P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

anamnèse

 

 

dernière modification de cette page le 13-déc.-2015

journal n° 61 / journée du 26/09/2015

(Pourquoi, pour qui, comment, combien de temps ; de la formalisation de l'objectif ; de la posture du sophrologue)

 

Pratique proposée :

1. Exercice du pompage des épaules ou exercice respiratoire N°3 réalisé debout avec l’intention de se débarrasser de ce qui pourrait empêcher d’être présent à soi-même ici et maintenant

2. Exercice N°5 du corps réalisé assis avec une méditation sur ce que le corps me permet de faire au quotidien

3. En posture assise, et après relâchement musculaire de tout le corps, laisser venir le ou les mots qui vous vient/viennent pour décrire ce que vous souhaitez apporter cet atelier…. Laissez venir le mot ou les mots qui vous vient/viennent pour décrire ce que vous souhaitez que cet atelier vous apporte.

 

 

Atelier du matin :

 

Qu’est-ce que c’est ?

Ce qu’on dit après « Bonjour »

Une méthode, un but, un outil à notre disposition que l’on utilise avec délicatesse, selon l’autre, la situation, il permet un premier contact.

Un bilan, un éclairage : permet de connaître la situation de la personne à un moment donné.

Cela permet d’entendre ce que la personne a envie de dire d’elle (ses mots), de manière non directive

C’est un cheminement entre la demande de la personne aujourd’hui et son histoire, sa construction

Ce peut-être une demande précise ou imprécise

 

L’anamnèse pourquoi ?

Savoir pourquoi le client est venu nous voir

Adapter le contenu de sa séance

Connaître son client/patient/élève

Accueillir ce qui est dit, partir de lui, d’elle

Etablir l’historique de la personne

Entrer en lien (confiance)

Définir la case départ

 

L’anamnèse pour qui ?

Le client/élève/patient (Autres termes proposés : accompagné, apprenant, participant)

Le ou la sophrologue

 

Quand :

Quand c’est le moment (la personne peut ne pas vouloir/pouvoir raconter des choses sur elle dès la première rencontre)

A deux moments différents :

·         au début, dès la première séance, pour situer la demande et adapter l’accompagnement

·         au fil des séances pour adapter le contenu en fonction de l’évolution, de « l’état » physique, émotionnel et mental de la personne ici et maintenant

Comment :

Au téléphone, par mail, en présence de l’autre, côte à côte

En posant des questions ouvertes du type :

·         Que puis-je pour vous ? puis lorsque la personne exprime la raison pour laquelle elle est là : depuis combien de temps ? et s’il s’agit d’une problématique liée à la santé mentale ou physique : êtes-vous suivi-e ?

·         Qu’est-ce qui vous amène ?

·         Quelle est votre/ton attente ?

En groupe : différent de l’individuel : moins long, juste pour adapter la pratique et l’image proposée (par exemple éviter de proposer une image d’eau si dans le groupe une personne a la phobie de l’eau)

En écoutant activement

En étant présent

 

 

Atelier de l’après-midi

 

Qu’est-ce que c’est ?

Un premier contact entre le sophrologue et le futur sophronisé

Peut s’utiliser en groupe ou en individuel

Emprunté au champ lexical de la thérapie, du soin, de la médecine

C’est l’histoire de la vie de la personne

S’exprime à l’oral, à l’écrit, par les mots et le non-verbal

Un moyen de connaître les besoins de l’autre, ses attentes, sa problématique, sa situation actuelle et passée sans projeter son propre vécu

 

L’anamnèse pourquoi ?

Situer la problématique de la personne

Lui permettre de mettre à distance

Offrir un espace-temps

Permettre à la personne de mettre des mots sur ses maux et aussi sur ses ressources et ses réussites

Elaborer le contenu des séances à partir des informations et ressentis évoqués par la personne

A chaque séance, reformuler ou formuler différemment son vécu, prendre conscience, s’approprier

Pour le sophrologue : dire qui il est, préciser ses limites, ce qu’est la sophrologie

 

L’anamnèse pour qui ?

Pour le sophrologue :

Bâtir son protocole

Savoir le domaine dont il s’agit

Entendre ce qui se dit et ce qui n’est pas dit

Connaître l’autre pour s’adapter

Se rassurer

Pour le sophronisé :

Etre écouté

Avoir du temps pour lui

Exprimer son besoin

 

Quand :

Au début de chaque séance : c’est dynamique, ça évolue, ça circule

Pas s’il s’agit d’une séance « découverte de la sophrologie »

Au début de la première séance

 

Comment :

Rassurer, expliquer le devenir des informations recueillies (CNIL, droit, confidentialité etc…)

Par écrit avant la rencontre ou au moment de la rencontre : la personne peut être amenée à remplir un questionnaire :

·         adapté à chaque type de client (les questions ne seront pas les mêmes si enfant, ado, adulte, problème d’acouphènes, de sommeil etc…)

·         avec des questions génériques fermées de type : connaissez-vous la sophrologie ? avez-vous des problèmes de santé ? Avez-vous un traitement ? etc… et une partie plus ouverte : « si vous ressentez le besoin d’en dire plus sur vous, écrivez au verso »

Si pas d’anamnèse, précaution de pratique (notamment en groupe) : veiller à rester dans le général, pas d’induction mais des suggestions

Dans certaines pratiques, il est possible de guider la présentation de l’autre en le questionnant (questions cadrantes) et de demander quel est l’objectif de la personne. Il peut s’agir d’un recueil d’informations.

En recueillant les attentes d’un groupe

A l’oral il est possible de démarrer la discussion par une question du type : « qu’est-ce qui vous amène ? » 

 

Retranscription de l’atelier « remue-méninges »

Les deux ateliers ont été l’occasion pour chacun de réfléchir et mettre des mots sur sa pratique, de partager différentes pratiques et manière de voir et d’enrichir la vision de chacun. Par exemple, la question s’est posée de faire ou non une anamnèse, de créer l’alliance avec ou sans l’anamnèse. La réflexion s’est portée également sur la terminologie : pourquoi utiliser ce terme et pas tout simplement « temps d’échange ».

Il me semble que d’autres ateliers pourront être utiles un jour à propos de l’objectif : faut-il en définir un ? qui le définit ? comment ?

 

Brigitte BELLEGO - 34ème journée du 26/09/2015

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr