P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

abricots et noix

 

 

dernière modification de cette page le 19-sept.-2015

journal n° 13

Le psychiatre Willy Pasini ("être sûr de soi", Odile Jacob, 2002) raconte les tribulations amusantes des abricots et des noix.

Les premiers ont un noyau dur dans une chair molle. Les seconds sont l’exact opposé.

"Un abricot qui rencontre une noix risque de se blesser sur sa coquille. Une noix qui rencontre une noix, ou bien rien ne se passe, ou bien la cuirasse se fend : ça fait mal et ça fait peur, parce que le noyau mou est mis à nu. Seuls deux abricots peuvent se rencontrer sans mettre en péril le noyau de chacun".

C’est la définition de l’intimité affective : être à la fois capable de se mettre dans la peau de l’autre sans se confondre avec lui, et en même temps de recevoir l’autre en soi sans se sentir envahi. Il y faut un noyau du type abricot, ce que les psys appellent une "bonne estime de soi". A ne pas confondre avec "l’image idéale de soi", celle qu’on voudrait donner aux autres. Ni avec la "bonne opinion de soi", évaluation consciente qu’on se fait de soi-même. L’estime de soi est inconsciente et porte la marque des manques, des blessures, des humiliations que nous avons subies dans l’enfance. Une mauvaise estime de soi rend "convexe" : narcissique, agressif, intrusif.

Une bonne estime de soi donne une personne "concave" : respectueuse d’autrui, parce que sûre de soi. La rencontre heureuse lui est réservée.

La bonne nouvelle, c’est que l’estime de soi peut s’améliorer.

Toutes les noix sont des abricots en puissance.

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr