P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

choisir la vie

 

 

dernière modification de cette page le 13-déc.-2015

journal n° 61

« J'aime la vie. J'ai parfois été éperdument, désespérément, profondément malheureuse, accablée de chagrin, mais malgré tout cela, je demeure convaincue que le seul fait d'être en vie est une chose extraordinaire. » – Agatha Christie

Tout comme vous, j’ai un profond désir de vibrer et de vivre pleinement chaque instant. Et tout comme vous, je me retrouve régulièrement déconnectée de moi-même et de la réalité du moment… Pressée d’arriver à la prochaine destination, plus ou moins intéressée par cet instant présent qui me semble plutôt fade en comparaison.


Dans ces moments, quand je suis assez alerte pour avoir conscience de mon état, j’aime bien prendre un petit temps d’arrêt et me poser la question suivante :

Si j’avais le choix, est-ce que je préférerais disparaître ou être ici ? En cet instant précis, est-ce que je choisirais d’être en vie ?

Je sais, cela peut sembler un peu morbide… Mais il s’agit juste de nommer les choses comme elles sont, quand on y pense. Car si l’on vit à l’extérieur de nous, si l’on est seulement à moitié présent, on pourrait dire qu’on a choisi la mort, d’une certaine façon. Et tant qu’à la choisir, aussi bien examiner si c’est ce qu’on veut vraiment.

Donc oui, quand je remarque que je suis seulement à moitié ici, un peu « partie », je regarde ma réalité toute nue – avec toutes les situations qui ne vont pas comme je le voudrais, toutes les émotions moins plaisantes que j’aimerais fuir de mille et une façons – et je me demande si je préférerais m’en aller ou vivre tout cela. Je me le demande sincèrement et très profondément, comme si j’avais vraiment le choix en cet instant.

Et voici ce qui se passe par la suite (peut-être aurez-vous envie de faire l’exercice vous-même avant de lire la suite…) : chaque fois, une puissance de vie incroyable émerge de mon être profond. Je ressens le grand OUI qui se cache derrière tous les « non ». La partie de moi boudeuse qui prétendait vouloir tout rejeter du revers de la main se redresse et lance des « je n’étais pas sérieuse, ce n’est pas ce que je voulais dire ! ». Et soudainement, la réalité qui me semblait si imparfaite devient riche et magique. Pas nécessairement toujours agréable, mais riche et magique. Simplement parce que je l’ai profondément choisie.

Choisir la vie. C’est la décision la plus basique, mais la plus importante. On prend si facilement l’habitude de flotter d’un moment à l’autre, un peu endormi. On vit nos journées avec une subtile résistance, une sorte d’ambivalence qui nous amène à vivre les choses sans les goûter vraiment. Avec comme résultat qu’on a la vague sensation que quelque chose n’est pas tout à fait en alignement… On a l’impression de toujours passer à côté de quelque chose d’important, sans trop savoir quoi. Or, cette « chose » qui manque, c’est nous, tout simplement.

Il y a bien des défis à relever et bien des buts possibles à notre existence. Mais parfois, j’ai l’impression que la vie nous demande une seule chose : de lui dire oui. Non pas de la rendre parfaite ou idéale, mais de lui dire oui pleinement. De lui dire oui encore et encore et encore, avec tout ce qu’elle comporte, avec ses ciels ensoleillés et ses orages violents. Oh, ça semble très peu… Mais quand on a le courage de le faire, on réalise que c’est suffisant. Car derrière tous nos désirs et toutes nos insatisfactions, il y a une partie de nous qui ne demande rien de plus que le privilège d’être vivant.

 

Une douce journée à vous !

 

Marie Pier

Extrait du site « Matin Magique »

 

 

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr