P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

analyse transactionnelle

 

 

dernière modification de cette page le 19-sept.-2015

journal n° 10 / journée du 24/03/2001

I. Création de l’Analyse Transactionnelle

Par Eric Berne (Eric Lennard Bernstein) né à Montréal en 1910 / études de médecine / formation en psychanalyse / s'intéresse à l'intuition / dés 1949 publie des articles avec des idées neuves sur la conception de la psychanalyse.

En 1956 refusé à l'institut de psychanalyse, décide de continuer par lui-même à élaborer une nouvelle approche de la psychothérapie. En 1956, article sur le concept des états du Moi ; en 1956 sur l'Analyse Transactionnelle ; continue à écrire, à publier et à former d'autres psychothérapeutes (création de séminaires). Mort en 1970.

II. L'AT c'est quoi ?

Une Philosophie humaniste dont les protocoles sont la capacité de changements positifs pour tout Etre humain et l'existence d'un état du Moi Adulte développé chez tous.

Une théorie de la personnalité et de l'action sociale ainsi qu'une méthode clinique de psychothérapie fondée sur l'analyse des transactions possibles entre deux personnes ou plus sur la base d'états du Moi spécifiques.

Une théorie sur la communication et analyse des systèmes, des organisations.

Une théorie de l'Education.

III. Les Principaux Fondements

1. Les Etats du Moi

Définition d'Eric Berne : " Un état du Moi est un système cohérent de pensées et de sentiments mis en évidence par des types de comportements correspondants. "

Etat du Moi Parent (P) : pensées, sentiments et comportements copiés sur les figures parentales

Etat du Moi Adulte (A) : pensées, sentiments et comportements et réactions en relation avec l'ici et maintenant.

Etat du Moi Enfant (E) : pensées, sentiments et comportements reproduits de l'enfance.

Modalités de fonctionnement des Etats du Moi :

Parent Normatif : Constructif / Protecteur ou Destructif / Persécuteur

Parent Nourricier : Constructif / Permissif (s'occupe ce dont la personne a besoin, donne des permissions) ou Destructif / Sauveteur (encourage la dépendance)

Adulte : approprié à l'ici et maintenant ; Exclus ou Contaminé

Enfant : Adapté (manifeste un comportement comme étant sous la domination de figures parentales) Adapté / Soumis, Adapté / Socialisé (accepte ce qui parait juste), Adapté / Rebelle ; Libre (spontané, naturel ; qui manifeste des comportements indépendants des figures parentales) / Positif ou Négatif (non respect des autres)

Exemples d'états du Moi se manifestant généralement sous stress

Etat du Moi Parent : si je ne sais pas répondre à une question que l'on me pose / je réponds à côté / j'essaie de noyer le poisson / je ne réponds pas directement comme ma mère le faisait lorsque je lui posais des questions

Etat du Moi Enfant : si je suis en retard, même si je n'y suis pour rien / mon coeur bat plus vite / j'ai très peur / je me sens en faute comme lorsque j'étais petit et que je craignais que ma maîtresse d'école me gronde.

La Symbiose : Si l'un des deux exclut son état du Moi Enfant et l'autre exclut ses états du Moi Parent et Adulte, ils n'ont alors que trois états du Moi à eux deux (cas le plus fréquent) ; dans la vie courante on peut brusquement être en symbiose puis la quitter ; dans certains cas une relation à long terme peut être fondée sur une symbiose, ce qui reste stable tant que personne ne change.

exemple pour un couple : mari costaud, silencieux, prend les décisions, parle peu, n'exprime pas ses sentiments, peu sensible, gestionnaire efficace, dogmatique ; épouse se pliant facilement aux décisions du mari, s'appuie sur l'homme fort, sa mission dans sa vie est de lui faire plaisir, il lui assure la sécurité et l'insouciance, panique facilement, compte sur le mari pour résoudre les problèmes.

2. Les Transactions

Définition d'Eric Berne : " Une transaction est une unité de rapport social entre deux ou plusieurs personnes. Elle comporte un stimulus et une réaction. Toute transaction est un signe par lequel je reconnais l'autre comme existant, il est donc un signe de reconnaissance. "

Trois sortes de transactions

Complémentaire : les vecteurs sont parallèles, l'état du moi visé est celui qui réagit

Croisée : l'état du Moi visé n'est pas celui qui réagit, les vecteurs ne sont pas parallèles

Cachée ou à Double Fond : cette transaction implique l'action simultanée de deux états du Moi chez chaque personne, l'un à un niveau social et l'autre à un niveau psychologique.

 

 

 

Complémentaire

E : j'ai eu une journée infernale au travail

P : repose toi, je vais faire le repas

 

 

 

Croisée

E : j'ai eu une journée infernale au travail

A : de quoi as-tu besoin ? Est-ce que je peux faire quelque chose pour toi ?

 

 

 

Cachée

/ Double Fond

Social A : pouvez-vous rester pour faire ce travail / après je vous invite au restaurant

Cachée E : Après nous pourrons jouer ensemble

Social A : je peux rester finir ce travail mais je ne peux vous accompagner au restaurant

Cachée E : je n'ai pas envie de jouer avec toi

3. Scénarios

cf. Eric Berne : Que dites-vous après Bonjour ?

" Chacun décide dans sa petite enfance comment il vivra et comment il mourra, ce projet qu'il transporte dans sa tête est appelé scénario ; les faits et gestes courants obéissent peut-être à la raison mais les décisions importantes sont déjà prises : quel type de personne il épousera, combien d'enfant il aura, dans quel genre de lit il mourra. Ce n'est peut-être pas ce qu'il veut, mais ce qu'il veut voir arriver (inconsciemment).

Le scénario est ce qu'une personne a prévu de faire de sa vie (décision prise très tôt dans son enfance)

Le cours de sa vie est ce qui se passe réellement. Il est influencé et dépend de quatre facteurs au moins : l'hérédité (génétique), les événements (extérieur, catastrophes, etc...), le scénario, les décisions autonomes (prises dans l'état du Moi Adulte).

Le Scénario est aussi une protection contre les catastrophes (attendues ou supposées inconsciemment).

" Ma manière de me comporter est douloureuse, mais loin de l'être autant que la catastrophe inconnue qui s'abattrait sur moi si je changeais de comportement."

Mythes (grecques) et scénarios

Hercule / Avant : tu pourras être libre (heureux) mais avant tu dois faire toutes ces tâches ; je ne peux pas m'amuser avant d'avoir tout fini ce travail

Damocles / Après : je peux m'amuser aujourd'hui mais il faudra que je le paie demain (après avoir vu l'épée impossible d'être heureux) ; c'est une chouette soirée entre amis quelle migraine je vais avoir demain.

Tantale / Jamais : je ne peux jamais obtenir ce que je désire le plus, ; faim et soif en permanence ; restant au milieu du gué ; ne se décide pas à faire ce qu'il faudrait ; fait les choses à moitié.

Arachné / Toujours : pourquoi est-ce que ça m'arrive toujours à moi ? (défie les Dieux) ; peur de commencer, après c'est pour toujours.

Sisyphe / Presque : j'y suis presque arrivé cette fois-ci ; ne réussit jamais complètement ; recommence sans cesse (soit le rocher redescend, soit vite on va à l'autre colline)

Philémon / Sans Fin (transformé en arbre immortel), prévisible prévu : il faut toujours un but à atteindre ; une fois atteinte une certaine période de ma vie, je ne saurais plus quoi faire de moi (mère de famille, enfants élevés, retraite, etc...)

- Les messages inhibiteurs ou injonctions :

Les injonctions sont des messages inhibiteurs du comportement Libre de l'Enfant (Steiner) ce sont des messages formulés en « ne sois pas », « ne fais pas ». Ils sont non verbaux.

Classification de ces messages : les messages inhibiteurs ne sont pas implantés comme des électrodes. Chaque enfant prend des décisions en réponse à des messages réels ou imaginaires.

Messages inhibiteurs : - n'existe pas - ne sois pas toi-même (ne sois pas de ton sexe) - ne sois pas un enfant - ne grandis pas - ne réussis pas - ne fais pas - n'aie pas de valeur (à tes propres yeux) / ne sois pas important - n'aie pas d'attaches - ne sois pas intime / ne te fie à personne / n'aime pas / ne sois pas proche - ne te porte pas bien / ne sois pas sain d'esprit - ne pense pas / ne pense pas ce que tu penses (mais pense ce que moi je pense) ne pense pas à tel sujet / n'exprime pas ce que tu penses - ne sens pas / ne ressens pas / ne sens pas telle émotion - ne ressens pas ce que tu ressens (mais ressens ce que je ressens) / n'exprime pas ce que tu ressens - ne sache pas - ne dérange pas

- Les contre-injonctions et les drivers :

Les contre-injonctions ou messages contraignants : les contre-injonctions sont verbales, ce sont des messages formulés de manières positives (messages permissifs) - en « Sois ceci » ou « Fais telle chose ». Tous les messages sont rendus contraignants par l'effet des messages inhibiteurs.

Les drivers : une classification des contre-injonctions appelée « les 5 slogans de contre scénario non-OK » sois fort, sois parfait, dépêche-toi, fais un effort, fais plaisir.

- Les attributions : messages parentaux qui disent à l'enfant ce qu'il est.

- Le programme : « Style de vie résultant de tous les éléments de l'appareil scénarique pris ensemble. »

- La décision : « Engagement initial de l'enfant dans une certaine forme de comportement constitutive de son caractère de personne adulte.

Les classifications de scénarios :

1) Eric Berne: selon leur finalité - scénario Gagnant - Perdant - Banal

2) Eric Berne : selon les mythes - jamais, toujours, après, presque, avant, sans fin déterminée.

3) Claude Steiner : sans amour, sans joie, sans raison.

4) Carlo Moïso : scénario constructifs, scénario destructeurs

Antiscénario, Episcénario, Sans Scénario

- Antiscénario : « Inverse du scénario. Contre-pied arrogant de chaque directive. »

- Episcénario : scénario familial se transmettant de génération en génération ».

- Sans scénario : Peut-être représenté par l'autonomie de la personne. La personne pense, agit, sent en fonction de qui elle est et dans le respect de soi et des autres.

Eléments de traitements

- Les permissions et les protections

- La redécision

- Autres traitements : sortir des jeux psychologiques sortir du racket système investir des états du Moi constructifs le contrat

- Le reparentage

4. Les trois soifs

Le besoin

- d'après le dictionnaire ROBERT : Exigence née de la nature ou de la vie sociale.

- d'après le dictionnaire LAROUSSE : Sentiment d'un manque, état d'insatisfaction portant un individu ou une collectivité à accomplir certains actes indispensables à la vie personnelle ou sociale et à désirer ce qui lui fait défaut.

- d'après PIAGET : Manifestation d'un déséquilibre : quelque chose en vous s'est modifié et il est nécessaire d'opérer un réajustement pour retrouver l'équilibre qui est rétabli par la satisfaction d'un besoin.

- d'après FREUD : Le besoin naît d'un état d'insatisfaction interne. La satisfaction est donnée en trouvant l'objet adéquat.

- d'après Eric BERNE : L'être humain éprouve trois besoins fondamentaux qu'il nomme soif : soif de stimulation ; soif de structure ; soif de position

- Soif de Stimulation

"L'incapacité à supporter de longues périodes d'ennui ou d'isolement donne lieu au concept de soif de stimuli, soif qui se porte surtout sur le type de stimuli offerts par l'intimité physique. La soif de stimuli se compare sur bien des plans, biologique, physiologique et social, à la faim de nourriture, ..."

"L'individu ne pouvant conserver l'intimité physique du modèle infantile, il apprendra à se contenter de formes plus subtiles, voire symboliques, de manipulation. Ce processus de compromis peut être nommé soif de reconnaissance."

- Signes de Reconnaissance

"Unité de reconnaissance essentielle à la survie psychologique de l'individu."

- Soif de Structure

"La soif de structure a la même valeur de survie que la soif de stimulus. La soif de stimulus et la soif de reconnaissance expriment le besoin d'éviter la famine sensorielle et émotive la soif de structure exprime le besoin d'éviter l'ennui."

- Structuration du Temps

"Chaque fois que des gens se retrouvent en groupe ou à deux, ils peuvent passer leur temps de six manières différentes; Eric Berne a défini six modes de structuration du temps : le Retrait, le Rituel, les Passes-Temps, les Activités, les Jeux, l'Intimité."

- Soif de Position

"Position fondamentale que prend quelqu'un par rapport à la voleur intrinsèque qu'il s'accorde à lui-même et qu'il accorde aux autres."

- Position de Vie

"La position de vie se définit comme l'ensemble des croyances fondamentales qu'une personne a sur elle-même et sur les autres, et qu'elle utilise pour justifier des décisions et un comportement."

5. L'Enclos OK

L’enclos OK de Franklin ERNST : une grille pour aller de l’avant avec l’autre.

6. La structuration du temps

Tout être humain est confronté, chaque jour, à sa « soif de structure » « Comment remplir mes heures de veille ? »(sous-entendu « ... pour me procurer les signes de reconnaissance que je recherche ? »)

Pour structurer son temps et pour obtenir, donner ou éviter des signes de reconnaissance, chacun dispose de six possibilités, explicitées ci-dessous, dans l'ordre croissant d'engagement' émotionnel qu'elles impliquent :

- Le retrait : isolement physique ou mental (rêverie, réflexion, etc.). La personne en situation de retrait ne compte que sur elle-même pour recevoir des stimulations positives ou négatives.

- Le rituel : échange de stimulations sûr et prévisible dans lequel la personne se conduit de façon répétitive vis-à-vis d'autrui (rituel de salutations), et aussi d'elle-même (rituel du rasage, ou du maquillage).

- Les passe-temps : on « parle de quelque chose » sans autre but que de recueillir des signes de reconnaissance, sans trop de risques, et ainsi de repérer d'éventuels partenaires pour une relation plus impliquée.

- L'activité : l'énergie est orientée vers un but et vers des objets extérieurs (travail, sport, violon d'Ingres études, etc.). Les activités, parce que productrices ou créatrices, procurent beaucoup de stimulations.

- Les rackets et les jeux : manipulations émotionnelles de soi ou d'autrui aboutissant systématiquement à des sentiments désagréables, mais prévisibles, donc « rassurants ». (Voir chapitres spécifiques « Rackets » et « Jeux »).

- L’intimité : expérience gratifiante d'échange direct et spontané, de signes de reconnaissance avec soi-même et avec autrui, sans but caché. L'intimité découle de la confiance et donc de l'absence de défenses.

L'analyse transactionnelle est un outil d’évolution personnelle et professionnelle

7. Les jeux psychologiques

Définition : un jeu psychologique est « le déroulement d'une série de transactions cachées, complémentaires, progressant

vers un résultat bien défini, prévisible ».

Ou bien, en langage plus familier, il s'agit d'une série de « coups présentant un piège, ou « truc ».

Caractéristiques :

• Ils ont un début et une fin.

• Ils sont répétitifs.

• Ils comportent toujours un mobile caché : transactions à double fond comprenant - un niveau social - un niveau psychologique.

FORMULE G : G = Game

Eric BERNE a décrit le jeu psychologique comme se déroulant en 6 étapes : AN + PF = R + D + MS + B

Attrape Nigaud + Point Faible = Réactions --> Déclic (coup de théâtre) --> Moment de Stupeur --> Bénéfices

Le triangle dramatique : Stéphen KARPMAN a mis en évidence que, toutes les fois que des personnes jouent des jeux psychologiques, elles adoptent l'un des trois rôles scénariques suivant :

- Persécuteur OK - non OK

- Sauveur OK - non OK

- Victime non OK - OK

Les trois degrés des jeux psychologiques :

> 1er degré : socialement acceptable mais désagréable

> 2ème degré : dommageable

> 3ème degré : dramatique

Les avantages des jeux psychologiques :

Avantage psychologique interne ceci tente d'établir comment le jeu contribue à la stabilité psychique interne.

