est trop cher, les horaires et le jour ne me conviennent pas, c'est trop loin ... ne sont que des Résistances manifestées par la personne. Si le sophrologue « rentre dans le jeu », il renforce les résistances de l'individu

Conclusion : il semblerait que le sophrologue induise le comportement des personnes qu'il rencontre.

Remarque de Brigitte qui pratique le formation en entreprise et séances de groupe ou individuelle : «Cette année, je n'ai rencontré aucune personne qui trouve les tarifs trop chers ; c'est vrai, je me sens moi-même à présent tout à fait à l'aise et au clair avec mes tarifs.»

Il semblerait que ce processus «financier» soit réellement incontournable au départ d'où la nécessité de pouvoir «s'appuyer sur l'expérience» des sophrologues qui ce sont installés.

REMARQUE

Des remarques ou des questionnements concernant l'écart entre les tarifs des MJC, Centre Sociaux et les tarifs des sophrologues indépendants sont posés par des personnes intéressées par la sophrologie. En libéral, le sophrologue à 60% de charge.

L'un d'entre nous donne une autre réponse possible : 

« C’est cher ... Oui ! par rapport à quoi ? »

Devant l’intérêt de ce sujet si actuel pour nombreux d'entre nous, il a été proposé que l'atelier soit poursuivi lors de la prochaine rencontre en étant accompagné au préalable d’une enquête auprès des sophrologues. (voir "enquête")

Sylvie Grégoire (14/10/2000)

voir aussi dans les enquêtes le sujet la cohérence professionnelle

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr