P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

1er point racine

 

 

dernière modification de cette page le 19-sept.-2015

journal n° 7 / journée du 16/10/1999

Comme vous le savez, autour des années 60, Alfonso CAYCEDO a "donné" la sophrologie de l’époque aux médecins: psychiatres, accoucheurs, dentistes, etc. afin qu’ils l’adaptent chacun à leurs techniques de soins… C’est ainsi que fleurirent toutes ces écoles se différenciant par l’apport personnel de leur créateur… et c’est aussi ce qui fit que Caycedo un jour s’est senti dépossédé de son œuvre et a dû créer la sophrologie Caycédienne. Jacques Donnars a 80 ans. C’est un ami des débuts et c’est un très grand homme qui laissera un apport humaniste considérable. Nous allons vivre le premier des trois centres du corps les plus importants dans son enseignement. Les trois centres sont : Le 1er point racine: le plexus solaire. Le 2ème point racine: C’est l’intellect. C’est une contre force au 3° point racine, car l’intellect exerce un frein sur les pulsions. Le 3ème point racine se situe dans la région sacrée. C’est le royaume de l’instinct, c’est l’instinctivo-moteur, c’est la force primaire qui s’élève du roc du biologique qu’est le corps physique. Il peut y avoir excès aussi bien dans l’intellect que dans l’instinct, les pulsions. C’est le rôle du 1° point racine d’apporter un rééquilibrage de ces forces en action à l’intérieur de nous-mêmes. C’est pourquoi nous dynamisons d’abord ce point. NOUS DYNAMISERONS, aujourd’hui, LE GRAND POUVOIR EQUILIBRANT du 1° POINT RACINE : "Le plexus solaire". Quelques mots sur la technique : Cette pratique s’effectue debout, en position orthostatique de repos. Nous commencerons par effleurer doucement le plexus solaire pour venir nous établir en ce lieu, Ensuite, il s’agira d’exercer une pression rapide sur le diaphragme en le contractant tout en expulsant l’air des poumons, puis de lâcher prise en inspirant rapidement, et automatiquement. (Je montre:..................). Nous ferons cela sur un rythme très rapide une cinquantaine de fois. Puis nous arrêterons pour prendre conscience de ce qui se passe au-dessus du diaphragme puis au-dessous... Nous reprendrons l’exercice 3 fois.

Avant de passer à cette pratique, nous allons prendre quelques instants pour nous intérioriser :

Restons assis… et dés que nous le souhaitons,… fermons les yeux,… essayons de trouver notre confort,… notre bonne position assis,… repérons et ressentons bien nos points d’appuis… (sur le sol, sur le siège, sur le dossier) réajustons-nous sur notre siège si cela nous convient …

Puis, écoutons les bruits… tous les bruits… les bruits extérieurs… les bruits de la salle… Soyons très consciencieux dans cette écoute… et nous essayons même de distinguer les bruits entre eux… Puis, nous laissons tous ces bruits nous traverser… sans en retenir aucun… et s’en aller sans nous avoir dérangés. Observons,… tout simplement… puis laissons passer… De sorte qu’en s’éloignant,… chaque bruit nous laisse un peu plus relâchés… on lâche les bruits… et en même temps… on laisse le corps se relâcher… tout se relâcher…

On laisse faire… On laisse aussi la respiration s’allonger… On peut même suivre le bruit de l’air… si nous le voulons, … Jusqu’où puis-je suivre le bruit de l’air qui entre? … Comment est-ce différent avec le souffle?... Et nous laissons ce rythme très doux nous bercer…

Nous allons nous lever, maintenant, avec précaution …

Pour nous asseoir sur notre plancher pelvien… dans un bon confort debout… Nous repérons bien notre centre de gravité… en basculant le bassin, juste ce qu’il faut… Puis… nous prenons conscience de notre colonne vertébrale, dans son entier… Voyons-la se dérouler souplement… bien se placer… harmonieuse et belle…

Nous sommes prêts maintenant … à explorer ce lieu où le diaphragme sépare le monde du thorax… du monde du ventre… Le monde de l’élan, du monde de la peur… et nous allons établir une relation, un passage en nous, entre ces deux mondes … …

Nous commençons, maintenant à effleurer notre plexus solaire avec les doigts des deux mains… en portant bien notre conscience en ce lieu…

Puis, nous essayons de trouver le geste… Nous exerçons une pression sur le diaphragme en expulsant l’air et nous relâchons en inspirant… Nous essayons plusieurs fois pour trouver ce geste:

nous pressons le diaphragme en soufflant…

nous lâchons prise en inspirant…

et nous prenons progressivement un rythme de + en + rapide… (50 fois).

On arrête les pressions: pour un temps de récupération, que l’on observe.

Et nous prenons conscience de ce qui se passe au-dessus du diaphragme: visualisons… poumons… et cœur…

Puis au-dessous… visualisons estomac, foie, pancréas, rate, intestin grêle, gros intestin, rectum, reins et descendons jusqu’à la vessie… on laisse venir les images… tout simplement…

Maintenant, on reprend les pressions rapides en soufflant, (une cinquantaine de fois)…

Et on arrête."Temps de récupération, observation"…

Nous voyons à nouveau les poumons et le cœur… nous y ajoutons les épaules… bras… avant-bras… et les mains…

Puis au-dessous… Nous voyons mieux: estomac, foie, pancréas, rate, intestin grêle, gros intestin, rectum, rein, vessie et nous ajoutons nos cuisses, jambes, pieds… tout en prenant conscience d’une présence chaleureuse à nous mêmes… jusqu’aux extrémités du corps…

Reprise des pressions sur le diaphragme………. (50 fois.)

Arrêt : "récupération, observation"…

visualisons à nouveau … poumons, cœur, épaules, bras, avant-bras, mains,… et ajoutons: …cou … et tête… tout l’intérieur de la tête… éclairés d’une lumière douce et chaleureuse…

Puis nous voyons: estomac, foie, pancréas, rate, intestin grêle, gros intestin, rectum, reins, vessie, cuisses, jambes, pieds et ajoutons tout le périnée, c’est à dire la région anale, génitale, urinaire et sacrée… avec cette douce et chaleureuse lumière intérieure, dans laquelle nous baignons…

Puis doucement, nous laissons aller… … Et nous nous asseyons … en observant bien notre corporalité dans ce mouvement…

Prenons quelques instants pour fixer toute cette vivance dans notre mémoire…

Puis, reprenons conscience de notre respiration… … ET SON RYTHME,… laissons-le reprendre de la vigueur… Puis, derrière nos yeux clos,… revoyons la pièce où nous sommes… Apprécions la présence des autres autour de nous… Sentons notre chaleur humaine,… qui emplit la salle!…

Puis à notre rythme, revenons à notre niveau d’énergie… et de vigilance habituel… Prenons bien soin de nous étirer… de nous frictionner si nous en avons envie… de bâiller… pour en dernier lieu, ouvrir les yeux…

Pour notre retour à notre réunion,… salle des sports à Villeurbanne.

par Josline Ouvrard le 16/10/1999

 

     P Adoptez l'éco-attitude. N'imprimez ces pages que si c'est vraiment nécessaire

Retour au début de la page                                             parenthese2@wanadoo.fr