Avantage psychologique externe ceci tente d'établir quelles situations créatrices d'angoisse ou quelles intimités se trouvent évitées.

Avantage social interne : ceci donne la phrase caractéristique utilisée dans le jeu tel qu'il se joue avec des intimes.

Avantage social externe : ceci donne la phrase clé utilisée dans le jeu tel qu'il se joue dans des cercles moins intimes.

Avantage biologique : ceci tente de caractériser le genre de « caresse » qu'offre le jeu aux parties en cause.

Avantage existentiel : ceci définit la position à partir de laquelle est joué le jeu de façon typique.

Une multitude de jeux psychologiques :

Eric BERNE en a recensé un florilège. Citons en trois à partir des différentes positions de vie :

- Dans la position de Persécuteur : « Je te tiens, salaud »

- Dans la position de Sauveur: « J'essaie uniquement de vous aider »

- Dans la position de Victime : « Jambe de bois »

8. Triangle dramatique Karpman

 

Les Rôles peuvent s’échanger (coup de théâtre) et la victime peut devenir persécuteur ou sauveteur, le sauveteur devenir victime ou persécuteur.

Exemple : après tout ce que j’ai fait pour lui, voilà comment il me traite (le sauveteur devient victime et la victime devient persécuteur)

 

 

9. Sentiments parasites

Dictionnaire Robert

- Emotion

Etat de conscience complexe généralement brusque et momentané accompagné de troubles physiologiques.

- Sentiment:

Fait ou possibilité sentir, d'éprouver, de percevoir.

Tendance affective assez stable et durable moins violente que l'émotion.

Eric Berne

« ... en faisant abstraction d'une hypothétique influence des gens, les sentiments d'élection sont appris des parents. ( ... ) presque toutes les colères, mortifications, angoisses, impressions de culpabilité et d'inadaptation sont des rackets. ( ... )

Un racket est donc un sentiment choisi par une personne donnée, parmi tous les autres sentiments possibles, comme bénéfice des jeux qu'elle joue. »

Fanita English

«Les sentiments parasites sont des substituts : le sentiment ou les perceptions qui apparaîtraient spontanément dans le présent appartiennent à une espèce inhibée au cours de la croissance ; un autre sentiment d'une espèce autorisée jadis apparaît à sa place.»

On reconnaît un sentiment parasite quant : « l'expression du sentiment paraît artificielle, répétitive et stéréotypée ».

lan Stewart Von Joines

« Sentiment parasite : une émotion habituelle apprise et encouragée dans l'enfance vécue dans de nombreuses situations de stress et inappropriée comme moyen Adulte de « Résoudre les problèmes».

Richard G. Erskine Marilyn Zalcman

« Le circuit du sentiment parasite se définit comme un système déformant et se renforçant lui-même formé de sentiments, de pensées et de comportements que les personnes entretiennent sous l'emprise de leur scénario. Ses trois composantes sont interdépendantes : les croyances et sentiments de scénario, les manifestations parasitaires et les souvenirs renforçants. »

Fanita English

exemples d'émotions interdites

La colère : à la place tristesse, larmes car on ne se met pas en colère dans les familles

La peur : à la place colère, tristesse car chez nous on a jamais peur.

Parasite : l'émotion éprouvée ne résout pas le problème

exemple : un petit garçon poursuivi par le caïd du quartier prend peur et court voir sa mère recherchant sa protection ; allons, allons, sois courageux, retournes-y, défends toi lui dit-elle; il va peut-être découvrir que c'est l'agressivité qui lui prouve le signe de reconnaissance de sa mère ; il va peut-être recevoir des coups, des bleus, et sa mère va l'approuver ; c'est bien, le grand garçon ne pleure pas, etc...

Timbres Cadeaux Psychologiques : quand j'ai assez de timbres, je peux avoir un cadeau ; on peut échanger de petites quantités (petits lots) soit de grosses (gros lots).

Quand j'éprouve un sentiment parasite, je peux le mettre en réserve pour m'en servir plus tard (le sentiment réel).

exemples :

a / au travail, mon patron me critique / je suis en colère et ne le montre pas / je rentre à la maison et là je suis après le chien qui se met dans mes jambes ; j'ai échangé un timbre

b/ au travail, de nombreuses fois je suis en colère contre un collègue / je ne dis rien / à un moment donné, sous un prétexte futile, je débarque en rage dans son bureau et déballe tous les reproches que j'avais gardé depuis des années ; j'accumule les timbres

c/ une femme qui collectionne des timbres d'incompréhension avec son mari peut les échanger tous les deux ou trois mois contre une bonne scène de ménage.

10. Les Méconnaissances

Chaque fois que je suis confronté à un problème, j'ai deux options :

a/ Je peux utiliser toute mes capacités d'état du Moi Adulte (penser / ressentir / agir)

b/ Je peux passer dans mon scénario et me laisser influencer par l'un ou l'autre des états du Moi

La méconnaissance se définit comme l'omission inconsciente d'informations utiles à la résolution d'un problème (pour soi ou pour les autres).

Type de méconnaissance (ce que je méconnais inconsciemment, ce que je ne perçois pas) : le Stimuli, le Problème, les Options possibles

La zone concernée (à propos de) : Moi-même, les Autres, la Situation en général (ou le Monde)

Modes ou Niveaux (4) : l'Existence du problème, la Signification du problème, la Possibilité de Résolution du problème, ma Propre Capacité de résoudre le problème.

exemples :

a/ Deux amis se parlent / l'un d'eux est un gros fumeur et au moment d'allumer une cigarette, il a une quinte de toux. Son ami lui dit " tu tousses, je me fais du souci pour toi ".

Méconnaissance :

existence du stimuli : quelle toux, je ne tousse pas ; existence du problème : ça va, ne t'inquiète pas, j'ai toujours toussé ; options possibles : Ah oui, si on fume, on tousse mais vivre peu mais en se faisant plaisir ; validité des options : c'est vrai, je désirerais arrêter de fumer mais je ne sais pas comment faire ; capacité d'agir : je voudrais bien arrêter mais je n'y arrive pas.

b/ Arriver en retard de façon générale et fréquente

Méconnaissance :

existence du stimuli : Ah bon, vous croyez que je suis en retard ? ; existence du problème : je suis en retard mais ce n'est pas grave / gênant ; options possibles : je suis en retard, ce n'est pas ma faute (bouchon, patron, etc...), je n'y peux rien ; validité des options : : je voudrais arriver à l'heure, je ne sais pas comment faire, je ne sais pas quoi faire ; capacité d'agir : j'ai beau m'y prendre à l'avance, je suis quand même en retard.

11. L'Autonomie

Pour réaliser pleinement notre potentiel d'Adulte, nous avons besoin de mettre à jour les stratégies élaborées enfant pour affronter la vie (stratégies de survies parfois). Quand nous nous apercevons qu'elles ne sont plus efficaces pour nous (qu'elles ne nous conviennent plus), nous avons besoin de les remplacer par d'autres qui le soient. En AT on cherche à sortir du Scénario et acquérir l'Autonomie. Les outils de l'AT sont conçus pour aider à atteindre cette autonomie dont les composants sont : la Conscience claire (de ce qui m'arrive, de la situation), la Spontanéité (en exprimant mes pensées, mes besoins, et en agissant en conséquence), l'Aptitude à l'Intimité (être proche et authentique envers l'autre) en conclusion permettre à chacun d'utiliser toutes ses ressources en tant qu'Adulte.

Bibliographie :

Dr Eric Berne : - Que dites-vous après avoir dit bonjour ? édition Tchou - Des jeux et des hommes édition Stock

Claude Steiner : Des scénarios et des hommes édition Descles de Browner

Fanita English : Aventure en Analyse Transactionnelle et autres vraies histoires

Jean Marie Lefèbvre (24/03/2001)

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr